Abbaye de Comber

ancienne abbaye cistercienne irlandaise

L’abbaye de Comber est une ancienne abbaye cistercienne située à Comber, en Irlande du Nord. Fondée en 1200, elle est fermée lors de la dissolution des monastères, puis subsiste jusqu'à son incendie en 1572, qui l'anéantit totalement.

Abbaye de Comber
Image illustrative de l’article Abbaye de Comber
L'église Sainte-Marie bâtie à l'emplacement de l'ancienne église abbatiale de Comber, dont il ne reste rien.

Diocèse Down et Connor
Patronage Sainte Marie
Numéro d'ordre (selon Janauschek) DXXVI (526)[1]
Cistercien depuis
Dissolution 1543
Abbaye-mère Whitland
Lignée de Clairvaux
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Cisterciens (1200-1543)
Période ou style

Coordonnées 54° 33′ 02″ nord, 5° 45′ 02″ ouest[2]
Pays Drapeau de l'Irlande du Nord (drapeau du Royaume-Uni) Irlande du Nord
Baronnie (en) Castlereagh (en)
Comté Down
District Ards
Localité Comber
Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni
(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Abbaye de Comber
Géolocalisation sur la carte : Irlande
(Voir situation sur carte : Irlande)
Abbaye de Comber
Géolocalisation sur la carte : Irlande du Nord
(Voir situation sur carte : Irlande du Nord)
Abbaye de Comber

Localisation et toponymieModifier

Le site de l'abbaye est localisé au centre-ville de Comber, cette dernière ville étant elle-même située près de l'extrémité nord du Strangford Lough. Le site originel est plus particulièrement le lieu où confluent les rivières Enler et Glen, leur réunion étant nommée Comber River. Le nom de l'abbaye, d'où découle ensuite celui de la ville, provient de cette situation de confluence, « comar » signifiant la réunion de deux rivières en gaélique[3].

HistoireModifier

Fondation et toponymieModifier

Une abbaye augustinienne existait à Comber avant l'arrivée des Cisterciens. Les Annales de Loch Cé mentionnent notamment l'attaque victorieuses que mènent contre cette abbaye, alors nommée Combuir, les Vikings en 1031. Le bilan en est de quatre tués et trente captifs emmenés de force. Toutefois, dès l'apparition de l'abbaye cistercienne, le monastère augustinien en est occulté et passe au second plan[4].

La fondation de l'abbaye cistercienne est généralement attribuée à Brian Catha Dun, chef des O'Neill de Claneboye, qui aurait collicité les moines en 1199. À la suite de son duel avec John de Courcy, Brian Catha Dun est tué en 1201. Il semblerait qu'à cette occasion, Courcy ait fait venir des cisterciens de Whitland, au Pays de Galles, en remplacement des premiers, probablement Irlandais[5].

Déclin et dissolutionModifier

À l'époque de la dissolution des monastères, l'abbaye est abandonnée et rapidement pillée. Mais le coup de grâce est porté à l'édifice par Brian McPhelim O'Neill (en) ; furieux que les terres du comté de Down ne lui aient pas été attribuées, il se venge en incendiant les abbayes et prieurés de Movilla (en), Bangor, Holywood (en), Grey, Comber et Nendrum (en)[6].

ArchitectureModifier

L'abbaye de Comber reproduisait fidèlement le plan traditionnel cistercien, avec une église abbatiale orientée au sud de laquelle était placé le cloître entouré des bâtiments conventuels. L'église Sainte-Marie actuelle est très probablement beaucoup plus réduite que l'abbatiale originelle, et ne correspond sans doute qu'à la nef de cette dernière[7].

Les pierres de l'abbaye, du grès rose de Scrabo, sont ensuite dispersées pour être utilisées par les habitants des environs. En 1931, certaines d'entre elles sont utilisées, sans que leur origine monastique soit connue, pour ériger une statue nommée « The Monk » (« le moine ») dans le jardin d'Aureen House, à proximité de l'église paroissiale. En 2002, Erskine Willis se rend compte que la tête sculptée du moine est en réalité la clef de voûte d'une ancienne verrière gothique de l'abbatiale, diagnostic qu'il fait confirmer par les deux archéologues Marion Meek et Annie Given ; les pierres sont alors confiées au Département de l'Environnement pour qu'elles soient exposées dans l'église paroissiale[8],[9].

Notes et référencesModifier

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Vindobonae, , 491 p. (lire en ligne), p. 204.
  2. (it) Luigi Zanoni, « Comber », sur http://www.cistercensi.info, Certosa di Firenze (consulté le ).
  3. Norman Nevin 1984, Whence came the name ?, p. 4.
  4. Norman Nevin 1984, The Agustinian Monastry, p. 12.
  5. Norman Nevin 1984, The Norman English, p. 13.
  6. Norman Nevin 1984, The cistercian abbey in Comber, p. 14 & 15.
  7. Norman Nevin 1984, The cistercian abbey in Comber, p. 13 & 14.
  8. (en) « Roving stones return to Comber home », BBC,‎ (lire en ligne).
  9. (en) Erskine Willis, « My story of the Comber Abbey stones » (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • [Norman Nevin 1984] (en) Norman Nevin, The Story Of Comber, Comber, , 78 p. (lire en ligne)