Ouvrir le menu principal

Abbaye de Bohéries

abbaye située dans l'Aisne, en France

Abbaye de Bohéries
image de l'abbaye
Vue générale de l'édifice

Diocèse Ancien diocèse de Laon
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CLVI (156)[1]
Fondation 1141
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye de Foigny
Lignée de Abbaye de Clairvaux
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style
Protection Logo monument historique Classée MH (1995)[2]

Coordonnées 49° 55′ 06″ nord, 3° 34′ 26″ est[3]
Pays Drapeau de la France France
Province Picardie
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Commune Vadencourt

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Bohéries

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Abbaye de Bohéries

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Abbaye de Bohéries

L'abbaye de Bohéries est une ancienne abbaye cistercienne située sur le territoire de la commune de Vadencourt, dans le département de l'Aisne, en France[2]. Elle était fille de l'abbaye de Foigny.

HistoriqueModifier

Fille de Clairvaux, l'abbaye de Bohéries a été fondée en 1143 par des moines venus de l'abbaye de Foigny en Thiérache.

L'ancienne abbaye cistercienne a été fondée au XIIIe siècle par Barthélemy de Jur, évêque de Laon. Elle est reconstruite au XVIIIe siècle, non sans quelques ressemblances avec l'Abbaye du Mont-Saint-Martin à Gouy, en brique et pierre, la pierre étant utilisée pour les encadrements des baies, les pilastres et les cordons séparant les niveaux. Le logis abbatial présentait un avant-corps central d'une travée, limité par des pilastres corinthiens, et surmonté d'un fronton triangulaire; le corps de bâtiment se continuait de chaque côté pat trois travées sur chaque niveau. Les pavillons extrêmes, à trois travées plus resserrées, étaient coiffés d'une toiture mansardée. L'ensemble de la façade était très classique et d'allure majestueuse. Le bâtiment servait avant sa destruction de filature[4].

Le monument est classé au titre des monuments historiques en 1995[2].

DescriptionModifier

Située dans la vallée de l'Oise, proche de la forteresse de frontière que fut longtemps Guise, l'abbaye, comme toute la région, a beaucoup souffert des guerres européennes et fut ruinée et relevée à plusieurs reprises. Protégée par l'enclos abbatial en grande partie intact, l'hydraulique cistercienne (canaux de drainage, biefs, étang) est, en dehors du site archéologique, ce qui subsiste de plus ancien de l'abbaye primitive. Elle a durablement façonné un paysage émouvant et, à bien des égards, exemplaire. C'est un lieu de paix, et une réserve naturelle et environnementale de fait.

Classée Monument Historique, la ferme abbatiale (ou "communs" de l'abbaye) date du milieu du XVIIIe siècle. C'est le seul bâtiment significatif subsistant de l'abbaye reconstruite entre 1650 et 1740. Il s'ordonne en deux ailes symétriques autour d'un des plus beaux pigeonniers de Picardie. La ferme abbatiale est actuellement en cours de restauration avec l'aide de l'État et du département de l'Aisne. Bohéries est ouvert au public de mai à fin octobre (les groupes, et notamment les scolaires, peuvent être reçus hors horaires affichés) et des manifestations culturelles y sont organisées.

RéférencesModifier

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 157.
  2. a b et c « Ancienne abbaye de Bohéries », notice no PA00115962, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. « Bohéries », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 18 juin 2013).
  4. Il était une fois des châteaux dans l'Aisne. Jean Eck

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :