Aegidius van Braam

militaire néerlandais

Aegidius van Braam (né le , mort le ) était un officier de la marine néerlandaise qui atteignit le grade de vice-amiral. À la suite du renversement des Provinces-Unies par l'armée révolutionnaire française en 1795, il resta fidèle à la Maison d'Orange-Nassau et prit la fuite vers l'Angleterre. Après la Restauration en 1814, il fut réhabilité par le roi Guillaume Ier et reçut le titre honorifique de Jonkheer.

Aegidius van Braam
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
DelftVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Officier de marineVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Distinction
Van Braam wapen.svg
blason

Capitulation de VlieterModifier

À la suite de la Révolution batave en 1795, qui marqua la disparition des Provinces-Unies par la République batave, de nombreux officiers orangistes, dont faisait partie Van Braam, quittèrent la marine. Il s'y engagea cependant de nouveau en 1798.

En 1799, Van Braam était à la tête du Leyden, un navire de ligne équipé de 64 canons. Le navire faisait partie d'un escadron qui devait escorter une armée composée de quelque 5 000 hommes placés sous le commandement du général Daendels vers Java. Un autre officier naval orangiste qui avait quitté la flotte en 1795, Carel Hendrik Ver Huell, prit contact avec Van Braam et un autre capitaine, Theodorus Frederik van Capellen. Ver Huell proposa alors de mettre sur pied une mutinerie à bord des navires de l'escadron[1]. À peu près au même moment, une coalition de troupes britanniques et russes débarqua des troupes en Hollande-Septentrionale ce qui marqua le début de la Campagne de Hollande.

Les équipages des navires de guerre bataves étaient en mesure de voir qu'au loin, des drapeaux orange étaient en train d'être hissés sur les forts et les clochers de Den Helder, en signe d'allégeance à la Maison d'Orange-Nassau. La mutinerie éclata sur plusieurs navires, dont le Leyden dirigé par Van Braam. Van Braam avouera par la suite qu'il aurait pu facilement écraser la mutinerie, mais qu'il décida de ne rien faire. Cependant, il mit en garde son commandant, le vice-amiral Samuel Story, de l'« urgence de la situation » à bord des autres navires de la flotte[2].

Confronté à un ultimatum britannique d'un côté, et à une mutinerie sur son navire de l'autre, le vice-amiral Story prit la décision de rendre son escadron à la flotte britannique le . Cet épisode est aujourd'hui connu sous le nom de capitulation de Vlieter. Cette capitulation constitua un tel choc pour la flotte britannique qu'elle ne joua plus aucun rôle dans les guerres révolutionnaires et napoléoniennes par la suite.

Van Braam, Story, et d'autres officiers furent constitués prisonniers de guerre et envoyés en Angleterre. Ils furent libérés à la suite de la Paix d'Amiens en 1802. Cependant, ils ne retournèrent pas en Hollande, et furent condamnés par une cour martiale néerlandaise en 1803, accusés de désertion, refus de devoir et déloyauté. Ils furent également accusés de parjure (pour ne pas avoir respecté leur serment de loyauté). En conséquence, ils furent bannis à vie de la Hollande, sous peine de mort (par fusillade dans le cas de Van Braam)[3].

RéférencesModifier

  1. Roodhuyzen, p. 164
  2. Roodhuyzen, p. 166
  3. Archives de Hoge Militaire Rechtspraak 1795-1813, Nationaal Archief, No. 95; 101 Sententiën

BibliographieModifier

  •   (nl) T. Roodhuyzen, In woelig vaarwater: marineofficieren in de jaren 1779-1802, vol. 48, t. 1, De Bataafsche Leeuw, (ISBN 9067074772)