Affaire des Mirages

L'affaire des Mirages est l'un des principaux scandales politiques suisses du XXe siècle. Elle est provoquée par un dépassement de budget lors de l'achat d'avions de combat Dassault Mirage III par l'armée suisse dans les années 1960.

Le dépassement du budget a été grandement causé par "l'Helvétisation" du Mirage III. Les spécificités demandées (Radar américain Taran-18, missile air-air AIM-26 Falcon, missile guidé AS-30 NORAS, ainsi que d'autres adaptations au niveau des trains d'atterrissage et du réacteur) ont fait passer le nombre de commande de 100 à 57 appareils.

Cette affaire provoquera en 1964 l'institution de la première commission d'enquête parlementaire de l'Assemblée fédérale suisse ; ses conclusions provoqueront le retrait du conseiller fédéral Paul Chaudet en 1966[1].

Notes et référencesModifier

  1. François Modoux, « Du Mirage au Gripen : l'épreuve du carcan financier », Le Temps, jeudi 15 mai 2014, p. 9.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Mirages sur la Suisse, Pierre Henchoz, Ed. La Baconnière, 1969.