Ouvrir le menu principal

Adolphe II de Nassau (1422-1475)

Adolphe II de Nassau-Wiesbaden
Image illustrative de l’article Adolphe II de Nassau (1422-1475)
Stèle funéraire d’Adolphe II de Nassau-Wiesbaden.
Biographie
Naissance
Décès
château d'Eltfeld (de)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale [1]
Dernier titre ou fonction prince-archevêque de Mayence
archevêque de Mayence
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Adolphe II de Nassau-Wiesbaden-Idstein (en allemand : Adolf von Nassau-Wiesbaden-Idstein), né en 1422 et mort le au château d'Eltfeld (de)[1], fut prince-électeur-archevêque de Mayence de 1462 à 1475.

FamilleModifier

Fils d'Adolphe II de Nassau et de Marguerite de Bade, neveu des archevêques Adolphe Ier de Nassau et Jean II de Bade[2].

BiographieModifier

Il est chanoine de Mayence, prévôt de la collégiale Saint-Pierre, proviseur d'Erfurt, préfet de Rustenberg et d'Eichsfeld[2].

En 1459, Adolphe II de Nassau présenta sa candidature à l'archevêché de Mayence, mais on lui préféra Thierry d’Isembourg-Büdingen. En 1461, suite aux réformes conflictuelles menées par Thierry d’Isembourg, le pape Pie II nomma Adolphe II de Nassau archevêque de Mayence, tandis que Mayence et sa cathédrale restèrent fidèles à l'archevêque qu'ils avaient élu. Adolphe de Nassau déclara la guerre à son adversaire. Après une guerre sanglante, le conflit ecclésiastique de Mayence, qui dura une année, Adolphe de Nassau s'empara de la ville de Mayence le . Cette guerre fit de nombreux morts, et quatre cents Mayençais trouvèrent refuge à l'étranger, dont Gutenberg. Adolphe II de Nassau retira à la ville les privilèges accordés par Siegfried III von Eppstein, et lui retira son statut de ville libre.

En , Il accorda à Gutenberg une pension à vie et le titre de gentilhomme de sa cour.

En 1470, il ordonna l'expulsion des Juifs résidant à Mayence.

Il accompagne en 1475 l'Empereur Frédéric III qui veut secourir Nuys assiégée par le duc de Bourgogne ; Adolphe, atteint là-bas de maladie, se fait transporter au château d'Eltfeld (de) où il meurt, et est inhumé au monastère d'Eberbach.

RéférencesModifier

  1. a et b Charles Clémencet (avec la collaboration de Maur Dantine et d'Ursin Durand), L'Art de vérifier les dates, (lire en ligne), p. 134
  2. a et b Charles Clémencet (avec la collaboration de Maur Dantine et d'Ursin Durand), L'Art de vérifier les dates, (lire en ligne), p. 133

Liens internesModifier

BibliographieModifier