Ouvrir le menu principal

Ahmed Zewail

chimiste et universitaire égyptien puis américain
Ahmed Hassan Zewail
Description de cette image, également commentée ci-après
Ahmed Hassan Zewail
Naissance
Damanhur (Égypte)
Décès (à 70 ans)
Pasadena (États-Unis)
Nationalité Drapeau d'Égypte Égyptien
Drapeau des États-Unis Américain
Domaines Chimie, Physique
Renommé pour Spectroscopie femtoseconde
Distinctions Prix Nobel de chimie 1999

Ahmed Hassan Zewail (arabe : أحمد زويل) né le à Damanhur et mort le à Pasadena[1], est un chimiste et universitaire égyptien travaillant aux États-Unis[2]. Il a reçu le prix Nobel de chimie en « pour ses études des états de transition d'une réaction chimique à l'aide de la spectroscopie à la femtoseconde[3] ».

BiographieModifier

Ahmed Zewail a étudié la chimie à l'université d'Alexandrie où il obtient sa licence puis un master en spectroscopie, puis a poursuivi un doctorat à l'université de Pennsylvanie en 1973 avant d'être chercheur post-doctoral à Berkeley, puis d'être nommé en 1976 professeur de chimie et de physique au California Institute of Technology (CalTech), et occupe la chaire Linus Pauling depuis 1990 où il dirige le laboratoire pour les sciences moléculaires et le Centre de recherche multidisciplinaire fondé à CalTech par la National Science Foundation (NSF) autour de l'étude des processus moléculaires fondamentaux intervenant dans les systèmes moléculaires complexes[4].

Professeur invité dans plusieurs universités d'Amérique du Nord, d'Europe, d'Asie et du Proche-Orient, il est professeur émérite à l'université des Nations unies[5].

TravauxModifier

Ahmed Zewail est le premier à avoir montré comment l’étude des réactions chimiques pouvait être réalisée grâce à des flashs lasers extrêmement brefs (picosecondes puis femtosecondes), à l'aide d'un laser décrit comme « l'appareil photo le plus rapide du monde »[6]. Le chercheur a réussi à montrer comment se faisaient les liaisons chimiques à l'échelle de quelques femtosecondes, soit un millionième de milliardième de seconde[7]. L'appareil mis au point permet de voir les mouvements des électrons formant les liaisons chimiques, ce qui ouvre la possibilité de comprendre leur comportement et potentiellement de contrôler le résultat de leurs réactions[6].

 
Ahmed Zewail en 1986.

Le principe qu’il a développé consiste à soumettre un milieu chimique à deux flashs successifs : le premier génère la réaction, le second permet d’analyser par spectroscopie les composés chimiques[8].

Par ses découvertes, Ahmed Zewail a permis d'ouvrir de nouvelles perspectives en chimie, en biologie et en pharmacologie pour la mise au point de réactions chimiques et biochimiques plus performantes et plus sélectives, avec les conséquences que cela implique tant pour la synthèse chimique que pour la santé humaine[9].

Ses recherches ont ensuite été consacrées à l'étude aux échelles femto à nanosecondes du couplage électronique et de la dynamique atomique et moléculaire au cours des actes chimiques élémentaires qui sont mis en jeu lors de plusieurs réactions fondamentales en chimie et en biologie, ou qui contrôlent la communication électronique à longue distance dans les supramolécules chimiques et biologiques comme l'ADN[9].

Distinctions et récompensesModifier

 
Ahmed Zewail décoré de la médaille d'or Othmer (2009).

Ahmed Zewail a reçu plus de 100 prix et récompenses[5].

Outre le prix Nobel de chimie en 1999[3], ses travaux décisifs lui ont valu de nombreuses distinctions prestigieuses dont le Prix international du roi Fayçal (en) en 1989[10], le prix Wolf en 1993, la médaille du Collège de France en 1995, le prix Peter Debye et le NAS Award in Chemical Sciences en 1996, le prix Robert A. Welch (en) en 1997, le prix Robert A. Welch en 1997, la médaille Benjamin Franklin, le prix Lawrence et la Médaille William-H.-Nichols en 1998, le prix Röntgen en 1999, la médaille de l'Institut du monde arabe en 2000, le prix Albert Einstein en 2006, la médaille d'or Othmer en 2009, le prix de l'American Chemical Society en 2010, la médaille Davy en 2011 et la médaille Priestley en 2011[11].

Son pays l'Égypte lui décerne le grade de chevalier de l'Ordre égyptien du Mérite avant de lui attribuer en 1999 le grand collier de l'Ordre du Nil, la plus haute décoration de la République arabe d'Égypte. Il est par ailleurs décoré des insignes de grand cordon de l’Ordre du Cèdre du Liban, de commandeur de l'Ordre tunisien de la République, de chevalier de la Légion d'honneur et d'officier de l'Ordre français du Mérite[12].

Docteur honoris causa de plusieurs universités à travers le monde, aux États-Unis, en Angleterre, en Suisse, en Égypte, en Belgique, en Australie, au Canada, en Inde, en Italie, en Écosse, en Corée, en Suède, en France, en Chine, au Mexique, en Irlande, au Japon, au Liban, et en Argentine[13]. Il est membre de l'Académie nationale des sciences, de la Société américaine de philosophie, de l'Académie pontificale des sciences, de l'Academia Europaea et de l'Académie arabe des sciences, technologies et transport maritime. Il est également associé étranger de la Royal Society (1998), de la British Academy, de l’Académie des sciences de Russie, de l'Académie royale des sciences de Suède, de l'Académie des sciences (France), de l'Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts et de l'Académie des sciences de la Malaisie[5].

Enfin, une séries de timbres-poste ont été émis à son effigie en reconnaissance pour l'ensemble de sa production académique et scientifique[14],[15].

PublicationsModifier

Livres scientifiquesModifier

AutobiographiesModifier

  • Voyage Through Time: Walks of Life to the Nobel Prize, New York - Le Caire, The American University in Cairo Press, 2002.
  • (ar) L'âge de la Science (عصر العلم), Le Caire, 2005.
  • (ar) Le Temps (الزمن), Le Caire, 2007.
  • (ar) Dialogue des civilisations (حوار الحضارات), Le Caire, 2007.
  • Parcours d'un prix Nobel, Paris, ENS, 2017.

Notes et référencesModifier

  1. « Le prix Nobel égyptien Ahmed Zewail n'est plus », sur Al Huffington Post, .
  2. « Égypte : décès de Ahmed Zewail, prix Nobel de chimie en 1999 », sur jeuneafrique.com,
  3. a et b (en) « for his studies of the transition states of chemical reactions using femtosecond spectroscopy » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1999 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 1er septembre 2010
  4. (en) « Ahmed Zewail Facts », sur nobelprize.org
  5. a b et c (en) « Ahmed H. Zewail », sur britannica.com
  6. a et b « Mort du Prix Nobel de chimie égyptien Ahmed Zewail », sur lemonde.fr, (consulté le 20 juillet 2017)
  7. (en) « UNESCO Director-General pays homage to Professor Ahmed Zewail », sur fr.unesco.org
  8. (en) « Ahmed Zewail », sur aub.edu.lb
  9. a et b « Ahmed Zewail, Nobel américano-égyptien de chimie, est mort », sur sciencesetavenir.fr, (consulté le 20 juillet 2017)
  10. (en) « Professor Ahmed H. Zewail », sur kingfaisalprize.org
  11. « Ahmed Zewail », sur academie-sciences.fr
  12. « L’Ambassadeur de France M. Nicolas Galey remet les insignes de Chevalier de la Légion d’honneur au prix Nobel de chimie M. Ahmed Zewail », sur ambafrance.org,
  13. « Ahmed Zewail, Nobel américano-égyptien de chimie, est décédé », sur lapresse.ca, (consulté le 20 juillet 2017)
  14. (en) « l'Union postale universelle », sur wnsstamps.post
  15. (en) « Egypt Honors Ahmed Zewail with Postal Stamps », sur caltech.edu

BibliographieModifier

  • (en) Personal and Scientific Reminiscences: Tributes to Ahmed Zewail, Londres, World Scientific Publishing Europe Ltd, 2017.
  • (en) Reminiscences of Ahmed H.Zewail: Photons, Electrons And What Else ?, Londres, WSPC, 2018.

Liens externesModifier