Aillevillers-et-Lyaumont

commune française du département de la Haute-Saône
(Redirigé depuis Aillevillers)

Aillevillers-et-Lyaumont
Aillevillers-et-Lyaumont
L'église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Aillevillers-et-Lyaumont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Comté
Maire
Mandat
Jean-Claude Tramesel
2020-2026
Code postal 70320
Code commune 70006
Démographie
Gentilé Aillevillerois, Aillevilleroises
Population
municipale
1 520 hab. (2018 en diminution de 6 % par rapport à 2013)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 16″ nord, 6° 20′ 12″ est
Altitude Min. 260 m
Max. 516 m
Superficie 36,3 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Luxeuil-les-Bains
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Loup-sur-Semouse
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Aillevillers-et-Lyaumont
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Aillevillers-et-Lyaumont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aillevillers-et-Lyaumont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aillevillers-et-Lyaumont
Liens
Site web aillevillers-et-lyaumont.eu

Aillevillers-et-Lyaumont est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Aillevillerois.

GéographieModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Aillevillers-et-Lyaumont est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Luxeuil-les-Bains, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 41 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (67,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (68,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (67,4 %), zones agricoles hétérogènes (13,8 %), prairies (9,7 %), terres arables (4,9 %), zones urbanisées (3,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Aillevillers absorbe en 1808 la commune de Lyaumont et devient Aillevillers-et-Lyaumont[8].

La ceriseModifier

Le décret du homologue l'appellation d'origine contrôlée kirsch de Fougerolles[9]. Le territoire d'Aillevillers est compris dans cet AOC.

Même si Fougerolles est connu pour être le « pays de la cerise », il ne faut pas oublier qu'Aillevillers disposait aussi de nombreuses distilleries dès le milieu du XIXe siècle. Pour preuve, ci-dessous une liste de quelques-unes d'entre elles :

  • Distillerie Chaput-Nobert (fondée vers 1895, elle fonctionna jusqu'au milieu du XXe siècle) ;
  • Distillerie Godard (attestée en 1876, elle fonctionna jusqu'au milieu du XXe siècle) ;
  • Distillerie Robert, puis Cholley (fondée en 1872 à Fougerolles, la distillerie Robert est transférée à Aillevillers en 1876. Cessation d'activité en 1976) ;
  • Distillerie Causeret-Parisot, puis Causeret (fondée en 1891. Cessation d'activité vers 1905) ;
  • Distillerie Pernet (fondée en 1864, par un négociant de Rambervillers (88). Fonctionne jusqu'au milieu des années 1960, où elle est reprise par les distilleries Raspiller puis Saguin de Fougerolles) ;
  • Distillerie Grandjean et Fils (fondée vers 1840).

HéraldiqueModifier

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

coupé : au 1) d’azur semé de billettes d’or, au lion issant du même, armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout, au second échiqueté d’argent et de gueules, à la bordure de sinople.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Saint-Loup-sur-Semouse[8]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le territoire du canton s'est agrandi, passant de 13 à 23 communes.

IntercommunalitéModifier

La commune était membre de la communauté de communes du val de Semouse, créée le .

Dans le cadre des prescriptions du schéma départemental de coopération intercommunale approuvé en par le préfet de Haute-Saône, et qui prévoit notamment la fusion de la communauté de communes des belles sources, de la communauté de communes Saône et Coney et de la communauté de communes du val de Semouse[10], la commune est désormais membre de la communauté de communes de la Haute Comté, créée le .

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
maire d'Aillevillers
en 1954[11]
  Arthur Godard    
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1995 Jean-Marie Chaise[12]   Chef d'entreprise
1995 mars 2008 Nadine Bathelot PS Suppléante du sénateur Yves Krattinger
Conseillère générale puis départementale de St-Loup-sur-Semouse (2008 → )
Vice-présidente du conseil général[Quand ?]
Première maire-adjointe de Aillevillers-et-Lyaumont (2014[13] → )
mars 2008 mars 2014 Michèle Lepaul UMP-LR  
mars 2014[14],[13],[15] En cours
(au 1 juin 2020)
Jean-Claude Tramesel PS Cadre d’industrie retraité et lieutenant de pompiers volontaires
Vice-président de la communauté de communes du val de Semouse[16] (2008 → 2014)
Vice-président de la CC de la Haute Comté (2014 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[17]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

En 2018, Aillevillers-et-Lyaumont comptait 1520 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3091 5501 5341 7082 7412 7402 7672 8332 784
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 4802 5652 7552 7452 7122 8112 8692 8722 906
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 9402 8622 8932 6202 6522 6402 4072 3052 215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 1582 0582 0201 9811 8831 8491 6791 6771 589
2018 - - - - - - - -
1 520--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services publicsModifier

Une bibliothèque, une gare et un bureau de poste sont présents sur la commune. Les autres services publics sont disponibles à Luxeuil-les-Bains et Lure.

Lieux et monumentsModifier

  • Les chalots : annexes des fermes qui servaient à la conservation du grain.
  • Les monuments aux morts.
  • L'église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste.
  • Le grand pont de la voie ferrée.
  • La Grande Chaudeau ou château de Buyer[19], château construit en 1809 par l'architecte bisontin Claude Antoine Colombot, pour Marie-Françoise, veuve de Charles-Joseph de Buyer (château, écurie, ferme, rendez-vous de chasse, conciergerie et parc).
  • La Petite Chaudeau ou château Demandre[20], château construit entre 1836 et 1839 par l'architecte A. Grandmougin, pour l'industriel Claude-François Demandre (château, écurie, chenil, logement, remise et parc).
  • Tréfilerie[21]

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Luxeuil-les-Bains », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Décret n° 2010-453 du 3 mai 2010 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Kirsch de Fougerolles » sur Légifrance.
  10. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le ), p. 5-6.
  11. « Aillevillers-et-Lyaumont : les noces de diamant des époux Fallot », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  12. « Les quarante ans de mandat de Jean-Marie Chaise », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  13. a et b « Réunion du conseil municipal du samedi 29 mars 2014 à 10 heures » [PDF], Comptes rendus Conseil Municipal - Budget, Commune d'Aillevillers-et-Lyaumont (consulté le ).
  14. « Aillevillers-et-Lyaumont : la liste de Jean-Claude Tramesel », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  15. « Aillevillers-et-Lyaumont : un nouveau maire pour la commune », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  16. « Aillevillers-et-Lyaumont : Jean-Claude Tramesel, candidat », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  17. « Renouvellement de mandat pour Jean-Claude Tramesele », sur L'Est républicain, (consulté le ).
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. La Grande Chaudeau sur le site patrimoine.bourgognefranchecomte.fr
  20. La Petite Chaudeau sur le site patrimoine.bourgognefranchecomte.fr
  21. Notice no IA70000218, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :