Abu'l-Barakāt Hibat Allah ibn Malkā

Abu'l-Barakāt Hibat Allah Ibn Malkā Al-Baghdādī (littéralement en arabe: أبو البركات هبة الله بن ملكا البغدادي), aussi connu sous son nom de naissance Baruch ben Malka, était un philosophe, médecin et physicien musulmans du XIIe siècle[1]. Il était un philosophe aristotélicien qui, à bien des égards a suivi et été influencée par Ibn Sina, mais a aussi développé ses propres idées[2].

Abu'l-Barakāt Hibat Allah ibn Malkā
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Domaine
Religion
Mouvement

BiographieModifier

Abu'l-Barakāt, est né à Balad, une ville sur le Tigre non loin de l'actuel Mossoul, aux alentours de l'an 1080 au sein d'une famille juive. Sa vie est peu connue et documentée, on sait qu'il deviendra par la suite un médecin de renom qui sera parmi les médecins qui siégeront à la cour des califes de Bagdad et des sultans seldjoukides[3].

Isaac, le fils d'Abraham Ibn Ezra était l'un de ses élèves d'Abu'l-Barakāt, à qui il a dicté un long commentaire philosophique sur le livre des Ecclésiastes, commentaire écrit en arabe mais en utilisant des caractères hébreux. Isaac a écrit un poème en l'honneur d'Abu'l-Barakāt comme introduction à cette œuvre[4].

Abu'l-Barakāt se convertit par la suite à l'islam, et a pris le célèbre théologien et philosophe Fakhr al-Din al-Razi comme disciple. L'influence d'Abu'l-Barakāt se retrouve notamment dans l’ouvrage Al-Mabāḥith al-Mashriqiyyah (Discours orientaux ) de Fakhr al-Din al-Razi [5].

Abu'l-Barakāt s'inspire et reprend dans son œuvre les travaux et enseignements scientifiques et philosophiques d' Ibn Sina, et a eu pour maître Abu’l Hasan Sa’id ibn Hibat Allah. La pensée d'Abu'l-Barakāt a eu une profonde influence sur la pensée islamique mais aucune sur la pensée juive. Ses œuvres n'ont jamais été traduites en hébreu et il est rarement cité dans la philosophie juive, probablement à cause de sa conversion à l'islam[6],[3].

TravauxModifier

Il a écrit une critique de la philosophie aristotélicienne et de la physique aristotélicienne intitulée Kitab al-Mu'tabar ("Le livre de ce qui a été établi par réflexion personnelle" [https://shiabooks.net/library.php?id=11933]) qui présente notamment des critiques philosophiques à Ibn Sina. Il a aussi écrit un court traité sur l'intellect , Kitāb Ṣaḥiḥ adillat al-naql fī māhiyyat al-ʻaql ( صحيح أدلة النقل في ماهية العقل [https://www.ifao.egnet.net/anisl/016/04/]). Tout ce que nous possédons en matière de rédaction médicale d'Abu'l-Barakāt, ce sont quelques prescriptions de remèdes manuscrits qui n'ont pas encore été étudiées.

Notes et référencesModifier

  1. Norman A. Stillman; Shlomo Pines. "Abū ʾl-Barakāt al-Baghdādī." Encyclopedia of Jews in the Islamic World. Executive Editor Norman A. Stillman. Brill Online, 2013
  2. Stroumsa, Sarah; A. Baumgarten; et al. (1998). "Twelfth Century Concepts of Soul and Body: The Maimonidean Controversy in Baghdad". Self, Soul and Body in Religious Experience. Brill. p. 318.
  3. a et b Colette Sirat (1996). "Judah Halevi and Abu-l-Barakāt". A History of Jewish Philosophy in the Middle Ages (Reprinted ed.). Cambridge University Press. (ISBN 0-521-39727-8).
  4. Kraemer, Joel L. (2010). Maimonides: The Life and World of One of Civilization's Greatest Minds. Random House of Canada. p. 485. (ISBN 0-385-51200-7).
  5. Frank, Daniel H.; Leaman, Oliver (1997). History of Jewish philosophy. Routledge. p. 78. (ISBN 0-415-08064-9).
  6. Marenbon, John (2003). Medieval philosophy (Reprint ed.). London: Routledge. p. 76. (ISBN 0-415-30875-5).

Liens externesModifier