Ouvrir le menu principal
African Flashback

Album de Aldo Romano, Louis Sclavis, Henri Texier et Guy Le Querrec
Sortie [1]
Enregistré 18-, studio de la Maison de la culture d'Amiens
Durée 52 min 20 sec
Genre Jazz fusion-free jazz
Producteur Pierre Walfisz
Label Label Bleu
Critique

Albums de Aldo Romano, Louis Sclavis, Henri Texier et Guy Le Querrec

African Flashback est un album de jazz français du trio Aldo Romano, Louis Sclavis, Henri Texier et du photographe Guy Le Querrec paru le sur le Label Bleu. Faisant suite à Carnet de routes, paru en 1995 et devenu un album majeur de l'histoire du jazz français[3], et à Suite africaine datant de 1999, ce troisième opus constitue, comme son titre l'indique, un rappel et une extension du projet musical mis en place par le « quatuor » plus de dix ans auparavant.

HistoriqueModifier

À la suite de l'énorme succès de l'album-concept Carnet de routes paru en 1995 – qui est devenu l'un des plus gros succès du jazz français, voire européen, avec plus de 70 000 exemplaires vendus[4],[3] –, puis la confirmation de Suite africaine en 1999 qui rencontre également un important succès auprès du public avec la vente de 60 000 exemplaires[4], le trio Romano-Sclavis-Texier, accompagné du photographe Guy Le Querrec, décide non pas cette fois-ci de repartir sur les routes africaines, mais d'explorer les clichés inédits de Le Querrec afin de composer de nouveaux morceaux et d'éditer un nouveau livret accompagnant le disque[5],[6]. Ce travail, qui doit « clore le triptyque » commencé quinze ans auparavant[7], est à l'initiative de Pierre Walfisz, devenu le directeur de Label Bleu. Ce dernier demande à Le Querrec de réaliser une sélection de deux cents clichés en noir et blanc couvrant tout son travail en Afrique débuté en 1968 au Maroc jusqu'à son voyage de 1998 chez les Lobis en Afrique de l'Ouest[5],[8]. Les photos ont ensuite été soumises aux trois musiciens qui choisirent chacun quatre images qu'ils considérèrent les plus évocatrices et propices à leurs compositions[7].

L'album est enregistré du 18 au dans le studio Gil-Evans de la Maison de la culture d'Amiens sous la direction technique de Philippe Tessier du Cros ; le mixage et le mastering sont réalisés par Philippe Tessier du Cros et Raphaël Jonin respectivement au studio Boxson et à Dyam à Paris[1],[9]. Le disque paraît le sur le Label Bleu. Cette fois encore, le disque est accompagné – dans son édition limitée de luxe réalisée en collaboration avec l'agence Magnum[10] – d'un livret d'une centaine de pages découpé en treize séquences constitué d'une sélection de photos que Guy Le Querrec a prises au cours de ses trente ans de voyage en Afrique[6],[5]. La parution de l'album est précédée la veille, , d'un concert du trio à La Cigale, retransmis en direct par la radio FIP[11],[7].

Le disque est réédité à l'occasion de sa sortie en version numérique le .

Liste des titres de l'albumModifier

No TitreAuteur Durée
1. BerbèreHenri Texier 4:39
2. Derrière le sableAldo Romano 3:51
3. HarvestAldo Romano 2:26
4. Entre chien et loupAldo Romano 2:33
5. Three ChildrenLouis Sclavis 4:02
6. African Panther 69Henri Texier 2:21
7. Surreal PolitikHenri Texier 5:39
8. Viso di donnaAldo Romano 3:39
9. Fô lionHenri Texier 5:20
10. Le Long du tempsLouis Sclavis 4:24
11. 55 WheelsLouis Sclavis 4:36
12. Look the LobisAldo Romano 4:32
13. Dieu n'existe pasLouis Sclavis 4:13

Composition du « quartet »Modifier

Accueil critiqueModifier

À sa parution, Télérama accorde à l'album la note maximale de ƒƒƒƒ[4] alors que pour Citizen Jazz, il s'agit d'un « grand disque, [de] grandes images, [de] grands hommes[6] ». Pour Bernard Quiriny de Chronic'art – qui lui accorde la note de 55 –, le disque est une « succession surprenante, parfois inattendue et immanquablement fascinante d’instants d’évocation, parfois joyeux et enjoués, le plus souvent doucement mélancoliques et crépusculaires », le critique soulignant tout particulièrement la force de certaines photos de Guy Le Querrec présentées dans le livret[8].

À l'international, le quotidien britannique The Guardian réserve un accueil particulièrement chaleureux au disque qualifié dans son ensemble de « délicieux[12] » tandis que le magazine culturel canadien anglophone Exclaim! le « recommande vivement » en considérant qu'en la matière le trio Romano-Sclavis-Texier est constitué « d'hommes qui sont maîtres de leur art[13] ».

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Lien externeModifier