Abdul Ghani Baradar

Le mollah Abdul Ghani Baradar (dari/pashto : عبدالغنی برادر - né aux environs de 1968 dans le village de Weetmak, district de Dehrawood dans la province d'Orozgân[1]), également appelé Mollah Baradar Akhund, est un homme politique et un chef militaire afghan appartenant au mouvement taliban. Il a combattu les forces soviétiques lors de la première guerre d'Afghanistan.

Abdul Ghani Baradar
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
District de Dehrawood (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Allégeance
Activités
Autres informations
Religion
Grade militaire
Commandeur (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflits

Il exerce la fonction de vice-ministre de la Défense lors du régime talêb (1996-2001)[2]. De ce fait, il est aujourd'hui sujet aux sanctions de la résolution du Conseil de sécurité 1267 (1999) et poursuivi par le comité créé par la résolution 1267 (1999).

Après la chute du régime fin 2001, à la suite de l'attaque américaine d'octobre-, le mollah Beradar parvient à s'échapper et est nommé au conseil de direction taliban en 2003[2]. Il exerce alors également le commandement militaire de la guérilla[3]. Les mollahs Dadullah, Razzak et Akhtar Mohammad Osmani lui servent d'adjoints[4]. En 2006, il perd ce commandement, remplacé par Djalâlouddine Haqqani, même s'il demeure un important commandant talêb[5].

Leader de la Choura (Conseil) de Quetta, il était considéré comme le numéro deux des talibans lors de sa capture à Karachi (Pakistan) en février 2010, effectuée par une opération menée par l'ISI (les services pakistanais) avec l’appui des États-Unis[6],[7]. Il est remplacé par Akhtar Mohammad Mansour.

Il est libéré en octobre 2018 afin de permettre des discussions secrètes entre les talibans et les États-Unis[8].

Depuis 2020, il est le négociateur en chef des talibans pour les pourparlers entre les rebelles, les États-Unis et le gouvernement afghan. À ce titre, il rencontre le secrétaire d'État américain Mike Pompeo à Doha le [8].

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier