Ouvrir le menu principal
Une image des quatre derniers aborigènes tasmaniens de « lignée pure » vers 1860 ; Truganini, la dernière survivante de l'ethnie est située à l'extrême droite de l'image.

Les aborigènes de Tasmanie (nom aborigène : Palawa ou Pakana[1]) sont un peuple indigène d'Australie, vivant sur l'île de Tasmanie.

En l'espace de 30 ans (1803-1833), la population des aborigènes de Tasmanie a été réduite de 5 000 à 300 individus. Cette chute de la population s'explique largement par les maladies apportées par les colons britanniques mais aussi par les conflits entre colons et aborigènes. Depuis 1876, on les considère comme une ethnie éteinte puisque la dernière femme à avoir des ancêtres entièrement indigènes est morte à cette date. Elle se nommait Truganini. Il existe cependant encore des individus ayant plusieurs ancêtres aborigènes.

La plupart des langues de ces aborigènes (ils parlaient plusieurs dialectes) ont été perdues, de même que la plus grande partie de leur patrimoine culturel. Aujourd'hui, des efforts sont faits pour essayer de reconstituer la langue[réf. souhaitée].

HistoireModifier

Les premiers hommes à s'installer en Tasmanie sont arrivés il y a environ 40 000 ans lors d'une glaciation qui en baissant le niveau des mers, permit de traverser le détroit de Bass avec des esquifs rudimentaires. La remontée du niveau des mers il y a 10 000 ans leur rendit infranchissable le détroit de Bass et ils se sont trouvés isolés de l'Australie continentale, connaissant alors des évolutions différentes de celles des autres peuples aborigènes d'Australie.

Les différentes tribus avant 1803Modifier

Ces estimations proviennent surtout de l'expédition Baudin (1800-1803) ou de l'expédition Flinders (1801-1803).

La Guerre noireModifier

Article détaillé : Black War.

Déplacement forcéModifier

Sur 80 000 Tasmaniens (estimation), il reste 2 000 survivants en 1816, et une centaine en 1830. Dans les années 1830, les aborigènes survivants sont déplacés sur l'île Flinders, dans l'archipel Furneaux. La dernière survivante est sans doute Truganini (1812-1876).

BibliographieModifier

EssaiModifier

  • (en) Clive Turnbull, Black War : The Extermination of the Tasmanian Aborigines, Lansdowne Press, Melbourne, 1965.

Roman historiqueModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Christopher D. Berk, « Palawa Kani and the Value of Language in Aboriginal Tasmania », Oceania, vol. 87, no 1,‎ , p. 2–20 (ISSN 1834-4461, DOI 10.1002/ocea.5148, lire en ligne, consulté le 2 juillet 2019)
  2. Fabrice Bensimon, « Matthew KNEALE, Les Passagers anglais », Revue d'histoire du XIXe siècle, n° 24, 2002, consulté le 19 avril 2015.