Agostino Tassi

peintre italien
Agostino Tassi
Naissance
Décès
Activité
Lieu de travail

Agostino Tassi, pseudonyme d'Agostino Buonamici (né v. 1580 à Pérouse et mort le 25 février 1644 à Rome), est un peintre italien du maniérisme tardif spécialiste d'illusionisme architectural et de quadratura. Il est également connu pour avoir violé la peintre Artemisia Gentileschi, ainsi que d'autres femmes, et avoir été condamné à la prison à Rome et aux galères à Gênes.

BiographieModifier

Bien que né de Domenico Buonamici, fourreur, Agostino invente son adoption par le marquis Tassi et prend le nom de celui-ci comme pseudonyme.

Influencé par Paul Bril et Adam Elsheimer, peintres du nord, il travaille d'abord à Florence et Livourne (1594-1608) et ensuite à Rome (1599) et à Gênes (1606) à la suite d'un bannissement. À partir de 1610, il reste définitivement à Rome où il travaille avec Orazio Gentileschi.

Le viol d'Artemisia GentileschiModifier

 
Dans son tableau Judith décapitant Holopherne (1613), Artemisia représente Holopherne sous les traits d'Agostino Tassi, qui l'a violée un an plus tôt.

En 1611, il réalise des fresques des voûtes du « pavillon des Roses », dans le palais Pallavicini Rospigliosi de Rome, avec Orazio Gentileschi. Ce dernier lui demande d'être le précepteur privé de sa fille, Artemisia, qui a commencé sa carrière dans l'atelier de son père, mais est privée de l'accès à l'enseignement des beaux-arts car elle est une femme.

Tassi la viole peu après. Il promet tout d'abord de l'épouser pour sauver sa réputation, mais il ne tient pas sa promesse et le père d'Artemisia porte l'affaire devant le tribunal papal, portant plainte près d'un an après le viol qui se serait déroulé le . L'instruction pour stupro violente (défloration par force) dure neuf mois, de mars 1612 à novembre 1612. Le témoignage d'Artemisia durant le procès, puis celui de la sœur de Tassi, où tous les témoins subissent une forme de torture, fait que Tassi, incarcéré tout au long du procès, est condamné le à 5 ans d'exil des États pontificaux. Il semble toutefois que Tassi ne quitte pas Rome pour autant[1].

L'année suivante, en 1613, Artemisia Gentilsechi représente de manière cathartique Agostino Tassi se faisant décapiter, dans son tableau Judith décapitant Holopherne[2].

Suite de carrièreModifier

Le Français Claude Lorrain, vers 1620, ainsi que le peintre de vedute fantaisistes Viviano Codazzi, entre 1620 et 1634, se sont formés dans son atelier. Dans sa maturité, il se rapproche du classicisme du Dominiquin. Il alterne tableaux et travaux de décoration pour de nombreux palais et villas de Rome et de ses environs (Casino Ludovisi, Quirinal, palais Pamphilj et Rospigliosi).

ŒuvresModifier

  • Arrivée de la reine de Saba devant le roi Salomon (v. 1610), Burghley House, Lincolnshire
  • La Fuite en Égypte (1615), galerie nationale, Pérouse
  • Marine avec un chantier naval (1615), galerie Dorria-Pamphili, Rome
  • Entrée de Taddeo Barberini par la Porta del Popolo (1632), Banca di Roma, Rome
  • Ruines (apr. 1615), collection Guildi, Florence
  • Menace de tempête à Calafuria, fondation Roberto Longhi, Florence
  • Scène pastorale, Galleria Nazionale d'Arte Antica, Palais Corsini, Rome
  • Aurora (1621–1623), fresque, Casino de la Villa Ludovisi, Rome.
  • Scène de port (1629), galerie Dorria-Pamphili, Rome
  • Capriccio con di Palazzo dei Conservatori, encre, collection privée
  • Compétition du mât de cocagne sur la colline capitoline, musée Capitolini, Rome
  • Embarquement d'une reine, collection privée
  • Paysage imaginaire avec le temple de la sibylle à Tivoli (v. 1625), fresque, Palazzo Lancelotti, Rome
  • Paysage avec rivière (v. 1625), encre, collection particulière
  • Atrium d'un palais avec soldats
  • Vue d'un port, pierre noire, plume, encre brune et lavis brun, H. 0, 275 ; L. 0,415 m, Paris, Beaux-Arts de Paris[3],[4].

Notes et référencesModifier

  1. Marthe Coppel-Batsch, « Artemisia Gentileschi (1593-1653). Sexe, violence, peinture », Adolescence,‎ , p. 365-387 (lire en ligne)
  2. Marie-Jo Bonnet, Les femmes dans l'art : qu'est ce que les femmes ont apporté à l'art ?, Paris, La Martinière, , 252 p. (ISBN 2-7324-3087-0)
  3. « Cat'zArts - Affichage d'une notice », sur www.ensba.fr (consulté le )
  4. Sous la direction d’Emmanuelle Brugerolles, Le Paysage à Rome, Carnets d’études 30, Beaux-Arts de Paris les éditions, 2015, p. 30-34, Cat. 6.

BibliographieModifier

  • Agostino Tassi (1578-1644). Un paesaggista tra immaginario e realtà. Catalogo della mostra (Roma, 19 giugno-21 settembre 2008), éditeur Iride per il Terzo Millennio

Liens externesModifier