Abbaye de Herrevad

édifice religieux suédois

Abbaye de Herrevad
image de l'abbaye
Les bâtiments actuels de l'ancienne abbaye

Nom local Herrevadskloster
Diocèse Diocèse de Lund
Patronage Vierge Marie
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CXCVIII (198)[1]
Fondation 12 octobre 1144
Dissolution 1565
Abbaye-mère Abbaye de Cîteaux
Lignée de Abbaye de Cîteaux
Abbayes-filles 370-Tvis (1163-1547)
424-Holme (1172-1550)
432-Løgumkloster (1173-1548)
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style
Protection Byggnadsminne (le 15 juin 1998 sous le numéro 21300000014893)[2]

Coordonnées 56° 05′ 16″ nord, 13° 13′ 57″ est[3].
Pays Drapeau de la Suède Suède
Province Scanie
Région Götaland
Comté Comté de Scanie
Commune Klippan
Géolocalisation sur la carte : Europe
(Voir situation sur carte : Europe)
Abbaye de Herrevad
Géolocalisation sur la carte : Suède
(Voir situation sur carte : Suède)
Abbaye de Herrevad
Géolocalisation sur la carte : comté de Scanie
(Voir situation sur carte : comté de Scanie)
Abbaye de Herrevad

L’abbaye de Herrevad est une ancienne abbaye cistercienne, fondée au XIIe siècle au Danemark par des cisterciens de l'abbaye de Cîteaux, dans une région, la Scanie, qui est depuis 1658 rattachée à la Suède (actuellement commune de Klippan, Comté de Scanie).

HistoireModifier

FondationModifier

L'abbaye de Herrevad est fondée en 1144 par les moines de l'abbaye de Cîteaux, au carrefour de routes importantes. L'abbaye est bâtie en pierres de taille[4].

Au Moyen ÂgeModifier

 
Ruines de l'abbatiale : un des anciens piliers de la nef de l'abbatiale.

L'abbaye de Herrevad est prospère et fonde au cours de la fin du XIIe siècle trois abbayes-filles, Tvis en 1163, Holme en 1172 et Løgumkloster en 1173, toutes les trois situées au Danemark[4].

La RéformeModifier

En 1536, la Réforme est imposée au Danemark par le roi Christian III qui saisit les biens de l'Église et fait fermer un peu plus tard les monastères. La plupart des bâtiments de Herrevad sont détruits au cours du XVIe siècle, pour finir par la destruction de l'abbatiale en 1600. Au cours de l'année 1572, Tycho Brahe séjourne sur le domaine de l'ancienne abbaye, résidence de son oncle Steen Bille. C'est de là qu'il observe le la supernova appelée depuis SN 1572.

L'abbaye après les moinesModifier

Les quelques bâtiments restants sont détruits en 1800[4]. Les deux ailes du bâtiment actuel sont bâties en 1817-1818 par A. N. Edelcrantz. Elles sont bâties de part et d'autre de l'ancienne aile gauche de l'abbaye[5].

L'abbayeModifier

Quasiment aucune superstructure initiale n'a survécu ; les seuls restes de la fondation cistercienne d'origine sont enterrés. Les fouilles archéologiques de 1939 ont permis de mettre au jour le plan de l'église abbatiale[5].

Notes et référencesModifier

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 173.
  2. « Herrevadsklosters kungsgård (akt.) », sur http://www.bebyggelseregistret.raa.se, Riksantikvarieämbetet (consulté le 14 novembre 2013).
  3. « Løgumkloster », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 14 novembre 2013).
  4. a b et c Sven Rosborn, « Herrevadskloster », sur http://wadbring.com/, Bengans historiasidor, (consulté le 14 novembre 2013).
  5. a et b (sv) Förteckning över byggnadsminnesmärken som tillhör staten eller står under statsmyndighets eller statsinstitutions omedelbara inseende. Riksantikvarieämbetet och Liber Förlag, , 384 p. (ISBN 9789138028148, lire en ligne).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier