Actualités télévisées

Actualités télévisées
Image illustrative de l’article Actualités télévisées
Genre Journal télévisé
Périodicité Quotidien
Création Raymond Marcillac et Alain Peyrefitte
Réalisation Jean Cécillon
Présentation Léon Zitrone, Maurice Séveno, Robert Chapatte et Georges de Caunes
Musique Maurice Jarre
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 2
Production
Lieu de tournage Studio 1 du Centre Alfred Lelluch
Durée 20 minutes
Format d’image 4/3 noir et blanc
Format audio Mono
Société de production RTF
ORTF
Diffusion
Diffusion Première chaîne de l'ORTF (1964-1965)
Ancienne diffusion RTF Télévision (1963-1964)
Lieu de première diffusion Régie finale RTF du Centre Alfred Lelluch
Date de première diffusion
Date de dernière diffusion
Statut arrêtée
Public conseillé tout public
Chronologie

Les Actualités télévisées sont le journal télévisé français de RTF Télévision puis de la première chaîne de l'ORTF, créé par Raymond Marcillac et Alain Peyrefitte et diffusé chaque soir à 20 heures du au .

HistoriqueModifier

S'appuyant sur des sondages réalisés auprès des téléspectateurs, le jeune ministre de l'Information Alain Peyrefitte, avec l'accord du général de Gaulle, entreprend de réformer la RTF pour lui donner davantage d'autonomie, sur le modèle de la BBC, notamment en matière d'information. Il commence donc par réformer le Journal télévisé qui pâtissait depuis de nombreuses années d'un manque de moyens en partie masqué par des présentateurs vedettes comme Léon Zitrone ou Claude Darget. Les images y étaient jusque-là assez rares et l'utilisation d'archives courante, faisant du Journal télévisé une longue suite de lectures de dépêches entrecoupées de quelques images[1].

Le ministre, sur les conseils d'Édouard Sablier, nomme Raymond Marcillac, alors directeur du service des sports de la télévision, à la sous-direction de l'Actualité télévisée de la RTF en avril 1963 et le charge de mettre en place un nouveau journal télévisé plus professionnel, mieux organisé et dépolitisé, qui réduit la part du commentaire du présentateur, jugée peu utile, au profit de l'image.

Alain Peyrefitte inaugure le le premier numéro de cette nouvelle formule du journal télévisé, simplement intitulée Actualités télévisées, en présence de Léon Zitrone à qui il demande de « s'effacer devant l'information ». En venant présenter la nouvelle formule du journal, Peyrefitte utilise pour la première fois un nouvel instrument, le prompteur, qui lui permet de lire le texte en donnant l'impression de regarder les téléspectateurs [2]. Claude Darget, qui profitait d'une grande liberté dans sa présentation de l'actualité, refuse cet effacement du présentateur et est écarté en ne manquant pas d'épingler son ancien collègue, Léon Zitrone, qui se plie de meilleur gré à cette nouvelle formule : « Léon Zitrone parle couramment trois langues : le français, le russe et le serve. »[3] Les Actualités télévisées sont alors présentées chaque soir en alternance par Léon Zitrone, Maurice Séveno[4], Robert Chapatte et Georges de Caunes[5].

Le journal est ramené à vingt minutes afin de le faire suivre d'une séquence de dix minutes exposant l'évènement du jour ou de la semaine avec le plus d'images possibles, fournies d'abord par CBS News, puis par les Centres d'actualité télévisée (CAT) de l'ORTF qu'Alain Peyrefitte développe dans chaque région à partir de 1963[1].

Encensée par le journaux lors de sa mise en place, cette nouvelle formule est de plus en plus critiquée au début de l'année 1965 pour son conformisme et sa monotonie. Il est aussi reproché à Raymond Marcillac ses prises de position publiques en faveur du pouvoir. Édouard Sablier succède alors à Raymond Marcillac en 1965 à la sous-direction de l'Actualité télévisée et révise la formule en accentuant davantage encore la priorité donnée à l'image dans une nouvelle formule du journal télévisé baptisée Télé-Soir et mise à l'antenne le .

Présentateurs et rédactionModifier

RédactionModifier

Afin de professionnaliser la rédaction, Raymond Marcillac et Édouard Sablier font appel à des journalistes d'Europe n°1 formés par Maurice Siegel.

DécorModifier

Le décor des Actualités télévisées, sobre et moderne, tente de récréer l'intérieur d'une salle de presse avec un simple rideau et un pan de mur portant une pendule-calendrier mécanique. Le présentateur est assis devant une table ovale premettant d'accueillir un invité en face de lui.

GénériqueModifier

Pour bien marquer la prédominance de l'image, le générique des Actualités télévisées enchaîne plusieurs plans sur des caméramans et se termine par une antenne sur fond de Tour Eiffel sur laquelle apparaît en lettres blanches le titre. L'indicatif est composé par Maurice Jarre[6].

Notes et référencesModifier