Ahfir

ville de Berkane, Maroc

Ahfir
Ahfir
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Oriental (Maroc)
Province Province de Berkane
Maire Mohamed Zerdali
Démographie
Population 20 811 hab. (2018)
Densité 2 973 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 57′ 05″ nord, 2° 06′ 09″ ouest
Altitude 268 m
Superficie km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Maroc
Voir sur la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Ahfir
Géolocalisation sur la carte : Maroc
Voir sur la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Ahfir

Ahfir (en berbère : ⴰⵃⴼⵉⵔ, en arabe : احفير) est une ville du nord-est du Maroc, située dans la province de Berkane, dans la région de l'Oriental.

La ville est située à la frontière algéro-marocaine et la majorité de la population est originaire de la confédération berbère arabisée des At Iznasen. Depuis l’époque des colonisations françaises du XIXe siècle et du XXe siècle, la majorité de la population est arabophone et rares sont ceux qui parlent encore le berbère. Cependant, depuis l'officialisation de la langue berbère au Maroc en 2011, un processus d'enseignement de la langue berbère a été mis en place dans les écoles[1].

La ville s'appelait (Martimprey-du-Kiss) durant le protectorat Français.

Géographie

Localisation

Ahfir est proche de la mer (à 21 km de la station balnéaire de Saïdia).

Elle est reliée à Oujda par la Voie rapide Oujda - Ahfir (35 km), à la station balnéaire Mediterrania Saïdia par la Voie rapide Ahfir-Saïdia Mediterrania (21 km), à la ville de Berkane par une route nationale et à Nador via Saïdia par la Rocade méditerranéenne.

L’aéroport d'Oujda-Angads (à 25 km) est le plus proche aéroport de la ville et le port le plus proche est celui de Nador (à 90 km en passant par Saïdia et à 100 km en passant par Berkane).

Histoire

En 1859, le général français Martinprey du Kiss et son armée étaient en guerre avec les autochtones. Pour bien se protéger, ils s'étaient repliés dans un endroit près du Oued Kiss en se barricadant derrière de grandes tranchées. Les habitants de la région, qui vivaient dans les environs dans diverses tribus, avaient l'habitude d'appeler cet endroit « Ahfir ». Ce nom, qui signifie "trous" en berbère, fait référence à la carrière minière qui était exploitée à cet endroit.

La date du marqua l'entrée massive des troupes françaises dans la région où elles prirent position. En 1908, le général Lyautey fonda officiellement un village à cet endroit sous le nom de Martimprey-du-Kiss en hommage au général français qui a combattu le premier dans cette région. Martimprey-du-Kiss est alors devenu un village-carrefour pour les différentes communautés : marocaines, algériennes, françaises, et espagnoles.

À l'indépendance du Maroc en 1956, le village a retrouvé son appellation d'origine, après une visite du roi Mohammed V dans la région, grâce à un homme de l'armée de la libération marocaine qui a marqué la fin de la période Martimprey et le retour à la ville Ahfir[pas clair].

Données de l'époque coloniale

Martimprey du Kiss : c’était un poste militaire, un village. Toutes les voies de communication de la région convergeaient à Martimprey du Kiss.

Un service régulier et quotidien par autobus pour le courrier postal et les voyageurs était assuré d’Oujda à Martimprey et Berkane.

Des voitures publiques assuraient à volonté le transport des voyageurs. Charrettes nombreuses particulièrement pour le transport des marchandises.

Population : La population du centre se composait d'environ 1 100 habitants dont environ 400 Européens. Petite garnison. Le centre de Martimprey dépendait du contrôle civil des Beni-Snassen dont le chef-lieu était Berkane.

Les deux tribus rayonnant autour de Martimprey (Beni Khaled) comptaient environ 13 000 indigènes sous l’autorité des caïds Elyacoubi et Ould Ali.

  • Douanes : Brigadier.
  • Postes et télégraphes : Auvris : facteur receveur.

Cette petite ville a connu l'établissement d'un des premiers tribunaux modernes au Maroc; sa compétence s'étend jusqu'à Niima à près de 60 km.

  • Écoles : Une école française à trois classes. Veron : directeur, FEKHIKHER Ben Aberrahman: moniteur.
  • Aubergiste : Roussel
  • Boulangers : Turrel ; Rocca ; Ricard.
  • Cafés : Roussel ; Arrighi ; Bouhanna.
  • Courtiers : Nantes de Lambert.
  • Épiciers : Navarro ; Mirailles ; Bensoussen ; Bendenoun ; Cohen ; Bounouar ; Amsellem ; Choukroun.
  • Fabricant de crin végétal : Cailler.
  • Importation – Exportation : Baix.
  • Meunier : Cailler
  • Marché important de la région. Jours de marché : les lundis et les jeudis.
  • Le climat et la nature des terres permettent des cultures variées, les coteaux se prêtent à la culture de la vigne.
  • Agriculteurs propriétaires : Thévenot ; Gadhi ; Compagnie Marocaine ; Navarro ; Pitzini ; Combette ; Pérez ; Krauss ; Tripart ; Pellelier ; Mirailles ; Boukris ; Murcia ; Baix ;

Données géographiques et administratives

Ahfir se situe sur la rive gauche de « Oued Kiss », au pied des montagnes des Beni-Snassen entre la plaine de Triffa et celle des Angades, à proximité de la frontière entre le Maroc et l'Algérie . La ville est située à 19 km de la plage de Saïdia (la Perle Bleue), à 39 km de la capitale orientale Oujda et à 25 km de la ville Berkane. Les bâtiments militaires occupaient l’emplacement du camp retranché à l'époque Martinprey en 1859.

  • Climat : ~14 °C hiver, ~35 °C été
  • Altitude : entre 232 et 262 m

Ahfir dépend administrativement de la province de Berkane (dans la région de l'Oriental). Elle se trouve à 20 km de Saidia, 37 km d'Oujda et de 21 km de Berkane et une vingtaine de kilomètres de l'aéroport international d'Oujda - Les Angades. Aux élections municipales de 2015, Mohamed Zerdali est devenu président de la commune urbaine d'Ahfir.

Démographie

  • 2004 : 19 482 hab.
  • 2014 : 19 630 hab.
  • 2018 : 20 811 hab.

Enseignement

Ahfir relève de l'académie de l'Oriental. Voici ci-dessous la liste des principaux établissements scolaires de la ville :

Transports

Notes et références

  1. « La langue amazighe (berbère) sera enseignée dans les écoles du Maroc », sur Franceinfo, (consulté le )

Liens externes