Adolphe Pierre Szelazek

prêtre et évêque polonais

Adolphe Pierre Szelazek
Image illustrative de l’article Adolphe Pierre Szelazek
Biographie
Nom de naissance Adolf Szelążek
Naissance
à Stoczek Łukowski (Pologne)
Ordination sacerdotale
Décès (à 84 ans)
à Zamek Bierzgłowski (Pologne)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
bienheureux Antoni Julian Nowowiejski
Évêque de Loutsk (Ukraine)
Évêque auxiliaire de Płock
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Adolphe Pierre Szelazek
Image illustrative de l’article Adolphe Pierre Szelazek
Naissance
à Stoczek Łukowski (Pologne)
Décès (à 84 ans) 
à Zamek Bierzgłowski (Pologne)
Nom de naissance Adolf Szelążek
Nationalité Drapeau de la Pologne polonais
Ordre religieux Ordre des Carmes déchaux
Vénéré à Cathédrale St Jacques à Toruń.
Fête 5 février

Adolphe Pierre Szelazek (ou Adolf Szelążek), né à Stoczek Łukowski le , mort le , est un évêque catholique polonais. Évêque auxiliaire de Płock (1918-1925), il est nommé évêque diocésain de Loutsk (en Ukraine) fin 1925.

Il est le fondateur, en 1936, de la Congrégation des Sœurs de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus.

Il est actuellement en cours de béatification.

BiographieModifier

Enfance et formationModifier

Adolphe Pierre Szelazek est né le , il est le fils de Stanislas Szelazek et Eleanor de Dobraczyńskich[1]. Il fait son école secondaire à Siedlce puis au séminaire de Plock. Il part ensuite étudier à l'Académie impériale de théologie de Saint-Pétersbourg. Il est ordonné prêtre en 1888 à Plock.

Il est nommé professeur au séminaire de Plock, ainsi que de Saint-Pétersbourg, de 1893 à 1918. A Plock, il travaille au consistoire, il est membre du chapitre de la cathédrale, président de la Société de Charité et recteur du séminaire[2].

Fonctions politiquesModifier

Dans la période 1918-1924 il assure le poste de conseiller au ministère de l’Éducation Nationale (en). Par la suite il devient chef de département et directeur ad personam. En 1920 , il participe à laconférence de paix de Riga comme expert. En 1925 , il travaille à la conclusion du Concordat entre le Saint-Siège et la République de Pologne en tant que représentant des évêques polonais[1].

L'évêqueModifier

 
Cathédrale de Loutsk.

Le il est nommé évêque auxiliaire du diocèse de Płock et évêque titulaire de Barca (pl)[3]. Il est consacré (évêque) le .

Le il est nommé évêque titulaire de Lutsk. L'intronisation dans la cathédrale a lieu le . Il est nommé conseiller (consulteur) de la Congrégation pour les Églises orientales.

Le , il fonde, dans le diocèse de Lutsk la Congrégation des Sœurs de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus[4].

La guerreModifier

Durant l'été 1944 (après l'occupation de la Volhynie par l'Armée rouge) il est nommé administrateur apostolique pour les anciens diocèses de Kamieniec et Żytomierz (pl). Avec certains prêtres, il avait commencé un travail pastoral, utilisant les églises rouvertes durant l'occupation allemande de l'Ukraine Soviétique. Mais cette situation n'a pas duré longtemps : en , après le déplacement du Front Ouest, il est arrêté par le NKVD. En dehors de lui-même, sont arrêtés également les prêtres du chapitre de Loutsk (dont Władysław Bukowiński) et les prêtres de Jytomyr. Tous sont accusés d'espionnage pour le Vatican. Szelążek est emprisonné à Kiev.

Après la guerre, en 1946, il est expulsé du diocèse de la frontière polonaise, les dernières années de sa vie sont passées dans le Bierzgłowie (pl) près de Toruń[2].

 
Cathédrale Saint-Jacques de Toruń où il a été enterré.

Il décède le . Il est enterré dans la cathédrale Saint-Jacques de Toruń.

BéatificationModifier

Le processus de béatification a été ouvert en par Mgr Andrzej Suski (pl). Son postulateur était Sœur Jacinta tertiaire augustine[5]. La phase diocésaine du procès a été achevée en [2]. En , les éléments du dossiers ont été portés à la Congrégation pour les causes des saints à Rome[6],[7].

RécompensesModifier

Le gouvernement polonais lui a remis plusieurs décorations officielles :

Les Sœurs de Sainte Thérèse de l'Enfant-JésusModifier

Voir l'article (pl) Terezjanki.

Cette congrégation religieuse est née du regroupement de deux associations déjà existantes : l'Association thérésienne, et l'Association du Christ Roi. Ces deux associations assuraient diverses tâches apostoliques[4].

L'Association thérésienne a été fondée par le Père Kansas Jan Majchrzycki près de Varsovie. Elle regroupe des enseignants et des éducateurs dans des internats pour jeunes filles. L'Association du Christ Roi est gérée par Maria Kubasiewicz dans le diocèse de Luckiej. Son objectif était de développer l'apostolat et la mission parmi les populations locales, et de contribuer à l'unification des fidèles orthodoxes dans l’Église catholique[4].

En Mgr Szelążek demande l'autorisation au Vatican de réunir ces deux associations en une congrégations religieuse. Après une réponse positive, il fonde la Congrégation des Sœurs de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus dans le diocèse de Lutsk, le . Le but de cette nouvelle congrégation est « l'activité éducative dans l'esprit de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus ». Les religieuses enseignent la religion dans les écoles, assurent « toutes sortes de travaux de soins et l'éducation », comme les leçons à domicile pour les enfants ou dans les écoles privées[10].

La congrégation compte aujourd'hui une douzaine d'établissements, principalement en Pologne, (Varsovie, Warmie, Białystok, Świdnica, Ełk et Łomża), et quelques autres à l'étranger : en Italie, et surtout en Ukraine (Loutsk, Berdytchiv et Zdolbouniv) où une douzaine de sœurs travaillent dans un hôpital pour les lépreux[10].

En 1991, la congrégation est rattachée à l'Ordre des Carmes déchaux. Le l'institut devient un Institut religieux de droit pontifical. La congrégation compte aujourd'hui un peu moins de 100 religieuses[11],[4].

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (pl) Stanisław Łoza, Czy wiesz kto to jest?, Varsovie, Wydawnictwo Głównej Księgarni Wojskowej, , p. 718.
  2. a b et c (pl) « Heroiczny Biskup Wygnaniec - zakończył się diecezjalny etap procesu beatyfikacyjnego bpa Adolfa Piotra Szelążka », sur iecezja Toruńska, diecezja-torun.pl, (consulté le 14 février 2017).
  3. Il s'agit d'un ancien diocèse en Libye, titre honoraire.
  4. a b c et d (pl) « Historia Zgromadzenia », sur Terezjanki, terezjanki.pl (consulté le 14 février 2017).
  5. (pl) Dk. Waldemar Rozynkowski, « Otwarcie procesu beatyfikacyjnego Sługi Bożego ks. bpa Adolfa Piotra Szelążka », sur Diecezja Toruńska, diecezja-torun.pl (consulté le 14 février 2017).
  6. (es) « Santidad en el Carmel Teresiano » [PDF], sur Portal Carmelitano, portalcarmelitano.org, (consulté le 30 janvier 2017), p. 7.
  7. (pl) « Sługa Boży biskup Adolf Piotr Szelążek w drodze do beatyfikacji », sur Sluga Bozy Biskup Adolf Piotr Szelazek, biskupszelazek.pl, (consulté le 12 février 2017).
  8. (pl) « Order Odrodzenia Polski : trzechlecie pierwszej kapituły : 1921-1924 », sur Kujawsko-Pomorska Digital Library, kpbc.ukw.edu.pl (consulté le 14 février 2017).
  9. (pl) « M.P. 1938 nr 119 poz. 191 », sur Internetowy System Aktow Prawnych, isap.sejm.gov.pl (consulté le 14 février 2017).
  10. a et b (pl) « Biskup Szelazek Kandydatem no oltarze », adolf.blox.pl, (consulté le 12 février 2017).
  11. (pl) « ZGROMADZENIE SIÓSTR W. TERESY OD DZIECITKA JEZUS », sur Ordre des Carmes Déchaux, ocd.pcn.net (consulté le 12 février 2017).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Ses publications
  • (la) De Primatu Romani Pontificis
  • (la) De revelatione S. Brigittae
  • (pl) Nauki apologetyczne dostosowane do potrzeb inteligencji (Science apologétique adaptée aux besoins de l' intelligence), 1901
  • (pl) Podręcznik dla wychodźców (Manuel pour les émigrants)
  • (pl) Obrachunek społeczny w palącej sprawie
  • (pl) Memoriał w sprawie majątków kościelnych (Mémorial sur la propriété religieuse).
Ouvrages biographiques
  • (pl) św. Teresy od Dzieciątka Jezus, Ks. Biskup Adolf Piotr Szelążek (1865 - 1950) : kapłan, biskup, wygnaniec, Zgromadzenia Sióstr, , 106 p. (ISBN 9788391463321).
  • (pl) Maria Dębowska et Daniel Kiper, Wołyń i Polesie w 1930 roku : ludzie i miejsca, Lublin, Wydawn. Polihymnia, , 64 p. (ISBN 9788372708915).

Liens externesModifier