Ouvrir le menu principal

Adam de Craponne

ingénieur français
Adam de Craponne
Adam de Craponne 2.jpg
Adam de Craponne
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Adam de Craponne (parfois orthographié Crapponne) (né en 1526 à Salon-de-Provence et mort empoisonné le à Nantes) est un gentilhomme provençal et ingénieur français de la Renaissance.

Statue en pied d'un homme, attitude pensive, un parchemin à la main.
Statue d'Adam de Craponne à Salon-de-Provence, France

BiographieModifier

Adam de Craponne est né à Salon en 1526 (1527) dans une famille d'origine pisane (Plus vraisemblablement originaire de la ville de Craponne (Haute-Loire). Le véritable nom de ses ancêtres est de Gageyron ou de Gageron famille que l'on trouve aux confins du Languedoc et de l'Auvergne à Craponne et à Viverols (Puy-de-Dôme).

Après ses études, il monte à la cour d'Henri II et devient ingénieur, officier chargé des fortifications. En 1552, il renforce et réorganise les défenses de Metz, face à Charles Quint. En 1554, un arrêté du Parlement de Provence, lui confère le droit de détourner les eaux de la Durance jusqu'à Salon, et de là, jusqu'à la mer. Adam de Craponne construisit entre 1557 et 1558 le canal qui porte son nom, qui permit d'irriguer la Crau avec de l'eau provenant de la Durance. Craponne finança personnellement les travaux[1], mais dut également faire des emprunts, notamment auprès de Nostradamus[2].

En 1571, il est engagé par la commune des Mées afin de restaurer la prise d’eau d’un canal d’irrigation[3].

Il meurt à Nantes le . Selon son petit-neveu, Paul de Grignan[4], a écrit dans son livre de raison :

« En l'année 1576, ledict Adam de Craponne mourut de maladie à Nantes, en Bretagne, employé par le roi Henry troisième à la fortification de ladicte ville où il feust (à ce qu'on croyt) empoisonné par l'envie d'Italiens employés quant lui à ladicte fortification piqués de quoy le roi fist continuer l'œuvre suivant le dessain de Craponne et à la confusion du leur. Il mourut en 24 heures et fust enterré dans l'église Nostre-Dame[5] ».

Selon certaines sources, il aurait été empoisonné par des ingénieurs envieux de ses succès[6],

Source partielleModifier

Notes et référencesModifier

  1. Histoire de la construction du canal de Craponne
  2. Jean Breysse, Adam de Craponne et son canal, Office de Tourisme et la Municipalité de Lamanon, 1993, pp.16-17.
  3. Jean Nicod, « La poursuite de l'aménagement de la Durance : la chute d'Oraison », Méditerranée, 1re année, no 4, 1960. p. 92.
  4. Paul de Grignan, seigneur de Hauteville et Châteauneuf Les Moustiers, est le fils Jean de Grignan et de Jeanne de Craponne, nièce et héritière d'Adam de Craponne.
  5. Marylène Soma Bonfillon, Le canal de Craponne, un exemple de maîtrise de l'eau en Provence occidentale 1554-1954, Publications de l'Université de Provence, Aix-en-Provence, 2004, p. 23, (ISBN 978-2-85399-659-4)
  6. Site notreprovence.fr.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Félix Martin, L'œuvre d'Adam de Crapponne, dans Annales des ponts et chaussées. Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 1874, 1er semestre, p. 247-298 et planche 4 (lire en ligne)
  • Denizet, « Note sur Adam de Craponne et sur l'art de l'ingénieur au XVIe siècle », dans Annales des ponts et chaussées, 1re partie, Mémoires et documents relatifs à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, 1927, p. 271-306 (lire en ligne)
  • V. Audier et J.-B. Bertin, Adam de Crapponne et son canal, Édition LACOUR-OLLÉ, , 346 p. (ISBN 2-7504-1261-7)
  • Marylène Soma Bonfillon, Le canal de Craponne, un exemple de maîtrise de l'eau en Provence occidentale 1554-1594, Publications de l'université de Provence, Aix-en-Provence, 2007 (ISBN 978-2-85399-659-4) ; 322 p.
  • Marylène Soma-Bonfillon, « L’irrigation en Provence : des aménagements et des pratiques au coeur des transformations économiques, environnementales et sociales », dans Annales du Midi, 2010, tome 122, no 272, p. 495-514 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier