Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tooze.

Adam Tooze, né en 1967, est un historien britannique. Il est professeur d'histoire à l'Université Yale.

Sommaire

BiographieModifier

Après des études d'économie au King's College de l'Université de Cambridge, il étudie à l'Université libre de Berlin puis à la London School of Economics où il obtient un doctorat en histoire de l'économie[1].

Il enseigne pendant treize ans à l'Université de Cambridge, et depuis l'été 2009 il enseigne l'histoire moderne allemande à l'Université Yale[1].

TravauxModifier

Il est principalement connu pour ses études sur l'économie du Troisième Reich qui l'ont conduit à écrire le livre Le salaire de la destruction : formation et ruine de l'économie nazie (The Wages of Destruction (en) : The Making and Breaking of the Nazi Economy, 2006) pour lequel il remporte le Wolfson History Prize en 2007[2]. Dans ce livre, l'expansion nazie est analysée sous l’angle économique.

Selon l'historien Olivier Wieviorka dans Libération, « S’appuyant sur une documentation exemplaire, l’historien britannique renouvelle de fond en comble notre connaissance de l’Allemagne hitlérienne et invite à reconsidérer ce qui, sur la Seconde Guerre mondiale, tenait lieu jusqu’ici de vérité établie.[...] Il révèle le poids des considérations économiques dans la conduite de la guerre - un point trop fréquemment occulté. »[3] Pour l'historien Jean-Marc Dreyfus dans La Vie des idées, « Adam Tooze a mené à bien un projet ambitieux : non seulement écrire une histoire économique complète et détaillées de l’Allemagne nazie – et ce projet était grandement le bienvenu – mais aussi, de façon plus problématique, relire toute l’histoire du IIIe Reich (notamment son histoire diplomatique et sociale, ainsi que la Shoah) à travers le prisme de l’économie. »[4] Lionel Richard, du Monde diplomatique, écrit que « Tooze n’apporte rien à la recherche historique, il présente même de façon erronée certains événements, mais son analyse de l’organisation économique nazie offre l’intérêt d’une synthèse bien documentée. »[5]

BibliographieModifier

en anglaisModifier

  • Statistics and the German State, 1900-1945 : The Making of Modern Economic Knowledge, Cambridge University Press, , 332 p. (ISBN 978-0521803182)
  • The Wages of Destruction : The Making and Breaking of the Nazi Economy, Viking Adult, , 832 p. (ISBN 978-0670038268)
  • The Deluge : The Great War, America and the Remaking of the Global Order, 1916-1931, Viking Adult, , 672 p. (ISBN 978-0670024926)
  • Crashed : How a Decade of Financial Crises Changed the World, Viking, , 720 p. (ISBN 978-0670024933)

en françaisModifier

  • Le salaire de la destruction : Formation et ruine de l'économie nazie [« The Wages of Destruction: The Making and Breaking of the Nazi Economy »], Les Belles Lettres, , 812 p. (ISBN 978-2-251-38116-9)
  • Le Déluge : 1916-1931: Un nouvel ordre mondial [« The Deluge:The Great War, America and the Remaking of the Global Order, 1916-1931 »], Les Belles Lettres, , 700 p. (ISBN 978-2251381305)
  • Crashed : Comment une décennie de crise financière a changé le monde [« Crashed:How a Decade of Financial Crises Changed the World »], Les Belles Lettres, , 768 p. (ISBN 978-2251448527)

Notes et référencesModifier

  1. a et b [1] sur le site de l'Université Yale
  2. [2] sur le site du Wolfson History Prize
  3. « Reich comme Crésus », 28 novembre 2012
  4. [3] La machinerie économique nazie, 11 septembre 2013
  5. [4] Le Salaire de la destruction. Formation et ruine de l’économie nazie, avril 2013

Liens externesModifier