Adrien Bonhoure

haut-fonctionnaire français
Adrien Bonhoure
Fonctions
Gouverneur de la Côte française des Somalis
-
Gouverneur de la Polynésie française
-
Joseph Pascal François (en)
Charles Hostein (d)
Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie (intérim)
-
Jules Louis Richard (d)
Gouverneur général de l'Inde française
-
Gouverneur de La Réunion
-
Auguste Marius Vérignon (d)
Préfet des Vosges
-
Eugène Allard (d)
Préfet de la Haute-Loire
-
Préfet de Corse
janvier -
Préfet des Pyrénées-Orientales
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jules Adrien Jean BonhoureVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Parentèle
Clément Bonhoure (d) (frère consanguin)
Ernest Fontanès (beau-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction
Archives conservées par

Jules Adrien Jean Bonhoure, né le à Shanghai et mort le à Paris 6e[2], est un haut fonctionnaire et administrateur colonial français.

Biographie modifier

Adrien Bonhoure est né d'un père gardois qui était alors missionnaire évangélique en Chine.

Reçu avocat à la Cour d'appel de Paris le , il devient chef-adjoint du cabinet du président de la Chambre des députés en , puis chef de ce cabinet de à , et enfin chef de cabinet du président du Conseil et ministre de l'Intérieur Charles Floquet d' à .

Nommé préfet des Pyrénées-Orientales à la fin du même mois, il passe préfet de Corse en , mais est appelé aux fonctions de trésorier-payeur général du département de la Mayenne dès . Devenu trésorier-payeur général de la Vienne en , il prend les fonctions de préfet de la Haute-Loire en .

Nommé dans les Vosges en , il devient gouverneur des colonies en poste à La Réunion le 26  juillet 1906. En 1907, Victor Augagneur, gouverneur général de Madagascar, propose le rattachement de l'île à Madagascar. Le 17 avril , Bonhoure est informé du projet. Il rend son avis le 1er juillet où il critique[3] les arguments d'Augagneur en soulignant les enjeux internes en cas d'application de cette réforme, en estimant irréalisable les économies mises en avant, en mettant en avant le non respect de la constitutionnalité et en estimant par contre que la colonie de Mayotte et dépendances peut être rattacher à Madagascar. Dans son rapport, il reconnait cependant que la Réunion pourrait réduire son budget dans les services judiciaires sans remettre en cause le fonctionnement général. Lucien Gasparin et Pierre Édouard Augustin Archambeaud, deux députés réunionnais, s'insurgent eux aussi contre ce projet considéré comme une perte de prestige et comme une injure de la part de la métropole. Le 15 septembre , de nombreux habitants manifestent au Jardin Colonial et le 19, Bonhoure est sommé de s'expliquer[4]. Le 3 décembre , Augagneur expose son projet au conseil des ministres. Le projet sera abandonné quelques années plus tard avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale[5].

Il passe à la tête des établissements français de l'Inde en . De à , il est haut-commissaire par intérim en Nouvelle-Calédonie. Gouverneur des établissements français de l’Océanie de 1910 à 1912, il devient ensuite gouverneur de la Côte française des Somalis de 1913 à 1914 où il interdit, via un arrêté du 27 octobre 1913, tout recrutement d'indigènes sujets français ou protégés étrangers en vue d'exhibitions[6].

Décorations modifier

Notes et références modifier

  1. « http://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/UD/FRAN_IR_001514/d_220 »
  2. Acte de décès (avec date et lieu de naissance) à Paris 6e, n° 1120, vue 22/31.
  3. Journal Gil Blas du 1er novembre 1907 : M. Augagneur et l'Éthiopianisme sur Gallica
  4. « Ça s'est passé un 15 septembre : 1907 - La Réunion refuse d'être rattachée à Madagascar », sur Imaz Press, (consulté le )
  5. Pierre-Éric Fageol, « Les projets de rattachement de La Réunion à Madagascar (1906-1914) » [PDF], Revue de l’Association des professeurs d’histoire et de géographie de Madagascar, sur Hal Université de la Réunion, (consulté le )
  6. Marian Nur Goni, « Réparer (avec) l’archive ? Histoires de photographies somalies et de leurs circulations (1890-2016) » [PDF], sur Hal Sciences, (consulté le ), p. 254

Sources modifier

Bibliographie modifier

  • Madeleine Souche, « Jules Adrien Jean Bonhoure », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 363 (ISBN 978-2846211901)

Annexes modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier