Actions antifascistes en France

mouvement politique français
Action antifasciste
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique réseau informel
But opposition à l'extrême droite
Zone d’influence France
Fondation
Identité

L’Action antifasciste est un mouvement politique d'extrême gauche organisé en collectifs autonomes s'opposant à l'extrême droite et au fascisme.

Les groupes se réclamant de l'appellation Action antifasciste ne sont ni un parti politique, ni une organisation politiquement constituée, ni une association. Ils s'organisent en « collectifs » qui agissent par différents moyens : manifestation, action plus violente, partage d’informations, réflexion théorique sur l’antifascisme, graffiti, musique, etc.[1]

Indépendants les uns des autres, les groupes, souvent « affinitaires », forment une mouvance plus qu'un véritable mouvement traditionnel organisé. Le politologue Nicolas Lebourg précise que « c’est assez typique d’une nouvelle forme de militantisme qui se construit loin d’un parti monolithique ou d’un léninisme d’une seule teinte[2]. »

Difficilement évaluables en nombre, les structures Action antifasciste en France collaborent parfois avec divers syndicats libertaires et collectifs antiracistes locaux. Ils disposent de sites internet ou de pages Facebook pour organiser leurs actions.

Éléments historiquesModifier

Les années 1980 à 2000Modifier

 
Le logo du Réseau No Pasaran (2010)[3].

En France, dans les années 1980, des collectifs antifascistes autonomes (Section carrément anti-Le Pen), souvent non organisés et non institués, se fédèrent en partie dans le Réseau No Pasaran qui s'auto-dissout en 2013.

En 1990, est créé le réseau associatif Ras l'front dont le but est de lutter contre le Front national et ses idées. Fin des années 2000, le réseau disparait.

Époque contemporaineModifier

L'antifascisme contemporain n'est pas à proprement parler un mouvement unifié et structuré. Selon Gilles Vergnon, professeur d’histoire contemporaine à l’Institut d'études politiques de Lyon et auteur de l’Antifascisme en France : « le mouvement antifasciste n’est plus du tout organisé au niveau national comme c’était le cas dans les années 1990[4] », et par ailleurs, « c’est une mouvance qui postule un antifascisme radical, c’est-à-dire qu’il n’est pas question d’avoir des alliances larges contre le Front national : ils ne s’allient ni avec la droite modérée ni avec la gauche du gouvernement »[5].

Dans les années 2000, il n’existe plus d’organisation nationale active et coordonnées. Pour Guillaume Origoni, docteur en histoire contemporaine à Paris X, spécialiste des groupes radicaux, « depuis le début des années 2000 [...] les modes d’action ne se réfèrent pas à un grand projet de transformation de la société mais plutôt à des combats précis [...] En ce moment, ce sont les violences policières »[6].

Collectifs « Action antifasciste » en FranceModifier

Action antifasciste Paris-BanlieueModifier

Créée en 2012, l'Action antifasciste Paris-Banlieue regrouperait le plus grand nombre de militants antifascistes à Paris[7],[2]..

Action antifasciste Paris-Banlieue est largement médiatisé, en , par l'affaire Clément Méric[8] puis, en , à la suite de l'attaque et de l'incendie d'une voiture de police en marge d'une manifestation de policiers contre la « haine anti-flics ».

L'Action antifasciste Paris-Banlieue fréquenterait notamment le bar Le Saint-Sauveur, au pied de la butte de Ménilmontant[9],[10],[11].

Collectif CAPABModifier

Le Collectif antifasciste Paris-Banlieue est un groupe indépendant de l'AFA Paris-Banlieue visant à recruter plus largement. Il à vocation à réunir en son sein des membres issus des quartiers, des lycées, des facs ou des entreprises sur des thèmes plus larges tels que l’antiracisme, le féminisme, les droits LGBT, ou l’anticolonialisme[12].

Action antifasciste MarseilleModifier

Début 2015, l'AFA-Marseille participe à des actions de mémoire, 20 ans après la mort du jeune Marseillais d'origine comorienne Ibrahim Ali, tué d'une balle en plein cœur tirée par un colleur d’affiches du Front national[13].

À la suite du décès du militant libertaire Clément Méric[14], Hazem Nosotros, membre de l’Action antifasciste Marseille[15], réalise un film documentaire réunissant divers témoignages, en France comme à l’étranger[16]. L'auteur met le documentaire en ligne sur YouTube en [17].

Le samedi , le collectif Action antifasciste Marseille réuni quelque 300 personnes pour un « repas de quartier contre l’extrême droite »[18].

Action antifasciste NP2CModifier

 
Symbole de l'Action antifasciste NP2C dans une rue de Bruxelles.

L’Action antifasciste NP2C (comme Nord-Pas-de-Calais) se définit comme un groupe « autonome, non lié à une formation politique traditionnelle ». Il se définit comme « étant plutôt sur des bases libertaires, même s’il n’y a pas que des anarchistes »[19]. L'Action antifasciste NP2C serait impliquée dans des affrontements physiques avec des militants d'extrême droite, notamment à Lille en [20]. En , elle appelle à manifester à Lille contre l'ouverture d'un bar de la « mouvance identitaire »[21].

En , Hervé Rybarczyk, guitariste d'un groupe lillois de punk-rock est retrouvé mort dans le canal de la Deûle. L'affaire est classée sans suite, mais rebondit en 2017 avec la mise en examen de trois membres de l’extrême droite radicale à l'occasion du procès du White Wolf Klan pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, en réunion, avec préméditation ou guet-apens et avec arme ». Il semblerait que Hervé Rybarczyk ait été victime d'un guet-apens prémédité. En , l'Action antifasciste NP2C appelle à un rassemblement en hommage «  aux victimes du fascisme » et dénoncent le rôle de l'utradroite mise en cause dans le décès d’Hervé Rybarczyk[22],[23],[24],[25].

Action antifasciste d'AgenModifier

En 2016, l'Action antifasciste d'Agen anime le bar « L’Embuscade » situé rue Gérard Duvergé, du nom du résistant libertaire français de la Deuxième Guerre mondiale[26].

Union antifasciste toulousaineModifier

L'Union antifasciste toulousaine (UAT) est établie à Toulouse[5].

Réseau antifasciste angevinModifier

Fondé en , après la mort de Clément Méric, le Réseau antifasciste angevin (Raaf) est particulièrement actif, en 2018, contre l'ouverture en janvier à Angers d'un local public de la mouvance identitaire[27]. Ce local a fermé ses portes le [28].

Brigade Antifasciste de Strasbourg / Jeune GardeModifier

Fondée en , la Brigade Antifasciste (BAF) se définissait comme un groupe communiste internationaliste antifasciste, deux sections étaient actives, l'une à Strasbourg, et l'autre dans les villes de Sélestat et de Colmar[29]. Particulièrement active à la suite de l'ouverture d'un bar d'extrême droite à Strasbourg, ainsi qu'en réponse à de nombreux actes de violences imputés aux membres de l'organisation gérant le bar identitaire[30],[31]. En 2019, elle se transforme en « Jeune Garde », branche strasbourgeoise d'une organisation existant à Lyon depuis quelques années[32]. La Jeune Garde est également présente à Paris, Montpellier et Lille[33].

La Jeune Garde a pour ambition de changer l'image de l'antifascisme et de le faire sortir de sa sous-culture. Suivant cette logique, le groupe prend la parole dans des émissions de télévision et collabore avec des organisations et des partis traditionnels. En 2021, Jeune Garde se dote d'un porte-parole, Raphaël Arnault, ce qui est inédit dans le milieu antifasciste[34].

Groupe antifasciste Lyon et environsModifier

Le Groupe antifasciste Lyon et environs (GALE)[35] s’inscrit dans un objectif de renouveau de la lutte antifasciste[36]. Le ministre de l'intérieur demande la dissolution du groupe en 2022 en expliquant que « le GALE inscrit sa stratégie dans la récurrence d’actions violentes, légitimées par un discours idéologique dirigé contre la violence et le racisme d’Etat ». L'avocat du GALE estime au contraire que « rien dans le décret ne démontre factuellement son implication dans les violences »[37]. Au même moment, l'association Rempart à Lyon reconstitue les groupuscules lyonnais d’extrême droite, après la dissolution de Génération identitaire et du Bastion social[37]. La dissolution du GALE est prononcée le [38], le juge des référés du Conseil d’État, chargé de se prononcer en urgence sur la dissolution, est sollicité pour décider s’il suspend ou non le décret gouvernemental, avant l’audience au fond[39]. Le 16 mai 2022, le Conseil d'État annule la dissolution du GALE, arguant que « les éléments retenus contre le groupement, pris tant isolément que dans leur ensemble, ne justifient pas sa dissolution au regard du code de la sécurité intérieure »[40],[41].

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Elian Peltier, « Un militant « antifa » : « On est un peu comme une armée de réserve » », Rue89-L'Obs,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Matthieu Goar, La galaxie des nouveaux antifascistes, 20 Minutes, 11 juin 2013.
  3. Fédération internationale des centres d'études et de documentation libertaires : Réseau No Pasaran - solidaires - égalitaires- libertaires.
  4. Tiphaine Le Liboux, « Les antifascistes, des survivants des années 90 », Libération, 6 juin 2013.
  5. a et b Carole Boinet, « De la rue au Web : qui sont les antifa ? », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  6. Tanguy Youen, « Les "antifa" appellent à manifester pour Théo : de quoi parle-t-on ? », sur LCI, .
  7. Tiphaine Le Liboux, Les antifascistes, des survivants des années 1990, Libération, 6 juin 2013.
  8. Action antifasciste Paris-Banlieue dans Le Monde, Le Figaro, Libération.
  9. Nima Kargar, Edouard de La Rochefordière, « La carte de la gauche alternative à Paris », sur StreetPress, .
  10. Tiphaine Le Liboux, « Les nazillons sont désinhibés », Libération, 25 juin 2013, lire en ligne.
  11. Abel Mestre, Le Saint-Sauveur, bar emblématique des « antifas » de Paris, en sursis, 23 janvier 2020, lire en ligne.
  12. Willy Le Devin, Quentin Girard, Skins et antifas : l’après-Méric fait bouger les lignes, Libération, 13 septembre 2013.
  13. AFP, « Vingt ans après, le meurtre raciste du jeune Marseillais d'origine comorienne Ibrahim Ali reste une plaie ouverte », Réunion 1re (télévision),‎ (lire en ligne).
  14. Mathieu Dejean, « A Paris, les "antifa" manifestent, deux ans après la mort de Clément Méric », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  15. Gilles Rof, « Les "antifas" marseillais appellent à la mobilisation contre les universités d'été du FN », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  16. « « Acta non verba » film documentaire de Hazem Nosotros », sur Mille Babords, .
  17. Hazem Nosotros, « Acta non verba » film documentaire, 2015, 66 minutes, voir en ligne.
  18. Cyril Castelliti, « A Marseille, climat tendu autour de l’Action française », Libération,‎ (lire en ligne).
  19. Sophie Filippi-Paoli, Pierre-Laurent Flamen, « Politique : enquête chez les ultras, à la rencontre des extrêmes (1/3) », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  20. Mathieu Pagura, « Violences rue Solférino : la piste d'une rixe entre extrémistes », Metronews,‎ (lire en ligne).
  21. lefigaro.fr avec AFP, « Bar d'extrême-droite à Lille : une manif interdite », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  22. Benjamin Duthoit, L’affaire des noyés de la Deûle relancée, arrestations au sein de l’ultra-droite, La Voix du Nord, 3 mai 2017, [lire en ligne].
  23. Stéphanie Maurice, L'ombre de l'ultradroite dans l'affaire des noyés de la Deûle, Libération, 4 mai 2017, [lire en ligne].
  24. « Lille : assassinat de notre camarade Hervé Rybarczyk par les identitaires », sur lahorde.samizdat.net, .
  25. Benjamin Duthoit, « Fière de mon père », témoigne la fille d’Hervé Rybarczyk, qui aurait été tué par l’ultra-droite, La Voix du Nord, 11 mai 2017, [lire en ligne].
  26. Mathilde Curien, « Qui sont les Antifas agenais ? », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne).
  27. Maxime Huteau, Angers. Bar identitaire : le Réseau angevin antifasciste mène la lutte, Ouest-France, 22 février 2018, lire en ligne.
  28. https://raaf.noblogs.org/post/2018/12/20/alvarium-arrange
  29. « BAF », sur BAF (consulté le ).
  30. « Le Bastion social ouvre un bar identitaire à Strasbourg », L'Alsace.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Jean-Jacques Régibier, « Strasbourg. Forte mobilisation contre l’ouverture d’un bar d’extrême droite », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. Louis Dabir, « On a discuté avec la Jeune Garde Strasbourg qui lutte contre l'extrême droite », sur www.vice.com, (consulté le ).
  33. « Jeune Garde : « notre antifascisme n'a pas de feuille de route préétablie » », sur Rapports de Force, (consulté le )
  34. Jeanne Casez, « À Lyon rugissent les antifas »  , sur Les Jours, (consulté le )
  35. « À Lyon, la galaxie antifasciste dispersée face à l'extrême droite », sur Rue89Lyon, (consulté le )
  36. « A Lyon, la jeunesse « antifa » s’organise contre l’extrême droite », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. a et b « A Lyon, recours et craintes après la dissolution d’un groupe de militants antifascistes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. « Le Groupe antifasciste Lyon et environs (GALE) dissous par le gouvernement », sur Rue89Lyon, (consulté le )
  39. Camille Polloni, « Au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur peine à justifier la dissolution d’un groupe antifasciste », sur Mediapart (consulté le )
  40. Daphné Deschamps, « Antifascisme : la Gale ne sera finalement pas dissoute »  , sur Politis.fr, (consulté le )
  41. « Le Conseil d’Etat suspend la dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Action antifasciste.

MédiagraphieModifier

BibliographieModifier

VidéosModifier

  • Hazem El Moukaddem, Acta non verba, film documentaire, Marseille, Collectif Nosotros, 2014, 66 minutes, voir en ligne.
  • Action antifasciste à Sciences Po Paris le jeudi , contre la présence du FN à Sciences-Po Paris, voir en ligne.

PhotographiesModifier