Ouvrir le menu principal
Agadir Bombay
Titre original أغاديرمومباي
Réalisation Myriam Bakir
Scénario Myriam Bakir
Acteurs principaux

Siham Touzy
Nouffissa Benchehida
Driss Roukhe
Fatima Tihihit

Sociétés de production Babalee Productions
Yam'Productions
Pays d’origine Drapeau du Maroc Maroc
Genre Comédie dramatique
Durée 80 minutes
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Agadir Bombay est une comédie dramatique de la réalisatrice franco-marocaine[1] Myriam Bakir, sortie en 2011.

C'est le premier long métrage de Myriam Bakir, qui avait au préalable réalisé des courts métrages dont le premier, Demain on tourne, remonte à 1993[2]. Elle en est également la scénariste.

Ce film traite d'un sujet encore délicat au Maroc : la prostitution[3]. Son accroche officielle est : « Le plus grand voyage n'est pas celui qu'on croit »[4].

Tourné en darija, il est sous-titré en français ou en anglais.

DescriptionModifier

SynopsisModifier

Imane, une jeune adolescente de 14 ans vivant à Taroudant, dans la plaine du Souss, joyeuse et férue de comédies musicales indiennes, s'ennuie et rêve de découvrir la cité balnéaire d'Agadir, non loin sur la côte atlantique. Leïla, la fille d'une voisine qui y réside, lors de l’une de ses nombreuses visites familiales à Taroudant, lui propose de s'y rendre. Une fois sur place, un tout autre monde que celui dont Imane rêvait lui est révélé…

Fiche techniqueModifier

  • Titre : Agadir Bombay
  • Titre original : أغاديرمومباي
  • Réalisation : Myriam Bakir[5]
  • Scénario : Myriam Bakir [5]
  • Musique : Adel Aïssa ; Saïd el-Azizi Alaoui ; Abdelwahed el-Azizi Alaoui[5]
  • Directeur de la photographie : Christophe Debraize-Bois[5]
  • Ingénieur du son : Faouzi Tabet[5]
  • Montage :
    • Image : Julien Fouré[5]
    • Son/mixage : Olivier Roux[5]
  • Producteurs : Babalee Productions ; Yam'Productions[5]
  • Financement : Centre cinématographique marocain ; Soread 2M[5]
  • Distributeurs : Younes SARL ; Mohamed Alaoui[5]
  • Directeurs de production : Barddine Benkirane ; Youssef Ezzahar el-Idrissi[5]
  • Année de production : 2011[5]
  • Budget : 5 millions de dirhams[6]
  • Genre : Comédie dramatique
  • Pays :   Maroc
  • Langues : darija[3] (sous-titrages en français ou en anglais)[5]
  • Format image : 35mm[5] ; haute définition[5] ; couleur
  • Durée : 80 minutes[5]
  • Date de sortie en salles au Maroc : [3]

DistributionModifier

Principaux acteurs[7]
  • Siham Touzy (Imane)
  • Nouffissa Benchehida (Leïla)
  • Driss Roukhe (Rachid)
  • Fatima Tihihit (Fatima)
  • Abdellatif Chaouqi (Mounir Absi)
  • Abdellatif Aatif (père d'Imane)
  • Rachida Gouraane (Mina, mère d'Imane)
  • Malek Akhmiss (Ahmed)
  • Khadouj Aneddam (grand-mère d'Imane)
  • Mohamed Amira (grand-père d'Imane)
  • Malika Hamaoui (racoleuse)
  • Youssef Ezzahar el-Idrissi (fonctionnaire)

HistoriqueModifier

Agadir Bombay est sorti en salles au Maroc le 21 décembre 2011[3]. Auparavant, il avait été projeté :

Son tournage, qui a duré environ deux mois, s'est principalement déroulé à Agadir, où il a démarré le 14 octobre 2008, et à Taroudant (ville d'origine du personnage principal, Imane, et du père de la réalisatrice) ; également, juste pour les scènes « bollywoodiennes » faisant partie des rêves d'Imane, au théâtre Mohammed-VI de Mohammédia[8]. Avec ce film, la localité de Taroudant a été plongée dans une atmosphère de tournage qu'elle aurait au moins connue six décennies auparavant grâce au film Ali Baba et les Quarante Voleurs[9] de Jacques Becker.

Concernant le premier trimestre qui a suivi sa sortie, avec 16 426 entrées, Agadir Bombay était en quatrième position du box-office marocain derrière Un Marocain à Paris de Saïd Naciri[10] (65 398), Andalousie, mon amour ! de Mohamed Nadif[11] (17 837) et Les Mains rudes de Mohamed Asli[12] (17 531)[13].

Le 12 août 2012, il a été diffusé sur la chaîne de télévision marocaine 2M[14].

Notes et référencesModifier

  1. Najat Faïssal, « 12e Festival national du film de Tanger : Agadir Bombay, un film émouvant sur la prostitution », Aujourd'hui le Maroc,‎ (lire en ligne)
  2. « Myriam Bakir », sur www.cinemed.tm.fr (consulté le 30 juin 2012)
  3. a b c d et e Fouzia Marouf, « "De nombreuses personnes mènent une double vie au Maroc " », Le Soir Échos,‎ (lire en ligne)
  4. Site officiel (consulté le )
  5. a b c d e f g h i j k l m n o et p « Fiche technique », sur www.agadirbombay.ma (consulté le 18 novembre 2012)
  6. Nouhad Fathi, « Sortie. Bollywood a des Soussis », TelQuel,‎ (lire en ligne)
  7. « Casting », sur www.agadirbombay.ma (consulté le 30 juin 2012)
  8. « Agadir-Bombay : Myriam Bakir tourne son premier long-métrage », sur www.agadirnet.com, (consulté le 30 juin 2012)
  9. « Silence… On tourne à Taroudant », L'Économiste, no 2892,‎ (lire en ligne)
  10. Imane Lahlou, « Un Marocain à Paris (et) est un navet à l'affiche », La Vie éco,‎ (lire en ligne)
  11. « Andalousie, mon amour ! », sur www.ccm.ma (consulté le 30 juin 2012)
  12. « Les Mains rudes », sur www.ccm.ma (consulté le 30 juin 2012)
  13. [PDF] « Box-office des films marocains : 1er trimestre année 2012 », sur www.ccm.ma (consulté le 30 juin 2012)
  14. « Agadir Bombay », sur tvmag.lefigaro.fr (consulté le 18 novembre 2012)

Voir aussiModifier