Adolph Kolping

Curé et fondateur d'associations de charité rhénan

Adolph Kolping (né le à Kerpen près de Cologne ; mort le à Cologne) était un prêtre catholique allemand.

Adolph Kolping
Image dans Infobox.
Adolph Kolping
Fonctions
Vicaire
Cologne
-
Aumônier catholique militaire (d)
Elberfeld
-
Chapelain
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
CologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Church of the Immaculate Conception of the Blessed Virgin Mary in Cologne (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Prêtre catholique, militant social, théologienVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Étape de canonisation
Fête
Adolph kolping grab minoritenkirche koeln.jpg
Vue de la sépulture.
Monument Adolf Kolping à Kerpen

BiographieModifier

Kolping fut élevé par son père berger. À 18 ans il vint à Cologne en tant qu'apprenti cordonnier. Il fut choqué de constater les conditions de vie de beaucoup de gens et décida alors de devenir prêtre. À 23 ans il fut reçu au lycée et étudia ensuite la théologie à Munich, Bonn et Cologne.

Le il fut ordonné prêtre dans l'église « Minoriten » de Cologne. Il travailla d'abord à Elberfeld (faisant maintenant partie de Wuppertal) comme aumônier et professeur de religion.

En 1847, il devint le second président de l'"Association catholique des compagnons" (fondée l'année précédente par Johann Gregor Breuer), qui donnait aux jeunes compagnons une aide sociale et religieuse.

En 1849 il retourna à Cologne comme vicaire de la cathédrale et créa l'« Association des compagnons de Cologne. » Il fédéra les associations de compagnons existantes, telles que la Rheinischer Gesellenbund (« Fédération des compagnons de la Rhénanie ») en 1850. Cette fusion fut à l'origine de l'actuelle « fondation Kolping ». En 1854 Kolping fonda le journal hebdomadaire Rheinische Volksblätter (« Journal du peuple rhénan »), qui devint rapidement l'un des organes de presse les plus populaires de l'époque.

Depuis sa jeunesse, Kolping était de santé fragile. Il accepta malgré cela l'élection de 1858 qui le porta au poste de préside général des quelque 180 associations caritatives de Rhénanie et se consacra entièrement à l'administration de ces associations, ce qui l'obligeait à de fréquents déplacements ; mais au mois de septembre 1861, après une nouvelle aggravation de son état de santé, il dut renoncer à assister au synode de Munich et à la présidence du consistoire. Au mois de mai 1862, Kolping obtint audience du pape à Rome pour lui présenter les œuvres de la fondation catholique rhénane. En reconnaissance de son zèle, le pape Pie IX lui offrit une somptueuse chasuble, qui a été conservée. Il devint recteur de l'église des Minorites de Cologne (il y est d'ailleurs enterré).

Sa santé se rétablissait lorsqu'au printemps 1865 il ressentit une forte inflammation au coude droit. Il n'en poursuivit pas moins ses visites au service de l’Église : à Trêves, en septembre, il inaugura encore la résidence des compagnons, où, souffrant de troubles respiratoires, on l'accueillit, et où il mourut quatre jours avant son cinquante-deuxième anniversaire.

Jusqu'à sa mort il œuvra à répandre les fédérations de compagnons. À sa mort en 1865, il existait plus de 400 associations de compagnons dans le monde. Il fut béatifié par Jean-Paul II le .

Aujourd'hui en Allemagne, la Kolpingwerk, qu'il fonda, a plus de 275 000 membres répartis 2 730 "familles de Kolping" (associations) locales, ce qui en fait la plus grande fédération locale d'Allemagne. La Kolpingwerk, basée à Cologne, a environ 500 000 membres dans le monde et est organisée en près de 6 000 "familles de Kolping".

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier