Ouvrir le menu principal

Abbaye de Jully-les-Nonnains

abbaye située dans l'Yonne, en France
Page d'aide sur les redirections « Château de Jully » redirige ici. Pour Château de Ponneau situé sur la commune de Jully-lès-Buxy en Saône-et-Loire, voir Château de Ponneau.

Abbaye de Jully-les-Nonnains
Image illustrative de l’article Abbaye de Jully-les-Nonnains
Présentation
Nom local Château de Jully
Grange aux convers
Type abbaye
Rattachement (anciennement) Ordre de Saint-Benoît
Début de la construction XIIe siècle
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Ville Jully
Coordonnées 47° 46′ 32″ nord, 4° 17′ 48″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Jully-les-Nonnains

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Abbaye de Jully-les-Nonnains

Géolocalisation sur la carte : Yonne

(Voir situation sur carte : Yonne)
Abbaye de Jully-les-Nonnains

Le prieuré de Jully-les-Nonnains située dans la commune de Jully, dans l'Yonne, est un monastère, aujourd'hui disparu, de moniales bénédictines fondé en 1115 par Milon II.

HistoriqueModifier

Ombeline et d'autres femmes de l'entourage de saint Bernard de Clairvaux avaient le désir d'entrer en religion, dans un monastère. Elles décident de fonder un prieuré de femmes qui serait sous la dépendance de l'abbaye mère, Molesme. Milon II de Bar ou de Brienne fit une donation[1] de son château de Jully avec toutes ses dépendances et la paroisse de Jully ; ce château avait été bâti par son aïeul Milon, comte de Tonnerre en 987.

La charte fut ratifiée par Joceran, évêque de Langres, et par une bulle papale d'Eugène III le . Molesme avait délégué quatre moines pour gérer et superviser l'abbaye, cette tutelle causa de nombreux conflits entre les parties qui furent portés jusque devant divers papes. La Guerre de Cent Ans affaiblissant le temporel et le spirituel de l'abbaye, la communauté fut dissoute le .

Au XVe siècle, l'abbaye devenait le bénéfice du cellérier de Molesme qui devenait le seigneur de Jully.

Claude de Nicey entreprit l'amélioration et la fermeture de l'enceinte. Pour ce faire, il bâtit une nouvelle chapelle, dédiée à saint Claude, devant la porte du château et fit murer l'ancienne chapelle et fermer des ouvertures. Alors que l'abbaye fut prise et saccagée par les protestants menés par François de Coligny d'Andelot, puis quelque temps après par des reitres, cette chapelle Saint-Claude fut constatée détruite en 1578, et non relevée.

État actuelModifier

L'inventaire préliminaire des Monuments historiques[2] ne recense plus qu'un bâtiment à demi ruiné avec une cave et un puits.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

RéférencesModifier