Ouvrir le menu principal

Les abbayes mosanes correspondent aux établissements monastiques établis dans l'ancien diocèse de Liège au Moyen Âge et qui ont contribué au développement de l'art mosan.

HistoireModifier

La région mosane a été formée par les limites du diocèse de Liège, qui avait de solides liens politiques avec les empereurs du Saint-Empire romain germanique et les évêques de Cologne. Les principaux centres artistiques mosans ont été les villes de Liège, Huy, Dinant, Namur, Tongres, Maastricht, Roermond et Aix-la Chapelle, ainsi qu'un certain nombre de monastères importants.

Les Xe et XIIIe siècle constitue l'âge d'or de ces abbayes qui rayonnent à travers toute l'Europe et au-delà. Un inventaire de la bibliothèque de Lobbes, fait à cette époque, recense le chiffre considérable de 347 livres. L’atelier des copistes de Lobbes transcrit sans relâche les œuvres des écrivains sacrés et profanes. La bibliothèque comprend la plupart des saints pères (Chrysostome, Augustin, Jérôme, etc.), les historiens sacrés, les principaux orateurs, poètes et philosophes de l'antiquité. Un manuscrit a pu être conservé, chef-d’œuvre de la miniature mosane : la Bible de Lobbes, maintenant conservée à Tournai et datée de 1084. Fait rare : on en connaît même le miniaturiste et calligraphe, le moine Goderan[1]. Vers l'an mil, l'école de Lobbes est à son apogée et essaime : pendant plus d'un siècle, de l'Angleterre à la Pologne, des moines étrangers viennent s'y instruire. La formation y est excellente et ses écolâtres sont recherchés. L'abbaye de Floreffe fonde des établissements en Allemagne : Wenau (1122), Rommersdorf (1135), et même en Terre sainte, Saint-Habacuc, fondée vers 1137 à Lod (maintenant Tel Aviv), qui fut supprimée à la fin du XIIIe siècle lorsque la domination des Croisés prit fin. C'est l'époque de Sigebert de Gembloux, moine bénédictin, hagiographe, polémiste et chroniqueur gibelin. Plusieurs abbés de Villers-la Ville occupent de hautes fonctions au sein de l'ordre de Cîteaux.

En WallonieModifier

 
Ancienne abbatiale du monastère Sainte-Gertrude de Nivelles
 
Abbaye de Villers-la-Ville, ruines du transept sud de l'abbatiale et de son cloître du XIIIe siècle

Dans le Brabant flamand belgeModifier

Dans le Limbourg belgeModifier

Dans le Limbourg néerlandaisModifier

En AllemagneModifier

EnluminureModifier

Article détaillé : Manuscrits mosans.
 
Bible de Floreffe, début de l'évangile de Jean

La technique de l'enluminure était à son zénith dans la seconde moitié du XIIe siècle. Les principaux centres artistiques étaient l'abbaye Saint-Laurent de Liège et les abbayes de Stavelot et de Lobbes.

NotesModifier

  1. Dans la dédicace qui termine son livre, Goderan de Lobbes sollicite de Saint Pierre la plus forte somme de protection et de bienveillance, en récompense de son travail.

BibliographieModifier

  • Félix Rousseau, « La Meuse et le pays mosan. Leur importance historique avant le XIIIe siècle », Annales de la Société archéologique de Namur, vol. XXXIX, 1930, réédité en 1977.
  • Rhin-Meuse : Art et civilisation 800-1400, catalogue de l'exposition organisée du 14 mai au 23 juillet 1972 à Cologne et du 19 septembre au 31 octobre à Bruxelles, Bruxelles-Cologne, 1972.
  • L'Art mosan. Liège et son pays à l'époque romane du XIe au XIIIe siècle, collectif sous la direction de Benoît Van den Bossche (avec la collaboration de Jacques Barlet), Éditions du Perron, Liège, 2007, (ISBN 978-2-87114-217-1).
  • Sophie Balace, Historiographie de l'art mosan, Thèse soutenue à l'université de Liège, janvier 2009, 937 p. (lire en ligne)
  • Chapman, Gretel (1987). "Mosan art". Dictionary of the Middle Ages. Volume 8. p. 495–6
  • Hartog, Elizabeth den (2002). Romanesque Sculpture in Maastricht
  • Timmers, J.J.M. (1971). De Kunst van het Maasland
  • R.P. Denis, Un chef-d'œuvre de l'orfèvrerie mosane au musée du Louvre, Bulletin du Vieux Liège, no 162, tome VII, 1968.
  • "Mosan school". In online Encyclopædia Britannica

Voir aussiModifier