Adrien Lamorial Jean Marie de Warenghien de Flory

Adrien Lamorial Jean Marie de Warenghien de Flory
Adrien Lamorial Jean Marie de Warenghien de Flory

Naissance
Douai (Nord)
Décès (à 64 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Génie
Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1794-1842
Distinctions Chevalier de l'Empire
Officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis

Adrien Lamorial Jean Marie de Warenghien de Flory, né le à Douai (Nord), mort le à Paris, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de serviceModifier

Il entre en service le , comme élève à l’École Polytechnique, et en 1795, il est admis à l’école du génie avec le grade de sous-lieutenant, puis il devient lieutenant en 1797.

Il sert dans l’armée des côtes de l’Océan en 1798, et dans celle des Alpes en 1799. Il assiste à la bataille de Novi le , et il reçoit son brevet de capitaine le suivant. De 1800 à 1801, il est affecté à l’armée d’Italie, et après la victoire de Marengo le , il est chargé de la construction d’un pont sur le Mincio le , opération qu’il exécute sous le feu de l’ennemi.

En 1803 il est envoyé à l’armée des côtes de l'Océan, et en 1805, il participe à la campagne d’Autriche. Il assiste au Combat de Günzburg le , et le il est employé à la construction du pont d’Elchingen.

En 1806 et 1807, il fait la campagne de Prusse et de Pologne, et le , il prend les fonctions d’aide de camp du général Dupond. Il est blessé grièvement le , au Combat de Halle, et en novembre, il prend une part active lors de la bataille de Lübeck. Il est nommé chef de bataillon le , et il se distingue le , à la bataille de Friedland.

Envoyé à l’armée d’Espagne, comme aide de camp du général Dupont, il assiste le , à la bataille d’Alcolea, puis à la désastreuse Bataille de Bailén le . Emprisonné quelques mois au fort Saint-Jean à Marseille, il est envoyé à Florence, pour prendre le commandement d’un bataillon du 112e régiment d’infanterie de ligne le .

En avril 1809, il prend part à la campagne d’Autriche, et il est fait chevalier de la Légion d’honneur le . Il se fait remarquer le , à la bataille de Raab, ainsi que les 5 et à celle de Wagram. Il est créé chevalier de l’Empire le .

En 1810, il retourne à l’armée d’Espagne, et il est élevé au grade de major le . Il commande un régiment provisoire jusqu’en 1813. Le , il est nommé colonel commandant le 48e régiment d’infanterie de ligne à Hambourg, et en 1814, il fait la campagne de France, à la Grande Armée.

Lors de la première restauration, le roi Louis XVIII, le maintient dans son commandement, et le fait chevalier de Saint-Louis.

Pendant les Cent-Jours, il est promu général de brigade le .

Au retour des Bourbons, sa promotion au grade de général de brigade est annulée par ordonnance du , et il est mis en non activité le jour même.

Il est remis en activité en 1820, comme commandant de la légion de la Meurthe, qui devient le 52e régiment d’infanterie de ligne la même année. Il est fait officier de la Légion d’honneur le , et il redevient général de brigade en 1823.

Mis en disponibilité, il reprend du service en 1828, comme commandant d’une brigade au camp de Saint-Omer, et en 1830, il prend le commandement du département de l’Orne à Alençon, puis il commande successivement les départements du Finistère, de la Charente-inférieure et de l’Aveyron.

Il meurt le , à Paris.

DotationModifier

  • Le , donataire d’une rente de 2 000 francs en Westphalie.

ArmoiriesModifier

Armoiries Nom du chevalier et blasonnement


Chevalier Adrien Lamorial Jean Marie de Warenghien de Flory et de l'Empire, lettres patentes du .

Parti : au premier, d’or à trois léopards de sable passant l’un sur l’autre ; au second, d’azur au chevron d’or, accompagné de trois besants du même ; le parti soutenu d’une champagne de gueules, chargée du signe des chevaliers légionnaires.

SourcesModifier