Affaire Topaze

L'affaire Topaze qui est le prolongement de l'affaire Océan, est une affaire de trafic de cannabis entre le Maroc et le sud-est de la France et de cocaïne transitant par le Brésil entre 1996 et 1998.

Étaient impliqués dans cette affaire Francis le Belge, Antoine Cossu (alias Tony l'anguille), Pascal Perletto, Franck Perletto, Jean-Pierre Gandebœuf, Aimé Béranger, Alain Busso, Alain Tavera, Jean-Paul Baudino, Frédéric Perlungo, Farid Berrhama, Jean-Claude Kella, Abdeslam Ben Dohhou...

Procès en novembre 2004Modifier

Le procès de l'affaire Topaze a été jugé le . Antoine Cossu, dit "Tony l'anguille" a écopé de 20 ans de réclusion, Jean-Pierre Gandebœuf de 18 ans de réclusion, Alain Tavera de 13 ans, et 8 ans pour Abdeslam Ben Dohhou impliqué dans l'importation de 2 tonnes de résine de cannabis[1]. Dans le dossier, instruit à Grasse, il est apparu que l'organisation criminelle était composée de trois groupes:

  • Les Tontons
  • Les Lyonnais
  • Les Toulonnais ou les petits : Pascal Perletto et ses complices.

Selon l'accusation, Gandebœuf et Cossu, organisateur et banquier, ont été condamnés pour avoir dirigé ces importants trafics de résine de cannabis marocaine et de marijuana mexicaine[1].

Le jugement a été cassé par la cour de cassation en .

Procès en appel par la cour d'assises d'Aix-en-Provence en septembre 2006Modifier

Vendredi , trois des quatre caïds rejugés dans cette affaire ont vu leurs peines réduites par la cour d'assises d'appel d'Aix-en-Provence. Antoine Cossu, ancien beau-frère du parrain Francis Vanverberghe dit "Le Belge", a été condamné à 18 ans de réclusion. À ses côtés, Jean-Pierre Gandebœuf, figure du milieu lyonnais, s'est vu infliger 15 ans de réclusion et Alain Tavera, caïd du Sud-Est, 12 ans. Enfin, la cour a confirmé la peine d'emprisonnement de huit ans à l'encontre de Franck Perletto, caïd du milieu varois. Le jury n'était composé que de magistrats sous la présidence de Patrick Vogt[1].

Le dernier protagoniste à être jugé fin est Christian Frédérick 78 ans, né à Ajaccio, "bien qu’inconnu du grand public, c'est une figure du Milieu qui recevait le tout Paris des années 1970 dans son établissement de la place de l’Etoile". En cavale avec un mandat d’arrêt européen sur lui depuis le . Rattrapé en en Belgique au lendemain d’une déclaration de perte de ses papiers.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (fr) « Procès Topaze: peines allégées pour trois des quatre caïds », sur Au troisième œil (consulté le 23 février 2010)