Ouvrir le menu principal

L’affaire Luchaire est une affaire politico-financière française dont les faits se sont produits dans les années 1980.

Sommaire

ContexteModifier

Après la révolution iranienne, en 1979, la France entretient des relations tendues avec l’Iran et soutient l’Irak lors de la guerre opposant les deux pays.

FaitsModifier

Entre 1982 et 1986, alors que Charles Hernu est ministre de la Défénse, la France livre des obus à l’Iran, ventes autorisées par la Commission interministérielle pour l'étude des exportations de matériel de guerre grâce à un trucage, les certificats mentionnaient d’autres pays. Par ailleurs, 3 millions de francs de commissions auraient pu être reversés au Parti socialiste[1].

L’affaire est révélée par La Presse de la Manche, puis le rapport du contrôleur général des armées Jean-François Barba est publié par L'Express en janvier 1987[2].

EnquêteModifier

L’enquête est confiée au juge d’instruction Michel Legrand. Mais le général Barba se rétracte et le juge ne peut obtenir des documents classifiés pour poursuivre son enquête. Le procureur de la République de Paris Pierre Bézard, contre son avis et sur ordre écrit du ministre de la justice, requiert un non-lieu qui est finalement prononcé le 16 juin 1989[1],[3],[2].

RépercussionsModifier

À la veille de l’élection présidentielle de 1988, la première loi de transparence est votée. Le cadre législatif autour du financement des partis, des campagnes électorales et de la transparence du patrimoine des élus sera continuellement renforcé par la suite[4].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean Guisel, « La France, premier proliférateur nucléaire », dans Histoire secrète de la Ve République, p. 250
  2. a et b Gilles Gaetner, « 1987: l'affaire Luchaire », L'Express,‎ (lire en ligne)
  3. Renaud Lecadre, « Une justice aux ordres, ou la machine à étouffer les scandales », dans Histoire secrète de la Ve République, p. 633
  4. Thomas Snégaroff, « La transparence de la vie politique à marche forcée (1988-2014) », sur www.franceinfo.fr,

BibliographieModifier