Ouvrir le menu principal

Adin Ballou

prédicateur américain qui a développé le concept de "non-résistance chrétienne"
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ballou.
Adin Ballou
Description de cette image, également commentée ci-après
Adin Ballou
Naissance
Cumberland (Rhode Island)
Décès (à 87 ans)
Hopedale, Massachusetts
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Famille
Abigail Sayles, Lucy Hunt (épouses)

Adin Ballou (né à Cumberland, Rhode Island, en 1803 - mort à Hopedale, Massachusetts, le ) est un Américain qui a développé le concept de "non-résistance chrétienne" durant la lutte abolitionniste et fondé une communauté basée sur l'idéal du christianisme primitif.

VieModifier

Adin Ballou naît à Cumberland, en Nouvelle-Angleterre, où il grandit sur une ferme. Prédicateur chrétien à l’âge de 18 ans, il adhère aux doctrines de l’universalisme, partageant avec leur théoricien Hosea Ballou (en) des ancêtres communs. Le dogme des châtiments éternels le révoltait[1]. De 1824 à 1831 il a été ministre de cette secte à New York et à Milford, Massachusetts (en), puis il a pris part au mouvement restaurationniste de cette même dénomination chrétienne de 1831 à 1842[2].

Ballou devint de plus en plus intéressé et impliqué dans des réformes sociales, notamment la tempérance et l'abolitionnisme. Il adopta en 1830 la doctrine de non-résistance chrétienne, telle qu’exprimée par le Christ dans le Sermon sur la montagne (Matthieu V, 39)[3].

Il fonda un journal en 1840, le Practical Christian, « pour la présentation, la défense et la propagation du christianisme originel »[4]. À partir de 1842, il organisa à une quarantaine de kilomètres de Boston la « Communauté Fraternelle No. 1, » plus tard appelée « Communauté de Hopedale», qui était basée sur les principes de non-résistance chrétienne et répudiait toute participation aux gouvernements qui comptent sur la force coercitive en ultime recours. Cette communauté, qui compta 200 à 300 membres et dura jusqu’en 1856, expérimenta diverses formes de socialisme[5].

Durant ses années à Hopedale, Ballou publia plusieurs de ses œuvres principales, dont Christian non-resistance (1846) et Practical Christian Socialism (1854). En 1848, son journal fusionna avec le Non-Resistant, fondé par William Lloyd Garrison en 1839, pour produire le Non-Resistant and Practical Christian, qui a été un organe de diffusion de la New England Non-Resistance Society (en)) ("Société de Non-Résistance de la Nouvelle-Angleterre"). Cette société, fondée à la suite du congrès de Paix de Boston (), avait exprimé son refus de tout recours à la violence, offensive ou défensive, individuelle ou collective, en vertu de la doctrine du Christ, en adoptant une Déclaration de Sentiment dont Ballou s’était servi comme modèle pour écrire son premier livre, Standard of Practical Christianity en 1839[6].

Ballou a été président de la Société de Non-Résistance en 1843, mais son action dépassait le cadre de cette association. Il s’est efforcé de faire abolir pacifiquement l’esclavage, en diffusant ses idées par des tracts et des conférences, partageant ainsi le même combat que William L. Garrison[7]. Des textes de ses conférences, par exemple sur Les maux de l'esclavage et du racisme, nous sont parvenus[8] Quand la guerre de Sécession a emporté les États-Unis, il a continué à dénoncer l’incohérence qui consiste à utiliser un moyen mauvais pour arriver à une fin jugée par ailleurs bonne.

Vers 1880 il a quitté ses fonctions de pasteur et s'est consacré à l'écriture de L’Histoire de la communauté de Hopedale, et L’Histoire et la généalogie des Ballous d'Amérique, ainsi que son Autobiographie[9].

En 1889-1890, Ballou a été entrainé par son ami Lewis G. Wilson dans une correspondance avec Léon Tolstoï, ce dernier faisant alors traduire certaines de ses œuvres en russe pour diffuser ses enseignements sur la non-résistance[10].

Doctrine de non-résistanceModifier

Dans son livre Christian non-resistance, Ballou définit la non-résistance chrétienne (par opposition à la non-résistance « philosophique», « sentimentale » et « nécessiteuse »), en donne des preuves tirées de l’Évangile et de la vie des premiers chrétiens, démontre qu’elle n’est « pas contraire à la nature, » et répond aux objections qu'on peut lui opposer. Il tire également des conséquences pratiques de la non-résistance chrétienne en ce qui concerne les gouvernements, la guerre, la peine de mort, l’esclavage et les injustices dans le domaine de l'économie[11].

« La non-résistance ne peut pas être pour la guerre, la peine capitale, l'esclavage et toutes sortes de préjudices pénaux; ses adhérents ne peuvent [donc] pas être pour un gouvernement qui est fondamentalement pour ces choses, ni prendre part aux gouvernements, non pas parce qu'ils sont opposés aux gouvernements comme telles, mais parce qu'ils sont opposés à ses maux fondamentaux » (la doctrine est irréconciliable avec de telles actions); c'est « la méthode [de « participation »] par laquelle le vrai christianisme enseigne à ses disciples à réformer les gouvernements »[12]

Destin de l'œuvreModifier

Adin Ballou n’est pas mentionné dans l’Encyclopaedia Britannica de 1911; il n'a jamais été célèbre.

Les arguments sur la non-résistance qui ont été formulés par Ballou ont été repris par Léon Tolstoï dans son livre Le Royaume de Dieu est en vous[13], ce qui s’est avéré un facteur déterminant dans le destin de l’œuvre à cause de l’influence marquante de ce dernier sur la pensée de Mohandas Gandhi[14],

En effet, Ballou a influencé Tolstoï tout autant que ce dernier a pu influencer Gandhi.

Dans le monde anglophone, la connaissance de Gandhi, un citoyen britannique, a éventuellement ravivé l'intérêt pour l'américain Adin Ballou. C'est dans ce contexte qu’un groupe qui se consacre à la mémoire de Ballou et la diffusion de ses œuvres a été formé au Massachusetts en 1999, The Friends of Adin Ballou[15]. Par contre, dans le monde francophone, Le Royaume de Dieu est en vous de Tolstoï demeure une des races sources d’information pour avoir des notions sur les œuvres de Ballou.

ŒuvresModifier

LivresModifier

  • Standard of Practical Christianity (1839)
  • Christian Non-Resistance (1846)
  • Practical Christian Socialism (1854)
  • Primitive Christianity and its Corruptions (1870-1872, - 3 volumes)
  • Autobiography of Adin Ballou (1896) (complétée par William S. Heywood)
  • History of the Hopedale Community (1897)

Tracts et ArticlesModifier

  • Non-Resistance in Relation to Human Government (1839) / La Non-Résistance par rapport au gouvernement (trad. inédite)[5]
  • Non-Resistant Catechism (1844) / Catéchisme non-résistant [6]
  • Learn to discriminate (non-daté) / Apprends à distinguer [7]
  • Superiority of Moral to Political Power (1845)
  • Capital Punishment: Reasons for Immediate Abolition (1851)
  • Christian Non-Resistance in Extreme Cases (1860)

RéférencesModifier

  1. The Religio-Phylophical Journal, 23 Aug., 1890, p. 194-195 (Notice nécrologique) [1]
  2. Adin Ballou. Practical christianity. Providence; Blackstones Ed., 2002, 269 pp. (notice biographique)
  3. Rev.. Lewis G. Wilson. The Christian Doctrine of Non-Resistance, by Count Leo Tolstoy and Rev. Adin Ballou; Unpublished correspondance. The Arena, December 1890, p. 1-12 lien
  4. Adin Ballou. History of the Hopedale community. Providence, Rhode Island; Blackstones Ed. p. 14-15
  5. Adin Ballou. History of the Hopedale community. Providence; Blackstones Ed., 2010, 339 pp.
  6. Adin Ballou. History of the Hopedale community. Providence, Rhode Island; Blackstones Ed. p. 301 (note).
  7. H. Mayer. All on fire: William Lloyd Garrison and the abolition of slavery. New York; W. W. Norton & company, 1998, 707 pp.
  8. Adin Ballou. On Race and Slavery. 20 pp.
  9. The Religio-Phylophical Journal, 23 Aug., 1890, p. 194-195 [2]
  10. Correspondance de Tolstoï avec Lewis G. Wilson et Adin Ballou
  11. Adin Ballou. Christian Non-Resistance. Providence; Blackstones Ed., 2003, 190 pp. (notice biographique)
  12. Adin Ballou. La Non-Résistance chrétienne. Chap. 7. La Non-résistance par rapport au gouvernement. [3]
  13. Henry Troyat. Tolstoï. Arthème Fayard, p. 607; L. Tolstoï. Le salut est en vous [4]
  14. Correspondance entre Tolstoï et Gandhi
  15. The Friends of Adin Ballou

Liens externesModifier