L’abbaye de Glenluce est une ancienne abbaye cistercienne située dans le village éponyme, administrativement situé à Old Luce (en)

Abbaye de Glenluce
image de l'abbaye
Vue générale des ruines de l'abbaye
Patronage Saint Édouard
Sainte Marie
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCCXCVI (496)[1]
Fondation
Dissolution 1607
Abbaye-mère Dundrennan
Lignée de Clairvaux
Abbayes-filles 676 - Sweetheart (1273-1624)
Congrégation Ordre cistercien
Protection Scheduled monument depuis 1994
Coordonnées 54° 53′ 23″ N, 4° 49′ 54″ O[2]
Pays Drapeau de l'Écosse Écosse
council area Dumfries and Galloway
Paroisse civile (en) Old Luce (en)
Lieu-dit Glenluce
Géolocalisation sur la carte : Écosse
(Voir situation sur carte : Écosse)
Abbaye de Glenluce
Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni
(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Abbaye de Glenluce

Elle est fondée en 1191. Relativement prospère, elle fonde à son tour une abbaye-fille en 1273, celle de Sweetheart.

L'abbaye est confrontée à la dissolution des monastères ; toutefois, les moines sont autorisés à terminer leur vie dans leur abbaye avant que celle-ci ne soit confisquée. À la mort du dernier d'entre eux, en 1602, elle est définitivement fermée.

Localisation et toponymie

modifier

L'abbaye est située en rive gauche (orientale) de la Water of Luce (en), un petit fleuve écossais qui se jette dans le Solway Firth. L'édifice est localisé environ un kilomètre et demi au nord-ouest du village de Glenluce et à trois kilomètres à peine de la côte[3],[4],[5].

Histoire

modifier

Fondation et Moyen Âge

modifier

L'abbaye est fondée, suivant les sources, en 1191 ou 1192, par Roland de Galloway. Elle est confiée à la communauté de Dundrennan, ce qui la place dans la filiation de Clairvaux[2],[3]. Des études du XIXe siècle ont affirmé une affiliation à Melrose, mais les recherches plus récentes ont invalidé cette hypothèse[6].

Selon la tradition cistercienne, la communauté du nouveau monastère se compose d'un abbé et de douze moines, qui entament immédiatement la construction de la partie orientale de l'église, afin de pouvoir y célébrer rapidement la liturgie[4].

En 1173, l'abbaye de Glenluce est sollicitée pour fonder une abbaye-fille à son tour, celle de Sweetheart[2].

XVIe siècle

modifier

L'emplacement très excentré de Glenluce la préserve probablement des destructions qui ont affecté nombre d'autres abbayes cisterciennes écossaises. La salle capitulaire de l'abbaye est probablement reconstruite en 1515. En 1544, un différend foncier amène l'expulsion temporaire de toute la communauté, qui reste privée de son abbaye durant une année avant la résolution du conflit[4].

Marie Stuart séjourne une nuit à l'abbaye le [3]. En 1560, l'abbaye est dissoute de force dans le cadre de la dissolution des monastères ; toutefois, les moines sont autorisés à terminer leur vie au monastère avant que celui-ci ne soit confisqué. À la mort du dernier d'entre eux, en 1602, Glenluce est définitivement fermée[4].

Après la Dissolution

modifier

À la suiite de la fermeture, l'abbaye reste sans occupant. Toutefois, les destructions dues aux éléments, et surtout l'utilisation de certains bâtiments comme carrière de pierres ruine en partie l'édifice. En 1933, la gestion du lieu est confiée à Historic Environment Scotland par le gouvernement[4].

En 1994, les ruines sont protégées en tant que scheduled monument sous le numéro SM90153[5].

Architecture

modifier

Monastère médiéval

modifier

Le plan traditionnel cistercien est mis en œuvre à Glenluce, avec un cloître situé du côté méridional de la nef[4]. L'architecture de l'abbatiale est classique, avec une nef flanquée de bas-côtés, deux transepts dotés chacun de deux chapelles de part et d'autre de l'abside[5].

Ruines contemporaines

modifier
 
Les ruines de l'abbaye vues depuis l'ancien cloître.

Les principaux restes de l'abbaye correspondent à l’ancien transept méridional. Le plan du cloître est intact, mais sur la plus grande partie du pourtour les ruines n'émergent pas du sol. En revanche, une particularité remarquable de Glenluce est d'avoir conservé une partie du système d'approvisionnement en eau de l'abbaye[5],[6].

Notes et références

modifier

Références

modifier
  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 193.
  2. a b et c (it) Luigi Zanoni, « Glenluce », sur cistercensi.info, Certosa di Firenze (consulté le ).
  3. a b et c (en) « Glenluce Abbey », Scottish Places (consulté le ).
  4. a b c d e et f (en) « Glenluce Abbey », Undiscovered Scotland (consulté le ).
  5. a b c et d (en) « Glenluce Abbey — SM90153 », Historic Environment, (consulté le ).
  6. a et b (en) « Glenluce Abbey », Canmore - National record for the historic environment (en) (consulté le ).

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

modifier