Ouvrir le menu principal
Entrée monumentale de l'ancien marché aux chevaux adjacent aux abattoirs de Vaugirard, au nord-est de leur site, à l'angle des rues des Morillons et Brancion.

Les abattoirs de Vaugirard sont d'anciens abattoirs, à la fois bovins, ovins et chevalins, dans le quartier Saint-Lambert du 15e arrondissement de Paris. D'une superficie de 72 000 m², ils sont ouverts entre 1896 et 1904 [1]. Ils cessent leur activité entre 1976 et 1978 et sont pratiquement entièrement démolis entre 1978 et 1985. Seuls trois bâtiments, les portes monumentales et quelques statues, dont deux taureaux, sont conservés. À l'emplacement de ces abattoirs est créé le parc Georges-Brassens, ouvert au public en 1985.

Sommaire

HistoireModifier

Les abattoirs de Vaugirard sont construits sur le terrain des anciens vignobles de Périchot. La construction est dirigée par Ernest Moreau et dure de 1894 à 1897.

En 1949, Georges Franju réalise un documentaire sur l'abattage des animaux, Le Sang des bêtes, tourné aux abattoirs de la Villette et de Vaugirard.

À partir de 1976, les abattoirs cessent leur activité avant de se fermer définitivement en 1978. Le parc Georges-Brassens occupe actuellement l'emplacement des abattoirs. Installé sur l'ancien site des abattoirs dès 1979, sous un chapiteau, le Nouveau Carré Silvia-Monfort, « centre d’animation culturelle de Paris », met en chantier en mai 1989 un théâtre « en dur » conçu par l’architecte Claude Parent lové dans l’ancienne rampe d’accès des abattoirs. Le nouveau bâtiment porte le nom de théâtre Silvia-Monfort, après la mort de Silvia Monfort au printemps 1991, puis en 2009 il est renommé : Le Monfort.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

DescriptionModifier

Ils étaient desservis ferroviairement par la gare des abattoirs de Vaugirard, placée sur la ligne de Petite Ceinture.

Les éléments des abattoirs de Vaugirard qui subsistent aujourd'hui :

Notes et référencesModifier

  1. Selon les sources, plusieurs dates sont données. Ainsi, 1896 in Baldin Damien, « De l'horreur du sang à l'insoutenable souffrance animale. Élaboration sociale des régimes de sensibilité à la mise à mort des animaux (19e-20e siècles)», Vingtième Siècle. Revue d'histoire 3/2014 (N° 123) , p. 52-68. DOI : 10.3917/vin.123.0052 ; mais 1898 pour les abattoirs généraux sur Paris-unplugged.fr. La date de 1904 n'est pas sourcée à ce jour sur Wikipédia.
  2. Brigitte Hermann, Sophie-Marguerite, Paris 15e, balades et bonnes adresses, Paris, Christine Bonneton éditeur, , 224 p. (ISBN 9782862534923), p. 40—41

Voir aussiModifier