Ouvrir le menu principal

Adélaïde de Saint-Germain

Adélaïde de Saint-Germain
Adélaïde de Saint-Germain, comtesse de Montalivet.jpg
Portrait de la comtesse de Montalivet, par Jacques Augustin.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père
Mère
Conjoint
Enfants
Autres informations
Propriétaire de
Parrain

Louise-Adélaïde Starot de Saint-Germain, comtesse de Montalivet, née à Versailles le [1] et morte au château de Thauvenay le [2],[3], est une fille supposément illégitime de Louis XV[4],[5],[6],[7],[8].

OriginesModifier

Elle est la fille Catherine Éléonore Bénard, une des maîtresses du roi et officiellement du fermier général Joseph Starot de Saint-Germain. Mais elle est en réalité une fille bâtarde de Louis XV[4] ,[5],[6],[7],[8] et les preuves aujourd'hui ne manquent pas, la plus évidente étant que Madame Adélaïde, fille légitime de Louis XV, fut sa marraine[9].

Cette ascendance royale est contestée par les généalogistes Joseph Valynseele et Christophe Brun dans leur livre intitulé "Les bâtards de Louis XV et leur descendance" : "Était-elle la fille de Louis XV et de Catherine Bénard ? Il semble que non. Elle naquit onze mois après le mariage de ses parents. Si le Roi avait été pour quelque chose dans le mariage de Catherine Bénard, ce ne fut donc ni parce qu'elle était enceinte, ni parce qu'elle avait accouché[10]."

BiographieModifier

Elle fait la connaissance du jeune général Napoléon Bonaparte, qui en tomba amoureux, envisagea même de l'épouser, mais dut se retirer face au refus du père d'Adélaïde[11],[4].

Elle épouse à Valence, le , son cousin Jean-Pierre de Montalivet[2],[12], futur ministre de Bonaparte. Elle en eut trois enfants, le pair de France Simon, le ministre Camille et Joséphine, vicomtesse de Tascher.

Elle devient dame du palais de l'impératrice Joséphine de 1804 à 1810, puis de l'impératrice Marie-Louise de 1810 à 1814.

Elle est une ancêtre de l'ancien président de la République, Valéry Giscard d'Estaing (1926), dont le lien de parenté avec Louis XV a fait couler beaucoup d'encre : Valéry Giscard d'Estaing ne descend pas de Lucie Madeleine d'Estaing (1743-1826), célèbre maîtresse du Louis XV, mais d'une autre Lucie Madeleine d'Estaing (1769-1844) de la branche dite de Réquistat (rameau illégitime de la famille d'Estaing).

Notes et référencesModifier

  1. Registre des baptêmes de la paroisse Saint-Louis de Versailles, cote 1112626, consultable en ligne (image 18/90)
  2. a et b Arnaud Chaffanjon, Napoléon et l'univers impérial, Serg, (lire en ligne)
  3. Une source divergente indique un décès le 13 mars 1850 à Orcenais. Lire [1].
  4. a b et c Michel de Decker, Napoléon – Les plus belles conquêtes de l'Empereur, Paris, Belfond, 2004 (ISBN 9782714439970).
  5. a et b L'Intermediaire des Chercheurs et Curieux, volume 19, page 1057
  6. a et b Jean-Claude Banc, Montalivet l'homme de confiance de Napoléon, Nouveau Monde Éditions, 2011, page 25
  7. a et b Henri Vrignault, Les enfants de Louis XV : descendance illégitime, Perrin, 1954, page 123 et 124
  8. a et b L'intermédiaire des chercheurs et curieux, 1898, page 557
  9. Ce n'est pas une preuve ! En outre, la lecture de l'acte de baptême indique que sa marraine n'est pas la fille de Louis XV mais Françoise Châlus, comtesse de Narbonne, dame d'atour de Madame Adélaïde de France.
  10. Les bâtards de Louis XV et leur descendance", de Joseph Valynseele et Christophe Brun, éditions Perrin, 1992
  11. Roger Iappini, Napoléon jour après jour: De la naissance au 18 Brumaire , éditions Cheminements, 2009
  12. Jean Bothorel, Un si jeune président…, éditions Grasset, 1995

AnnexesModifier

SourcesModifier

  • Jean-Claude Banc, Montalivet, l'homme de confiance de Napoléon, Nouveau Monde éditions / Fondation Napoléon, Paris 2011
  • Gaston Sirjean, Encyclopédie généalogique des maisons souveraines du monde… : Les illégitimes
  • Henri Vrignault, Les enfants de Louis XV : descendance illégitime, Perrin, 1954

Articles connexesModifier