Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos

abbaye située dans les Côtes-d'Armor, en France

L'abbaye Notre-Dame de Bon-Repos (en breton abati Itron-Varia a Verrepoz) est située sur la commune de Saint-Gelven dans le département des Côtes-d'Armor, en région Bretagne, en France. Elle se trouve le long du Blavet, également canal de Nantes à Brest à cet endroit.

Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos
image de l'abbaye
Le logis abbatial restauré.
Nom local Bona-Requies
Diocèse Saint-Brieuc
Patronage Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCCXX (420)[1]
Fondation 23 juin 1184
Cistercien depuis 1184
Dissolution 1790
Abbaye-mère Savigny
Lignée de Clairvaux
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Ordre cistercien (1184-1790)
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1940)[2]
Coordonnées 48° 12′ 41″ N, 3° 07′ 36″ O[3]
Pays Drapeau de la France France
Province Duché de Bretagne
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Commune Bon Repos sur Blavet
Site http://www.bon-repos.com/
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos
Géolocalisation sur la carte : Bretagne (région administrative)
(Voir situation sur carte : Bretagne (région administrative))
Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos

Cette abbaye fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

Histoire

modifier

Fondation

modifier

Bon-Repos est fondée[Note 1] le comme abbaye sœur de l'abbaye cistercienne de Savigny à l'initiative intéressée du vicomte Alain III de Rohan et son épouse Constance de Penthièvre, en forêt de Quénécan sous le nom de "Sanctae Mariae de Bona Requie" en présence de Dom Pierre, abbé de Clairvaux, de Dom Simon abbé de Savigny et de Raoul II de Fougères. Conformément à la tradition cistercienne, un abbé et 12 moines arrivent de l'abbaye de Savigny-le-Vieux dans la Manche, et s'installent dans cette vallée pour habiter Bon-Repos. Le choix du site est judicieux car il dispose de ressources naturelles : bois et eau y sont abondants[4].

 
Charte de fondation de l’abbaye de Bon-Repos, 1184 (AD 22, H201)

Selon la légende rapportée par Jean de Rostrenen[Note 2], le vicomte poursuivait un grand cerf en forêt de Quénécan. Après avoir chassé hardiment toute une journé, il s'était trouvé surpris par la nuit si bien que la fatigue l'incita à se reposer sur place. Il s'endormit en un lieu où la Vierge lui serait apparue en songe pour lui inspirer de fonder une abbaye à cet endroit à sa gloire. Le vicomte décida à son réveil de fonder cette abbaye et de la placer sous le patronage de la Vierge, l'appelant Bon-Repos car il s'y était bien reposé ; mais le vicomte ayant désigné ce couvent pour y recevoir sa sépulture[Note 3], on peut penser que c'est plutôt une allusion à son repos éternel[5]. Au-delà de la légende, cette fondation des Rohan répond à des intérêts politiques, économiques et religieux (implantation d'une nécropole de la famille ducale au sein d'une abbaye de l'ordre cistercien qui connaît à cette époque l'apogée de son prestige[Note 4], mise en culture des terres qui sont entrées dans le giron de la vicomté de Rohan depuis 1164[Note 5]).

Alain III de Rohan fait don à l'abbaye de six villæ et de deux autres fermes, des droits de prendre du bois et de pacage en forêt de Quénécan, du droit de construire viviers, écluses et moulins sur le Blavet, de la colline de Corlay. Constance, arrière petite-fille du roi d'Angleterre Henri Ier Beauclerc, fait don de l'église de Foleborne avec ses dépendances dans l'évêché d'Ely de la province de Cantorbéry. Le couple attribue à Bon-Repos une juridiction féodale qui sera à l'origine de querelles entre les officiers de Rohan et les moines[Note 6].

Période médiévale

modifier

L'abbaye connaît un essor important entre le XIIIe siècle et le XVIe siècle grâce à de nombreuses donations, notamment de la famille de Rohan (par exemple celle faite en 1225 par le vicomte Olivier de Rohan avant son départ à la sixième croisade), et au travail des moines (les moines, trop peu nombreux, font appel à des frères convers, en ouvrant les premières granges en 1235 à Caurel.). Vers la fin du XIIIe siècle les possessions de l'abbaye s'étendent sur 27 paroisses et trèves. La création de domaines congéables entraîne la prospérité économique pour l'abbaye et une situation pour l'abbé et les moines de type domination féodale sur les paysans.

L'actuel pont à dix arches de Bon-Repos, daté du XVIIe siècle, remplace très probablement un franchissement médiéval construit par les moines, à la suite du don à l'abbaye, des deux rives du Blavet par les Rohan qui « s'offrent » d'une part la bonne conscience de ce don charitable, et se déchargent sur l'établissement religieux, d'autre part, de toutes les contraintes liées au financement et à l'entretien du pont[Note 7]. L'abbé fait probablement appel à une maîtrise d'œuvre laïque pour construire un pont en pierre qui permet ainsi à l'abbaye de contrôler cette voie de circulation et de percevoir les droits de péage à l'entrée de l'ouvrage[9].

La crypte de l'église abbatiale servira entre 1196 et 1516 de sépulture à treize vicomtes de la grande famille de Rohan (dont par exemple Alain VII de Rohan, tué à la bataille de Mauron le et Jean II de Rohan en 1516, le dernier vicomte à y être enterré), ainsi qu'à plusieurs de leurs épouses.

Vers la fin du XIVe siècle l'abondance des biens temporels de l'abbaye entraîne un relâchement de la morale religieuse ; le supérieur général de l'ordre, Nicolas, abbé de Cîteaux, rappelle en 1387 leurs devoirs aux moines et procède à une réforme de l'abbaye qui est mise sous la tutelle de ses consœurs, l’abbaye de Boquen et l’abbaye de Coatmalouen.

Tout au long du XVe siècle, la décadence se poursuit : les moines négligent l'entretien des bâtiments, font des « fêtes païennes » et négligent même le culte, ce qui oblige le pape Grégoire XII à rédiger une bulle leur rappelant leurs devoirs en 1415.

En 1469, l’abbé Alain de Penguily est accusé de « maléfices, délits et mauvaise administration » et l'ordre des Cisterciens diligente une enquête.

À la fin du XVe siècle l'abbaye dispose des droits de basse, moyenne et haute justice (avec gibet et fourches patibulaires) et dispose d'un revenu élevé, mais les moines fréquentent les tavernes des environs et reçoivent des femmes à l'abbaye.

La famille de Rohan, s'étant convertie au protestantisme, cesse sa protection de l'abbaye, mais la relève est prise par la famille de Rohan-Guémené, seigneur de Corlay[5].

La commande

modifier

Prospère jusqu'au XVIe siècle, l'abbaye devient alors royale en 1491 à la suite du mariage d'Anne de Bretagne avec Charles VIII ; sur décision de François Ier, elle passe sous le régime de la commende en 1516 (les abbés sont nommés par le roi, mais ne résident pas sur place, se contentant d'en percevoir les revenus ; ils confient la gestion de l'abbaye à un prieur). Commence pour elle une période de déchéance[10].

L'essor du protestantisme dans la région, favorisé par les vicomtes de Rohan devenus protestants, entraîne une régression des revenus de l'abbaye, notamment en raison des difficultés rencontrées pour la perception des dîmes ; les moines se retrouvent presque sans ressources pendant les guerres de Religion, d'autant plus qu'un seigneur local, Troilus de Mesgouez, s'est emparé de l'abbaye dès 1589, n'en abandonnant la jouissance qu'à sa mort survenue en 1606.

Le déclin se poursuit tout au long du XVIIe siècle, des moines allant même jusqu'à se servir d'armes et commettre des actes de brigandage (par exemple à Caurel en 1674)[5].

Cette décadence s'achève au XVIIIe siècle par l'arrivée à la tête de l'abbaye en 1683 de l'abbé Philippe Alexandre Montault-Navaille de Saint-Geniès, qui reprend en main l'abbaye ruinée et la restaure (aristocrate mondain, « rêvant d’une vie de château, il décide de rebâtir les bâtiments conventuels de « Bon-Repos », pour en faire son palais abbatial[11]), y faisant aussi construire de nouvelles dépendances en 1730[Note 8] ; mais il meurt en 1734.

L'abbaye redevient alors assez prospère pendant une trentaine d'années. Plusieurs de ses abbés sont alors issus de la famille de Rougé et du Plessis-Bellière, une ancienne famille bretonne. Mais en 1768 il ne reste plus que huit moines dans l'abbaye.

Destructions

modifier
 
Façade du logis abbatial ruiné.
 
Annonce de mise en vente de l'abbaye de Bon-Repos en 1857 (journal Le Constitutionnel du ).

L'histoire de Bon-Repos est marquée par de nombreuses périodes de crises et d'opulence auxquelles la Révolution met un terme. En 1789, les 4 derniers moines de l'abbaye de Bon Repos fuient vers l'Angleterre et laissent le site à l’abandon. Cette date marque la fin de la vie monastique au sein de cette dernière. En 1791, un inventaire est réalisé dans l'abbaye par les révolutionnaires, puis elle est vendue comme bien national (son mobilier est dispersé et son orfèvrerie est envoyée à la fonte à l'hôtel des Monnaies de Nantes et de Paris)[13], et achetée d'abord par Jean-Baptiste Turquetit, un architecte de Pontivy, qui la revend rapidement à un tisserand révolutionnaire, Julien Le Bris[Note 9], maître tisserand de Rostrenen, qui y installe une manufacture de textile. Ce n'est qu'en 1796 qu'elle sera pillée - et non brûlée - par les chouans qui l'occuperont à plusieurs reprises comme caserne (elle sert un moment de quartier général à l'état-major de la 8e légion de l'Armée catholique et royale de Bretagne) ou comme refuge exceptionnel, par exemple à Pierre Guillemot en mai 1800. Elle subit aussi un pillage de la part de soldats de la Révolution : « En janvier [1794] (...) quatre hommes de la division du Cheyla envahissent l'Abbaye de Bon-Repos, dont le propriétaire, pour son bonheur, est absent, démolissent son mobilier et emportent sur plusieurs charettes un butin de toiles et de linge »[14].

Entre 1806 et 1835, la fabrique de Saint-Mayeux se sert de pierres de l'abbaye pour reconstruire l'église paroissiale, qui s'est écroulée ; le clocher de l'église abbatiale est remonté quasi à l'identique à Saint-Mayeux.

En 1832, l'abbaye héberge les forçats qui creusent le canal de Nantes à Brest, puis elle tombe pour de longues années à l'abandon[15]. Elle devient une carrière de pierre pour les habitants des environs.

L'abbaye est mise en vente en 1857[16] ; le comte Henri de Janzé[Note 10] acquiert les ruines de l'abbaye[5]. Elle passe par héritage aux familles du Pontavice et Le Cour Grandmaison.

L'abbaye au XXe siècle

modifier
L'abbaye de Bon-Repos en ruines (cartes postales du début du XXe siècle)

Hervé du Halgouët écrit en 1924 que « tout ce qui pouvait indiquer le caractère architectonique [architectural] de Bon-Repos aux XIIe siècle et XIIIe siècle a disparu, si ce n'est une partie d'un bas-côté de l'église, avec un pilier. L'édifice du XVIIIe siècle subsiste, encore imposant »[17].

En 1940 Auguste Dupouy témoigne que « la classique façade disparaît à demi sous le lierre, l'intérieur est devenu la proie des ronces et des arbres (...). Seuls les communs sont occupés »[18].

 
L'abbaye de Bon Repos lors du trail de Guerlédan (édition de 2018).

Alors que l'abbaye n'est plus qu'à l'état de ruines, l'association des Compagnons de l'abbaye de Bon-Repos[Note 11], fondée le 12 mars 1986, déblaie pendant trois ans le site, aidée par de nombreux locaux, chantiers de jeunes ou scouts. En 1989, l'étude de faisabilité réalisée par Charles Perrot, architecte en chef des Monuments historiques, permet de programmer un vaste chantier de restauration financé localement dans un premier temps par des dons, et par la suite, par le Fonds européen de développement économique et régional (FEDER) à hauteur de 75 %, l’État français, le Conseil Régional, le Conseil Général et les collectivités territoriales.Une étude de faisabilité, réalisée en 1989 Après trois années de nettoyage du site, auquel ont participé de nombreux locaux, chantiers de jeunes ou encore scouts, une étude de faisabilité est réalisée en 1989. Ce long travail de restauration (déblaiement de la terre et des gravats, débitage des arbres ayant envahi le cloître, démontage et remontage de murs à l'identique…) conduit à la rénovation totale de l'angle sud-est de l'abbaye. Cet élan est récompensé en 1988, par la remise du second prix des « Chefs-d’œuvre en péril », effectuée par le ministre de la Culture Jack Lang[19].

L'abbaye est le site de départ et d'arrivée du trail de Guerlédan organisé depuis 1999 par l'association Corlay Sport Nature[20].

L'abbaye au XXIe siècle

modifier
 
Ruines du pigeonnier et à l’arrière-plan, gradins accueillant les spectateurs lors des spectacles.

L'abbaye accueille en moyenne 10 000 visiteurs à 20 000 visiteurs par an[21],[22].

En 2016, elle est intégrée dans le réseau des cinq sites culturels départementaux, avec le domaine de la Roche-Jagu à Ploëzal, l’abbaye de Beauport à Paimpol, le château du Guildo à Créhen et le château de la Hunaudaye à Plédéliac[23].

En 2019, l'écrivain-reporter Yves Dewulf consacre son roman policier « La flèche de l’abbaye de Bon-Repos » à l'édifice religieux.

Spectacles

modifier

Depuis 1988, chaque été pendant deux semaines, le site est le théâtre d'un spectacle de son et lumière, proposé par l'association Racines d'Argoat et qui occupe une scène de deux hectares avec, en toile de fond, la façade de l'abbaye. 500 personnes, dont 100 techniciens et 400 figurants bénévoles se répartissant les 1400 rôles du spectacle, retracent l'histoire du Centre Bretagne, la légende du Barbe Bleu breton et celle de l'abbaye. Le spectacle ne débutant qu'à la tombée du jour, le village de Conomor installé à l'entrée du site propose des animations aux spectateurs. Pour ses trente ans, le spectacle fait peau neuve en 2017[24].

Gestion

modifier

Le rachat de l'abbaye et près de 40 hectares en 2014 par le conseil départemental des Côtes d’Armor, initie une nouvelle dynamique au sein de l’association des compagnons qui anime le site depuis 2001 à travers des visites (guidées, audioguidées, depuis 2014 avec des tablettes numériques en réalité augmentée qui permettent une immersion 3D de la structure de l'abbaye), des résidences d’artistes avec la population locale, des expositions, des ateliers pédagogiques à destination des scolaires[25].

Architecture

modifier

« Il subsiste des ruines de l’église du début du XIIIe siècle (mur sud du chœur et partie du croisillon sud où paraissent des transformations du XIXe siècle) et le gros œuvre du palais abbatial et du bâtiment monastique reconstruits sur les côtés ouest et sud du cloître par l’abbé de Saint-Geniès dans le premier tiers du XVIIIe siècle. Quelques dépendances sont en meilleur état (écuries du XVIIIe siècle et portail de la ferme du XIVe siècle). Des boiseries et de précieux objets mobiliers provenant de l’abbaye sont réemployés dans des églises voisines (Le Quillio, Lescouët-Gouarec) et le clocher de pierre, du XVIIIe siècle lui-même, a été remonté à Saint-Mayeux[26] ».

Les bâtiments s'organisent selon le plan traditionnel de toutes les abbayes cisterciennes, un quadrilatère irrégulier au centre duquel se trouve le cloître, et occupé au Nord par l'église qui, par ses dimensions (50 m de long pour 40 m de large), se rangeait parmi les grandes abbatiales bretonnes. Le logis-porche du XVe siècle hébergeait le moine portier qui filtrait les visiteurs. À l'Ouest, la cour d'honneur, limitée par un mur, était ornée en son centre d'une fontaine. Les bâtiments conventuels s'organisent autour du cloître en partie restauré et qui constitue le cœur de l'abbaye. Les galeries de circulation du cloître sont surmontées d'un corridor desservant les pièces de l'étage de tous les bâtiments, notamment du dortoir commun dont l'escalier des matines conduit directement à l'église. Le bâtiment Est « conserve dans ses murs de très nombreux remplois des bâtiments primitifs, particulièrement des fragments de remplages des fenêtres. C'est dans cette partie que la tradition orale localise les "oubliettes"[Note 12] ». Le logis abbatial « est à la mesure des ambitions d'un aristocrate mondain. Il présente une façade principale imposante inspirée de celle des châteaux de l'époque. Structurée par trois avant-corps couronnés de frontons, elle se développe au rythme des travées régulières sommées de lucarnes[Note 13]… Cette belle façade se caractérise par l'absence quasi totale de décor sculpté. À l'intérieur, un vestibule axial, d'où montait l'escalier suspendu, distribuait au Nord, la "salle de compagnie", lambrissée de hauteur, suivie de l'appartement des dames[Note 14] et au Sud la salle-à-manger et la cuisine où subsistent encore la cheminée[Note 15], le four et le passe-plats »[27].

Abbés de Notre-Dame de Bon-Repos

modifier

Entre sa fondation en 1184 et 1790, l'Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos a à sa tête 38 abbés dont 18 commendataires.

Abbés réguliers

modifier
  • 1. Lucas (décédé entre 1184 et 1195)
  • 2. Gauthier (décédé avant 1207)
  • 3. Guillaume Ier (1210)
  • 4. Richard (mort vers 1212/1213)
  • 5. Geoffroi (1221-1231)
  • 6. Valtus (1238)
  • 7. Guillaume II (1246)
  • 8. Riwallon Ier (1248-1288)
  • 9. Auffroi (1323-1330)
  • 10. Riwallon II (1330-1356)
  • 11. Henri Ier David (1356-1362)
  • 12. Guillaume III de Quemper (1362-1381)
  • 13. Yves Ier de Quemper (1392-1410)
  • 14. Yves II Malescot (1424-1443)
  • 15. Henri II le Barbu (cité 1451, résigne 1464)
  • 16. Alain de Penguily (31 mai 1465, résigne 1483)
  • 17. Henri III de Boisberthelot (1484, mort en 1502)
  • 18. Yves III Loret (1501)
  • 19. Guillaume IV Le Feuvre (1505-1507)
  • 20. Hervé de Lannion (1524, mort en 1534)

Abbés commendataires

modifier
  • 21. Renaud Bouchetel (1534-1536)
    • Guillaume de Cacé élu par les religieux, mais non nommé
  • 22. Guillaume V Lateranus de La Cosse (1537, mort en 1562)
    • Jean du Quellenec élu par les religieux, mais non nommé
  • 23. Jean Ier Rousselet (1563, mort 1579)
  • 24. François Ier Le Ny (1579, résigne en 1606)
  • 25. Antoine de Morri de La Vallière (1606)
  • 26. Guillaume VI de Peyrat (1609)
  • 27. Michel Ier Le Roy nommé ne prend pas possession.
  • 28. Claude Ier de Guillier (1620-1628)
  • 29. Claude II de Guillier (1625, mort en 1646)
  • 30. Michel II Mazarin (1646, mort en 1648)
  • 31. Olivier Ier Luzenac (1653)
  • 32. Olivier II Le Barbu (1656-1669)
  • 33. Henri-François Ier de Rougé du Plessis-Bellière (1669) (voir Famille de Rougé)
  • 34. Charles Nicolas de Rougé du Plessis-Bellière
  • 35. Philippe-Alexandre de Montault de Beynac de Navailles de Saint-Geniès (1685, mort en 1734)
  • 36. Jacques David du Menou (1734, mort le )
  • 37. François II Allaire (1761, mort en 1776)
  • 38. Jean II Alain Colin de La Biochaye (1776, dépouillé en 1790) émigre à Jersey où il meurt en 1796[Note 16].

Voir aussi

modifier

Bibliographie

modifier
  • Charles Floquet, Au cœur de l'Arcoat. La Bretagne intérieure : L'abbaye de Bon-Repos, France-Empire, (ISBN 978-2-7048-0034-6).
  • Charles Floquet et Gilles Gilles, Abbaye de Bon Repos, Naissance et Renaissance, Éditions des montagnes noires (ISBN 978-2-913953-20-8).
  • Patrick Huchet, L'Abbaye de Bon Repos, Éditions Ouest-France 2009 (ISBN 978-2-7373-4799-3)
  • François Moal, Bon repos : une Abbaye pour la paix, Éditions Keltia Graphic (1994) (ISBN 978-2-906992-26-9)
  • Gérard Danet, Châteaux et abbayes du Moyen Âge en Côtes d'Armor, Éditions Ouest-France (ISBN 978-2-7373-4756-6)
  • Marc Déceneux, La route des abbayes en Bretagne, Éditions Ouest-France (ISBN 978-2-7373-3222-7)
  • Biennale des Abbayes Bretonnes, Les Abbayes Bretonnes, Le Sarment Éditeur Fayard Paris (1983) (ISBN 978-2-213-01313-8) pages 417 à 427.
  • Marc Jeanlin, Bon-Repos, un site de confluence au cœur de la Bretagne, Centre généalogique et historique du Poher, 2015, 185 p.
  • Abbé Tresvaux, L'Église de Bretagne depuis les commencements jusqu'à nos jours Éditions Méquignon Junior (1839)

Articles connexes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

modifier

Notes et références

modifier
  1. L'acte de fondation porte cette date et la Chronique de Savigny souligne l'intervention comtale.
  2. Jean II du Pont-l'Abbé (1422-1478), aussi appelé Jean II de Rostrenen, en raison de son mariage avec Marguerite de Rostrenen.
  3. Dans l'église abbatiale de Bon-Repos sont enterrées treize générations de Rohan, de 1196 à 1596, ce qui vaut à cette nécropole de la maison Rohan d'être nommée le « Saint-Denis breton », à l'instar de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon.
  4. Les abbayes cisterciennes participent à cette époque à la définition de l'espace politique breton dont les seigneurs se sentent également responsables des âmes des hommes de leurs territoires[6].
  5. « Bien qu'il faille les ramener à de justes proportions, le défrichement et la mise en culture du site de Bon-Repos furent sans doute un des objectifs de la fondation pieuse[7] ».
  6. « L'attribution à l'abbaye de la juridiction fut le don le plus important, mais le plus pernicieux qui lui fut fait. Les moines associaient leur destin à celui de la féodalité: ils se conduisirent dès lors en seigneurs, intentant de nombreux procès à leur tenancier. Au début du XVe siècle, les mandements de Jean v font état d'une querelle qui dura huit ans entre les officiers de Rohan et les moines, au sujet de rachat des dîmes[7] ».
  7. Les seigneurs font appel au financement des monastères à une époque où leurs prérogatives ne leur permettent guère que la réquisition de travaux manuels, peu adaptés aux travaux spécialisés des ponts. Le pont médiéval remplace peut-être un pont gallo-romain, le site de l'abbaye étant situé à 1 km de la voie romaine de Carhaix à Rennes, à l'instar des abbayes cisterciennes bretonnes qui décident de s'implanter sur ou au voisinage immédiat des axes de pénétration dans la région[8].
  8. Dégradée au moment des guerres de Religion, l'abbatiale est « restaurée puis de nouveau embellie, vers 1730 notamment, par la construction d'une abside, et enrichie d'un important mobilier de très grande qualité : chœur lambrissé de boiseries de style rocaille (coquilles et ornements végétaux), autel surmonté d'une "crosse eucharistique", spécimen d'un type de mobilier rarissime qui jouait le rôle d'un ostensoir, aigle-lutrin en bois doré. La tour-porche remontée à Saint-Mayeux date également de cette période[12] ».
  9. Julien Le Bris, surnommé "Le Toileux", né le à Lanrivault en Saint-Connec, décédé le à Rostrenen.
  10. Henri de Janzé, comte, conseiller d'État, né le à Brest, décédé le à Paris.
  11. L'association « signe un bail emphytéotique de 99 ans avec Madame Le Cour Grandmaison, propriétaire de l’abbaye[19] ».
  12. Il s'agit en fait de la fosse située sous les latrines des appartements.
  13. Le perron de huit marches qui donnait accès à la porte du palais abbatial, a été restauré.
  14. Appartement privé destiné aux invités féminines.
  15. La pierre usée et lisse sur le jambage gauche de la cheminée servait aux cuisiniers pour affûter leurs couteaux.
  16. Il était auparavant abbé de l'Abbaye Notre-Dame du Tronchet sous le nom de Jean-Hyacinthe Collin de la Biochaye, fils de François Collin, Sg de la Biochaye, Président au Parlement de Bretagne. Il fut Chanoine et archidiacre de Dol et Portion et également Chantre et Vicaire général de Dol, chanoine de Saint-Malo. Il résigna le Tronchet en 1776

Références

modifier
  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, , 491 p. (lire en ligne), p. 164 & 165.
  2. a et b Notice no PA00089615, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. « Bonrepos », sur cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le ).
  4. Bernard Péan, « Les origines de l’abbaye Notre-Dame de Bon-Repos (1184-1235) », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, t. LXXXVI,‎ , p. 18-35.
  5. a b c et d Floquet 1982, p. 71-99.
  6. André Dufief, Les cisterciens en Bretagne. XIIe – XIIIe siècles, Presses universitaires de Rennes, , 264 p.
  7. a et b Geneviève Le Louarn, L'Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos en Saint-Gelven, Les Presses Bretonnes, , p. 2
  8. André Dufief, Les cisterciens en Bretagne. XIIe – XIIIe siècles, Presses universitaires de Rennes, , p. 105-107
  9. Kader Benferhat, Sandra Aubert, Le canal de Nantes à Brest, Ouest-France, , p. 95.
  10. Geneviève Le Louarn, L'Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos en Saint-Gelven, Les Presses Bretonnes, , p. 12
  11. « Abbaye de Bon-Repos. L'histoire », sur Abbaye de Bon-Repos (consulté le ).
  12. Geneviève Le Louarn, L'Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos en Saint-Gelven, Les Presses Bretonnes, , p. 22.
  13. Geneviève Le Louarn, L'Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos en Saint-Gelven, Les Presses Bretonnes, , p. 18
  14. Hervé Pommeret, L'esprit public dans le département des Côtes-du-Nord pendant la Révolution (1789-1799) : essai d'histoire politique d'un département breton, Saint-Brieuc, Impr. libr. René Prud'homme, (lire en ligne), page 341.
  15. François Marie Cayot-Délandre, secrétaire de la "Société polymathique du département du Morbihan", « Le Morbihan, son histoire et ses monuments », 1847.
  16. « Propriété de Bon-Repos », Journal Le Constitutionnel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Contribution à l'étude du régime seigneurial dans l'ancienne France. II. Le Duché de Rohan et ses seigneurs accompagné d'une carte et de notices sur les principales seigneuries du fief, Saint-Brieuc, René Prud'homme, Paris, Édouard Champion, éditeur, 1925, 308 p.
  18. Auguste Dupouy, La Basse-Bretagne, éditions B.Arthaud, Grenoble 1940.
  19. a et b « L'association des Compagnons de l'abbaye de Bon-Repos », sur bon-repos.com (consulté le ).
  20. « Trail de Guerlédan : les bénévoles sont déjà au travail »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur letelegramme.fr, .
  21. Nils Hedouin, « Bon-Repos : faire du secteur un moteur touristique », sur ouest-france.fr, .
  22. « L'abbaye de Bon-Repos », Brochure Pays d'art et d'histoire - Pays des Rohan,‎ , p. 88.
  23. « L'abbaye de Bon-Repos », Brochure Pays d'art et d'histoire - Pays des Rohan,‎ , p. 87.
  24. Manon Thepault, « La fresque historique de Bon-Repos a 30 ans », sur ouest-france.fr, .
  25. « Abbaye de Bon-Repos : une histoire prestigieuse de près de huit siècles », Ici et Là, no 15,‎ (lire en ligne).
  26. « Saint-Gelven, Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos », sur sauvegardeartfrancais.fr (consulté le ).
  27. Geneviève Le Louarn, L'Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos en Saint-Gelven, Les Presses Bretonnes, , p. 24.