Ouvrir le menu principal

Abattoir 5 (film)

film sorti en 1972
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abattoir 5.
Abattoir 5
Titre original Slaughterhouse-Five
Réalisation George Roy Hill
Scénario Stephen Geller
Sociétés de production Universal Pictures
Vanadas Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 104 minutes
Sortie 1972

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Abattoir 5 (Slaughterhouse-Five) est un film américain réalisé par George Roy Hill et sorti en 1972. C'est l'adaptation cinématographique du roman Abattoir 5 ou la Croisade des enfants (Slaughterhouse Five or the Children's Crusade) de Kurt Vonnegut publié en 1969.

SynopsisModifier

Billy Pilgrim, ancien soldat américain survivant des bombardements de Dresde en 1945, se réfugie dans ses souvenirs, car il a le don de voyager dans le temps...

Fiche techniqueModifier

  États-Unis :
  France :

DistributionModifier

ProductionModifier

DéveloppementModifier

Le scénario du film est tiré du roman Abattoir 5 ou la Croisade des enfants (Slaughterhouse Five or the Children's Crusade) de Kurt Vonnegut publié en 1969. Kurt Vonnegut s'est notamment inspiré de sa propre expérience durant la Seconde Guerre mondiale. Après avoir participé à la Bataille des Ardennes, il a été fait prisonnier par les Allemands[2].

DistributionModifier

Dirk Benedict a passé une audition pour le rôle de Robert Pilgrim. C'est finalement Perry King qui l'obtiendra[2].

TournageModifier

Le tournage a eu lieu à Prague, en Tchécoslovaquie, notamment aux Studios Barrandov, ainsi que dans le Minnesota[3].

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

MusiqueModifier

La bande originale est composée par Glenn Gould. Pendant dix semaines, il se met à la disposition du studio Universal sous l’égide du réalisateur George Roy Hill pour la partie musicale du film. La version finale du film comporte moins de quinze minutes de musique de Bach, la plus grande partie simplement repiquée des enregistrements de Gould pour Columbia et montée au besoin. Le mouvement lent du Concerto pour clavier en fa mineur de Bach devient le thème.

Deux Variations Goldberg : la 25e Variation en sol mineur, souligne l’envoûtement des images de Dresde. Le finale du concerto pour clavier en ré majeur, avec Gould au piano accompagne la scène de la gare, le concerto brandebourgeois no : 4 en sol majeur sert de fond sonore à la marche et pour faire le pont entre les deux œuvres, Gould compose une ingénieuse cadence au clavecin. La cadence débute au moment où les soldats sortent de la gare sous l’écriteau « Dresden » et, plusieurs fois dans le film, Gould utilise le clavecin comme métaphore musicale de la ville historique. Il enregistre cette séquence sous la supervision d’Andrew Kazdin, à New-York, et dirige à partir du clavecin des musiciens du New York Philharmonic.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier