Abdelhaq Fennich

homme politique marocain

Abdelhaq Fennich (?-mort en 1766) est un Pacha de Salé de 1738 à 1757. Il est notamment connu pour avoir restauré et fortifié les anciens remparts de la ville de Salé.

Abdelhaq Fennich
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Enfant

Une allée porte son nom à Rabat[1]. Il est le père du diplomate Tahar Fennich.

BiographieModifier

 
Borj Bab Sebta en 1940

Abdelhaq Fennich appartenant à grande et ancienne famille de Salé d'origine andalouse, fut un puissant Pacha de sa ville natale. Il est connu pour avoir construit en 1738 Borj Bab Sebta (Porte de Ceuta); une tour fortifiée d'où il gérait les affaires de la ville[L 1].

En 1709, le sultan Moulay Ismail érige à la sortie de la médina de Salé, près de Sidi Moussa en face de la mer la Kasbah des Gnaouas où il place le "Jich Abid El-Boukhari" (Gardes noire d'esclaves originaires du Soudan occidental) pour protéger les côtes de Rabat et Salé contre les tentatives de pénétration et d'occupations étrangères. On reprocha à ces derniers des libertés avec l'honneur et la vertu de femmes, alors cette inconduite provoqua une violente réaction de la part des habitants. Un jour, une fille de la famille du Pacha est violée par un abid. Abdelhaq Fennich furieux, compte racheter l'honneur de sa proche et attaque la Kasbah, la détruit en éliminant la garde noire du Sultan qui comprend son geste[2]. La Kasbah des Gnaouas était un petit village fortifié avec un camp militaire, des hammams et une mosquée. Elle est aujourd'hui en ruine.

Il a aussi exilé la famille Zniber qui avait perdu l'un de ses membres dans le cadre d'une rivalité. Le Sultan, au courant de l'acte, démit le Pacha de ses fonctions et accorde aux Zniber le droit de se venger, mais ne l'utilisa pas, ne désirant pas faire périr d'autres Salétins[L 2].

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. Allée Abdelhaq Fennich - Rabat
  2. Driss Mrini et Ismail Alaoui, Salé : Cité Millénaire, Editions Eclat de Rabat, Imprimé à Milan, , 200 p. (ISBN 9981-9995-0-4), p. 40, 41

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Ismaïl Alaoui et Driss Mrini (dir.), Salé : Cité millénaire, Rabat, Éclat, coll. « Trésors d'une ville », , 199 p. (ISBN 9981-9995-0-4)  
  • (ar) Jean Cousté (trad. Abu al-Kacem Achach), Bouyoutat Madinat Sala (Les Maisons de Salé) [« Les Grandes Familles indigènes de Salé »], Imprimerie officielle de Rabat, diffusion de la bibliothèque Sbihi, , 152 p.  
    « Informations » sur l'ouvrage original en français, publié en 1931.
  • (ar) Mohamed Ben Ali Doukkali, l'Histoire des Deux Rives [« Al-Ithaf Al Wajiz, Tarikh Al-Adwatayn »], Editions Maârif de Rabat, diffusion de la bibliothèque Sbihi, , 2e éd., 400 p., p. 335 à 338  
  • (en) Kenneth L. Brown, People of Sale : Tradition and Change in a Moroccan City, 1830-1930, , 265 p. (ISBN 9780719006234, lire en ligne)