Abu Kalijar

Emad o-dîn Abu Kalijar
Titre
Émir du Fars

(24 ans)
Prédécesseur Sultan ad-Dawla
Successeur Abû Mansûr Fûlâd Sutûn
Émir du Kermân

(20 ans)
Prédécesseur Abû al-Fawâris Qiwâm ad-Dawla
Successeur Tuğrul Ier Bey
Émir d'Irak

(4 ans)
Prédécesseur Jalâl ad-Dawla
Successeur Al-Malik ar-Rahîm Khusraw Fîrûz
Biographie
Date de décès
Père Sultan ad-Dawla

Emad o-dîn Abu Kalijar ou Abû Kâlîjâr `Imâd ad-Dîn Marzubân ben Sultan ad-Dawla Abû Chajâ'[1] (Pilier de la religion) est le fils aîné de l'émir bouyide Sultan ad-Dawla. Il succède à son père comme émir du Fars en 1024, devient émir du Kermân en 1028 à la mort de son oncle Abû al-Fawâris Qiwâm ad-Dawla et devient émir d'Irak à la mort d'un autre oncle Mucharrif ad-Dawla Hasan en 1044.

Il meurt lui-même en octobre 1048. Le Fars passe à son jeune frère Abû Mansûr Fûlâd Sutûn et l'Irak à son cadet Al-Malik ar-Rahîm Khusraw Fîrûz. Le Kermân tombe aux mains du conquérant seldjoukide Tuğrul Ier Bey.

BiographieModifier

En , le décès de Sultan ad-Dawla entraîne les Bouyides dans la crise. Abû Kâlîjâr Marzubân devient émir du Fars et du Khuzestân avec le titre d'`Imâd ad-Dîn (Pilier de la religion). Il n'a alors que seize ans[2]. Il est contesté par son oncle Abû al-Fawâris Qiwâm ad-Dawla souverain du Kermân[2]. La paix est signée contre le paiement par `Imâd ad-Dîn d'un tribut à son oncle[2]. Cela lui permet de concentrer son désir de conquête vers l'Irak, détenu par un autre de ses oncles Jalâl-al-Dawla. En dépit de plusieurs tentatives d'invasion de l'Irak, `Imâd ad-Dîn ne parvient pas à renverser Jalâl-al-Dawla.

En mai 1025[3], l'émir d'Irak, Mucharrif ad-Dawla meurt. Sa succession est difficile car il n'a pas de fils. Son frère aîné Qiwâm ad-Dawla règne à Kermân, son frère cadet Jalâl ad-Dawla Chirzîl est gouverneur de Bassora, son neveu, `Imâd ad-Dîn règne sur le Fars. Jalâl ad-Dawla est désigné comme successeur. En revanche, les chefs militaires soutiennent `Imâd ad-Dîn qui est empêché d'entrer en Irak par Qiwâm ad-Dawla.

En octobre 1027[4], Jalâl ad-Dawla entre dans Bagdad et est officiellement investi du titre « d'émir des émirs ».

En 1028, Qiwâm ad-Dawla meurt à son tour. `Imâd ad-Dîn annexe le Kermân à ses territoires.

En 1033, les Ghaznavides envahissent Kermân, avec pour objectif le renversement des Bouyides. `Imâd ad-Dîn et Jalâl ad-Dawla savent alors s'allier pour les en expulser.

 
Monnaie d'Abu Kalijar.

`Imâd ad-Dîn a toujours l'ambition de conquérir l'Irak. Vers 1036 ou 1037, il prend Bassora. Jalâl ad-Dawla doit alors faire face à une mutinerie, à Bagdad et à moindre titre à Wâsît. `Imâd ad-Dîn y voit une occasion d'envahir l'Irak. Ses armées marchent sur Bagdad, mais il ne parvient pas à prendre la ville. Cependant Jalâl ad-Dawla le reconnaît comme « émir des émirs », si bien qu'`Imâd ad-Dîn va utiliser le titre de Shâhanshâh. (roi des rois) sur ses monnaies. Jalâl ad-Dawla obtient le soutien de l'émir uqaylides de Mossoul et celui de la tribu arabe des Banû Asad. Il est restauré dans sa pleine autorité et continue à occuper son poste en utilisant les mêmes titres. `Imâd ad-Dîn nomme son fils [Quoi ?]

Jalâl ad-Dawla meurt en mars 1044[5]. `Imâd ad-Dîn annexe l'Irak. Il a cependant quelques difficultés à contrôler la région. Il garde Ahvaz comme capitale au lieu de s'installer à Bagdad. A Ispahan, les Kakouyides connaissent des problèmes de succession : deux frères se disputent le pouvoir. `Imâd ad-Dîn essaie de les soumettre à son autorité mais ceux-ci préfèrent se mettre sous la protection des Seldjoukides. Cette situation incite les Seldjoukides à pousser leur avantage. `Imâd ad-Dîn préfère négocier et créer une alliance matrimoniale. Le gouverneur de Kermân se soumet aux Seldjoukides.

`Imâd ad-Dîn essaie vainement de récupérer le Kermân. Il meurt peu après, en . Ses frères se partagent le royaume. Abû Mansûr Fûlâd Sutûn prend le Fars et Al-Malik ar-Rahîm Khusraw Fîrûz prend l'Irak.

Notes et référencesModifier

  1. arabe : ʾabū kālījār ʿimad ad-dīn marzubān ben sulṭān ad-dawla ʾabū šajāʿ, أبو كاليجار عماد الدين مرزبان بن سلطان الدولة أبو شجاع, Pilier de la religion
  2. a b et c (en) C. Edmund Bosworth, « Èmâd ad-dîn Marzubân Abû Kâlîjâr », dans Encyclopædia Iranica (lire en ligne)
  3. rabi`al-awwad 416 A.H. d'après (en) Tilman Nagel, « Buyids », dans Encyclopædia Iranica (lire en ligne)
  4. ramadan 418 A.H. d'après Tilman Nagel, ibidem
  5. cha`bân 435 A.H. d'après Tilman Nagel, ibidem

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier