Ouvrir le menu principal

Abbaye Saint-Pierre du Vigeois

abbaye située en Corrèze, en France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbaye Saint-Pierre.

Abbaye de Vigeois
Le chevet de l'église.
Le chevet de l'église.
Présentation
Type Abbaye
Début de la construction XIe siècle
Style dominant romane
Protection Logo monument historique Classé MH (1886)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Ville Vigeois
Coordonnées 45° 22′ 46″ nord, 1° 30′ 57″ est

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

(Voir situation sur carte : Corrèze)
Abbaye de Vigeois

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Vigeois

L'abbaye Saint-Pierre du Vigeois est une abbaye fondée à Vigeois dans le département de la Corrèze par Arède d'Atane (saint Yrieix) avant 572.

Histoire de l'abbayeModifier

FondationModifier

Elle existait dès le VIe siècle et aurait été réédifiée par Arédius ou saint Yrieix, qui la cite dans son testament en 572.

Comme beaucoup d'abbayes et d'églises, elle fut dévastée au cours des incursions des Vikings au IXe siècle puis relevée.

Évolution du statutModifier

C'est une abbaye bénédictine.

Elle est soumise à l'abbaye de Solignac au début du XIe, vers 1030, puis à Saint-Martial de Limoges de 1082 à 1230. En 1082, Géraud de Lestrade envoyé par Saint Martial de Limoges est nommé Abbé. Le chroniqueur du XIIe siècle Geoffroy du Breuil, chanoine de Saint-Martial de Limoges, est aussi prieur de Saint-Pierre de Vigeois[1].

En 1635, en conséquence du concile de Trente, l'abbaye bénédictine Saint-Pierre du Vigeois s'unit à la Congrégation des Exempts de la Province de Guyenne.

L'arrêté royal du 7 novembre 1745 abbaye l'unit au Séminaire des Ordinants de Limoges.

Par décret de l'Assemblée Constituante daté du 13 février 1790, elle est supprimée.

Guerres et destructionsModifier

L’abbaye est détruite par un incendie vers 1070.

Elle a été saccagée durant la guerre de Cent Ans et en 1489 l'évêque de Limoges ordonne sa reconstruction.

En 1590, les Protestants mettent le feu à la nef.

Elle est victime d'un nouvel incendie en 1705.

Architecture de l'abbayeModifier

L'église est un des plus beaux exemples d'architecture romane en Bas Limousin. Elle a été classée Monument Historique le 12 juillet 1886[2].

L’église abbatialeModifier

L'église abbatiale fut construite aux XIe et XIIe siècles. Le chœur avec chapelles rayonnantes et le transept étaient terminés en 1124. La nef est moderne.

Les sculptures des chapiteaux et des modillons sont remarquables. En effet, le toit de l'abside et des chapelles repose sur une corniche soutenue par des modillons sculptés de personnages.

L'accès aux combles se fait par deux tourelles situées de part et d'autre de l'abside qui contiennent les escaliers.

Le clocher qui se situe au-dessus du bras nord du transept est desservi par une porte d'entrée polylobée et ornée des deux statues de saint Pierre et saint Paul.

La nef est reconstruite en 1866.

En 1908 fut entreprise la restauration du chœur et la réfection de l'absidiole du croisillon Nord.

On peut y découvrir plusieurs tableaux dont :

Les bâtiments monastiquesModifier

Ils ont disparu peu après la Révolution.

ActivitéModifier

L'église abbatiale est devenue église paroissiale.

Galerie de photosModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Jean Maury, Marie-Madeleine S. Gauthier et Jean Porcher, Limousin roman, p. 37, Éditions Zodiaque (collection « la Nuit des temps » no 11), La Pierre-qui-Vire, 1959
  • Dom Jean-Marie Berland, Vigeois, Nouvelles éditions Latines, Paris
  • Évelyne Proust, Vigeois, ancienne abbatiale Saint-Pierre, p. 411-417, dans Congrès archéologique de France. 163e session. Monuments de Corrèze. 2005, Société française d'archéologie, Paris, 2007
  • Hugues Du Tems, Le clergé de France, ou tableau historique et chronologique des archevêques, évêques, abbés, abbesses & chefs des chapitres principaux du royaume, depuis la fondation des églises jusqu'à nos jours, tome 3, p. 286-288, chez Brunet, Paris, 1775 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :