Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Carolis.
Adolfo de Carolis
Adolfo de Karolis, aetatis svae XXX, anno MCMIV.jpg
Autoportrait (gravure sur bois, 1904).
Naissance
Décès
(à 53 ans)
Rome (Italie)
Autres noms
A. de Karolis, Adolfo de Karolis
Nationalité
Activités
Formation
Académie des beaux-arts à Bologne (1888-1892)
Scuola di Decorazione Pittorica au Museo Industriale Artistico à Rome (1892-1895)
Mouvement
Distinctions
En 1900, Accademico di Merito (Académicien par mérite)
En 1901, il obtint la chaire d'Ornato (décoration) de l'Académie des Beaux-Arts de Florence.

Adolfo de Carolis, né à Montefiore dell'Aso le et mort à Rome le , est un peintre, xylographe, homme de lettres, illustrateur et photographe italien de la fin du XIXe et début XXe siècle.

BiographieModifier

Adolfo de Carolis a étudié à l'Académie des beaux-arts à Bologne (1888-1892) ainsi qu'à la Scuola di Decorazione Pittorica au Museo Industriale Artistico à Rome (1892-1895).

Il a commencé à peindre en plein-air dans la campagne romaine avec le groupe In Arte Libertas de Nino Costa (it) avec qui il a exposé en 1897.

À la Biennale de Venise (1899), il exposa des peintures allégoriques inspirées par les Préraphaélites.

 
Lithographie pour La figlia di Iorio de Gabriele D'Annunzio

En 1900, l'Académie des beaux-arts de Pérouse le fit Accademico per Merito (Académicien par mérite)

En 1901, il obtint la chaire d'Ornato (décoration) de l'Académie des Beaux-Arts de Florence et en 1902 il épousa la modèle Lina Ciucci de laquelle il eut cinq enfants.

Parmi ses œuvres les plus populaires on note les nombreuses illustrations de romans de Gabriele D'Annunzio (Il Notturno, La figlia di Iorio) et de Giovanni Pascoli (recueil de poèmes).

De Carolis fut aussi un éminent graveur sur bois, un illustrateur et a exécuté de nombreuses fresques, toutefois sa renommée est surtout due à sa peinture décorative.

Il a aussi écrit des essais sur l'art dans divers périodiques, (dont Eroica et Rinascimento).

Il a réalisé les fresques mythologiques du Salone del Consiglio Provinciale, à Ascoli Piceno (1907-1909).

En 1908, en collaboration avec l'architecte Alfredo Brizzi il a remporté le concours pour la décoration du Salone del Palazzo del Podestà de Bologne. En 1911, il avait commencé un cycle inspiré de la Renaissance, illustrant l'histoire de la civilisation, avec un accent particulier sur le passé de Bologne. Ce projet a été complété par ses assistants, après sa mort. Les peintures murales sont encore en place, mais pour des raisons de sécurité les peintures du plafond ont été détachées (1972-1973), et certaines ont été détruites dans le processus.

De 1922 à 1924, il décora à fresque la Sala del Consiglio Provinciale d'Arezzo.

Il illustra la marque de la collection Classici del ridere de l'éditeur Angelo Fortunato Formiggini.

ŒuvresModifier

  • Xilografia,
  • Carte da Gioco (cartes à jouer),
  • La figlia di Iorio (estampe)
  • Turin 1911 (estampe)
  • Dant vulnera formam (les blessures endurcissent)
  • Pâturages,
  • Bataille,
  • La Primavera (le printemps)(1896),
  • La Donna della fontana (femme à la fontaine)
  • La Madonnina, (la petite Madone)
  • Il ritratto della Signora Lina (portrait de madame Lina)
  • Il concerto (le concert)

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (en) Giuliana Pieri, The Influence of Pre-Raphaelitism on Fin de Siècle in Italy, Maney publishing, (réimpr. numérisé par Googlebooks), 140 p. (présentation en ligne)

Article connexeModifier

Liens externesModifier