Ouvrir le menu principal

Adolphe Landry

homme politique et économiste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Landry.
Adolphe Landry
Adolphe Landry.jpg
Adolphe Landry, député de la Corse (1917).
Fonctions
Sénateur (d)
-
Député de la Corse
-
Ministre du Travail (en)
-
Président
Académie de marine
-
Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts (d)
9 -
Président
Académie de marine
-
Ministre de la Marine
-
Député de la Corse
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Autres informations
Partis politiques
Parti républicain, radical et radical-socialiste (d)
Alliance démocratique
Parti républicain-socialisteVoir et modifier les données sur Wikidata

Adolphe Landry, né le à Ajaccio et mort le à Paris, est un économiste et homme politique français.

BiographieModifier

Fils de Timothée Landry (1841-1912) et d'Augustine Meuron, dite Lasthénie (1844-1926). En 1897, il épouse Lucie Thuillier (1877-1956) avec qui il aura 3 enfants :

  • Hélène (née en 1898 et décédée en 1962), marié au ministre et avocat César Campinchi, elle deviendra aussi une brillante avocate[1],
  • Letizia (née en 1900),
  • Jean-Paul (né en 1901).

Sa nièce épousa l'académicien Jean Bernard.

Normalien, attiré par les idées socialistes, député (de 1910 à 1932, de 1936 à 1940 et de 1945 à 1946), président du groupe de l'Union républicaine radicale et radicale-socialiste à la Chambre des députés de 1914 à 1919, ou sénateur (en 1930 et de 1946 à 1956) radical de la Corse, maire de Calvi, il défend ardemment les idées natalistes et la cause des familles. Plusieurs fois ministre sous la Troisième République, il généralise les allocations familiales en 1931 et inspire le Code de la famille de 1939.

Économiste, il avait posé en 1901 le problème du « quantum de capitalisation » nécessaire à une création de richesses conforme à l'intérêt social. Cependant, c'est surtout par son œuvre démographique (il est un des inspirateurs d'Alfred Sauvy et de la théorie de la transition démographique) qu'il est aujourd'hui reconnu.

Fonctions ministériellesModifier

  • Ministre de la Marine dans les cabinets Millerand I et II et Leygues du 20 janvier 1920 au 16 janvier 1921
  • Ministre de l'Instruction publique, des Beaux-Arts et de l'Enseignement technique dans le cabinet François-Marsal du 9 au 13 juin 1924.
  • Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale dans les cabinets Laval I, II et III du 27 janvier 1931 au 19 février 1932.

PublicationsModifier

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier