Agnes Pockels

chimiste allemand
Agnes Pockels
Description de l'image Agnes Pockels.jpg.
Naissance
Venise (Royaume de Lombardie-Vénétie)
Décès (à 73 ans)
Brunswick (Troisième Reich)
Nationalité Allemande
Domaines Science des surfaces
Diplôme Docteur honoraire de l'université technique Carolo-Wilhelmina de Brunswick (1932)
Renommé pour pionnière de la science des surfaces
Distinctions prix Laura Leonard (1931)

Agnes Luise Wilhelmine Pockels () est une pionnière allemande de la chimie. Son travail a été fondamental dans la création de la science des surfaces qui décrit les propriétés des surfaces des liquides et des solides[1].

Enfance et étudesModifier

Pockels est née à Venise, Italie, en 1862. À cette époque Venise était sous contrôle autrichien et le père de Pockels était soldat dans l'armée autrichienne. Lorsqu’il attrapa la malaria en 1871 il déménagea avec sa fille à Brunswick, en duché de Brunswick, qui faisait partie de l'Empire allemand naissant[1]. Pockels est scolarisée dans cette ville dans le collège pour filles municipal[2].

Enfant, Pockels s’intéressait aux sciences et voulait étudier la physique[3]. À cette époque les femmes n'avaient pas accès aux universités. Ce n'est seulement qu'à travers son frère cadet Friedrich Carl Alwin Pockels qu'elle eut accès à la littérature scientifique[1]. Friedrich, qui étudiat à l'université de Göttingen, fut également un scientifique renommé ; il est connu pour l'effet Pockels.

Recherches et vie adulteModifier

Pockels découvrit l'influence des impuretés sur la tension de surface des fluides en faisant la vaisselle dans sa cuisine. Elle était célibataire et s'occupait de ses parents malades, elle passait donc beaucoup de temps cuisinant et nettoyant à l'aide de différents huiles, savons et autres produits ménagers[1]. Malgré son manque de formation Pockels mesura la tension de surface de l'eau en concevant un appareil connu sous le nom de cuve de Pockels, un instrument clé dans la science des surfaces. En utilisant une version améliorée de ce dispositif, le chimiste américain Irving Langmuir fit des découvertes supplémentaires sur les propriétés des molécules de surface, découvertes qui lui valurent le prix Nobel de chimie en 1932[4]. L'appareil de Pockels est également un ancêtre de la cuve de Langmuir[5] conçue par Langmuir et la physicienne Katharine Blodgett.

En 1891, avec l’aide de Lord Rayleigh, Pockels publie son premier article, « Surface Tension, » sur ses mesures dans Nature[6]. Ainsi a commencé sa carrière sur l'étude des films de surface. Elle ne reçut jamais de poste officiel mais elle publia de nombreux articles et reçue la reconnaissance comme pionnière dans la nouvelle science des surfaces.

Pockels meurt en 1935 à Brunswick, en Allemagne. Elle ne se maria jamais.

Honneurs et prixModifier

En 1931, avec Henri Devaux, Pockels reçoit le prix Laura Leonard de la Colloid Society. L'année suivante l'université technique Carolo-Wilhelmina de Brunswick lui décerne un doctorat honoraire[1].

Notes et référencesModifier

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Agnes Pockels » (voir la liste des auteurs).
  • (en) C.H. Giles et S.D. Forrester, The origins of the surface film balance: Studies in the early history of surface chemistry, part 3, Chemistry and Industry, , p. 43-53. Cet article contient une des biographies les mieux détaillées d'Agnes Pockels, incluant des photos d'elle et de sa famille.
  • (en) Charles Tanford, Ben Franklin stilled the waves: An informal history of pouring oil on water with reflections on the ups and downs of scientific life in general, Oxford, Oxford University Press,
  • (en) Elizabeth Derrick, « Agnes Pockels, 1862-1935 », Journal of Chemical Education, vol. 59, no 12,‎ , p. 1030-1031
  • (en) Andrea Kruse et Sonja M. Schwarzl, « Zum Beispiel Agnes Pockels », Nachrichten aus der Chemie,‎
  1. a b c d et e (en) Nina (ed) Byers, Williams, Gary, Out of the Shadows: Contributions of Twentieth-Century Women to Physics, Cambridge, Cambridge University Press, , 36-42 p. (ISBN 9780521169622)
  2. « 150th Birthday of Agnes Pockels », ChemViews, (consulté le 13 juillet 2013)
  3. =Christiane A. Helm, =Ernst-Moritz Arndt et Uni Greifswald, « Agnes Pockels: Life, Letters and Papers », American Physical Society,‎ ?
  4. « The Nobel Prize in Chemistry 1932 », Nobel Prize.org (consulté le 13 juillet 2013)
  5. « Agnes Pockels: The Invention of the "Slide Trough" », X Timeline (consulté le 13 juillet 2013)
  6. Agnes Pockels, « Surface Tension », Nature, vol. 43,‎ , p. 437-439 (DOI 10.1038/043437b0, Bibcode 1891Natur..43..437B, lire en ligne, consulté le 13 juillet 2013)

Voir aussiModifier