Abattage des poussins et des canetons

Processus de tuée des poussins neuveau née pour lesquels l'industrie n'a aucune utilité

L'abattage des poussins et des canetons est le processus de mise à mort des nouveau-nés des volailles domestiques (poules et canards, principalement) lorsqu'ils ne présentent pas d'intérêt dans les processus d'exploitation des oiseaux. Ce processus est présent dans l'exploitation des volailles pondeuses, en particulier dans les élevages multiplicateurs qui fournissent en jeunes femelles les exploitations produisant des œufs, ainsi que dans les exploitations de palmipèdes pour la production de foie gras. Il est utilisé dans tous les systèmes d'élevage, qu'ils soient en bâtiment (en cage et au sol) ou en plein air.

Poussins mâles sur une bande transporteuse de broyeur.

En exploitation de pondeuses, les poussins mâles sont considérés comme inutiles d'une part parce qu'ils ne pondent pas d'œufs, et d'autre part parce que seuls les reproducteurs des élevages de sélection et des élevages de multiplication sont nécessaires pour fertiliser les œufs. Les poussins mâles produits par les élevages de multiplication sont donc généralement abattus peu après leur éclosion et leur sexage. La plupart des méthodes d'abattage se font sans anesthésie ou étourdissement. Elles incluent la dislocation cervicale, l'asphyxie par le dioxyde de carbone et le broyage mécanique.

HistoriqueModifier

 
Poussins élevés au début des années 1900.

Avant le développement de l'élevage intensif, dans lequel les productions de poulets de chair et de poules pondeuses sont menées dans des filières séparées, la plupart des mâles de poule domestique (les coqs et coquelets) étaient élevés, menaient leur vie de reproducteur puis étaient engraissés et abattus pour l'alimentation, tandis que les femelles étaient utilisées pour la production d'œufs. Ce procédé d'élevage, fermier, perdure mais n'a pas vocation à contenter l'immense demande en filets, cuisses et œufs actuelle.

En conséquence, dans la filière industrialisée de production d’œufs, les poussins mâles sont abattus dès que possible après l'éclosion et le sexage, afin qu'ils n'induisent pas de charges pour l'éleveur (nourriture, logement...). Des techniques spéciales de sexage ont été développées pour déterminer avec précision le sexe des poussins le plus tôt possible. En Inde, par exemple, cet abattage concerne plus de 180 millions de poussins mâles par an[1].

Les canetons sont également abattus dans la production de foie gras. Après l'éclosion, les canetons sont sexés. Les mâles prenant plus de poids que les femelles, celles-ci sont abattues, parfois dans un broyeur industriel. Jusqu'à 40 millions de jeunes femelles canards peuvent être abattues de cette manière chaque année. Les femelles juvéniles qui ne sont pas abattues sont utilisées dans la nourriture pour carnivores domestiques, les engrais et l'industrie pharmaceutique[2].

MéthodesModifier

 
Statut juridique actuel de l'abattage des poussins dans l'industrie de la volaille dans le monde[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17].
  • Interdiction de tout abattage des poussins (France et Allemagne à partir du 1er janvier 2022)
  • Broyage de poussins interdit, gazage de poussins légal (Suisse)
  • Interdiction prévue de tout abattage des poussins d'ici 2022 (Espagne)
  • Interdiction prévue du broyage des poussins (aucun)
  • Broyage de poussins légal, aucune interdiction prévue
  • Pas de données
  • Plusieurs méthodes sont utilisées pour l'abattage des poussins[18] :

    • Broyage : les poussins sont placés dans un grand broyeur haut-débit[18],
    • Dislocation cervicale : le cou est brisé,
    • Électrocution : un courant électrique passe à travers le corps du poussin,
    • Asphyxie : les poussins sont placés dans des sacs en plastique,
    • Gazage : le dioxyde de carbone est utilisé pour induire la perte de conscience et la mort[18].

    Méthodes recommandées aux États-UnisModifier

    L'American Veterinary Medical Association recommande en 2013 les méthodes de dislocation cervicale, de broyage et d'asphyxie par le dioxyde de carbone comme étant les meilleures options[19]. Le conseil exécutif 2005-2006 de cette association a proposé un changement de politique, qui a été recommandée par le comité sur le bien-être des animaux. Elle stipule que « les poussins, dindonneaux, et œufs piqués (pour lesquels le poussins n'a pas réussi à sortir de l'œuf au cours de l'éclosion) indésirables doivent être tués par une méthode humaine acceptable, comme l'utilisation d'un broyeur entraînant une mort instantanée. Étouffer les poussins indésirables dans des sacs ou des conteneurs n'est pas acceptable. Ceux-ci doivent être tués avant leur élimination »[20].

    Méthodes autorisées dans l'Union européenneModifier

    Les procédés autorisés de mise à mort des poussins ont été harmonisés au niveau européen. La règlementation initiée en 1976 a évolué en 1993, première directive à prendre en compte spécifiquement les poussins[21], puis en 2009 avec une application prévue à partir du 1er janvier 2013[22] :

    • l'utilisation d'un dispositif mécanique entraînant une mort rapide (essentiellement le broyage) ;
    • l'exposition au dioxyde de carbone.

    AllemagneModifier

    L'abattage par broyage devrait être interdit en Allemagne dès 2022[23].

    BelgiqueModifier

    Le gouvernement wallon, via la ministre chargée du Bien-être animal Céline Tellier, décide d'interdire la pratique du broyage des poussins de volailles en région wallonne en mars 2021. Cette pratique n'étant pas d'usage dans les exploitations de cette région du pays, il s'agirait d'une volonté de s'aligner sur les engagements de l'Allemagne et de la France[24],[23].

    FranceModifier

    En élevage de canards à foie gras, les canetons femelles sont abattus, car leur foie serait moins bien conformé et moins lourd[25]. Ainsi, seuls les canards mâles sont utilisés dans l'indication géographique protégée (IGP) « Canard à foie gras du Sud-Ouest (Chalosse, Gascogne, Gers, Landes, Périgord, Quercy) »[26].

    Le gouvernement français prévoit la fin de l'abattage des poussins pour le 1er janvier 2022. Les couvoirs en activité devront s'équiper de machines permettant le sexage in ovo[27].

    SuisseModifier

    Le broyage des poussins a été interdit dès le , le mode d’abattage au moyen du dioxyde de carbone y reste autorisé[27].

    Devenir des carcassesModifier

    ControverseModifier

    Les défenseurs des droits des animaux et du bien-être animal soutiennent que les pratiques d'abattage des poussins en vigueur ne sont pas éthiques[28],[29].

    Le Land allemand de Rhénanie-du-Nord – Westphalie a essayé en 2013 de faire voter une loi interdisant la pratique du broyage, mais deux élevages avaient opposé un recours. En 2019, la Cour administrative fédérale a donné satisfaction à ces derniers : le broyage reste autorisé pour une durée indéterminée. Les juges ont aussi décidé que cette autorisation devait faire office de « période transitoire »[30] « jusqu’à l’apparition, dans un délai a priori rapproché, de méthodes pour déterminer le sexe dans l’œuf »[31].

    AlternativesModifier

    Pour les antispécistes, une alimentation végétalienne est la solution la plus éthique car permettant de se passer de l'exploitation des oiseaux, la question de l'abattage des poussins et des canetons ne se pose alors pas. Cependant, dans une approche welfariste visant à réduire une mortalité et des souffrances évitables, certains militent pour que la détermination du sexe des poussins soit obligatoire avant l'éclosion.

    De nombreux travaux de recherche appuyés par des fonds publics se sont développés depuis plusieurs années pour mettre en place une telle solution[32].

    Deux méthodes ont vu le jour récemment permettant de détecter le sexe de l’embryon dans l'œuf, technique dite de sexage in ovo, évitant ainsi d'avoir à tuer des poussins mâles, avec chacune des avantages et des inconvénients[33] :

    • L’université de Leipzig a développé une technique basée sur la projection d’un rayon de lumière à l’intérieur de l’œuf, permettant de détecter la différence entre l’ADN mâle et femelle. Dès novembre 2018, l'entreprise Seleggt qui exploite le brevet, a annoncé la commercialisation de cette technologie[34],[35].
    • L’autre méthode, développée aux Pays-Bas et en France, se base sur la détection de substances indicatrices du sexe (à priori non invasif)[réf. nécessaire].

    La différenciation sexuelle de l'embryon de poule commence au cinquième jour après la ponte, l'incubation durant vingt-et-un jours au total. En 2021, les deux principales technologies développées en Allemagne permettent un sexage in ovo de l'embryon de poule au treizième jour (par analyse de la couleur des plumes) ou dès le neuvième jour (par prélèvement et analyse hormonale de liquide allantoïque, technique jugée plus invasive)[36].

    Notes et référencesModifier

    1. (en) « Unilever working to end the culling of male chicks », sur business-standard.com, (consulté le )
    2. (en) « Shocking video shows hundreds of live ducklings 'thrown into mincer' on cruel 'foie gras farm' », sur mirror.co.uk,
    3. Marie Vuilleumier, « Switzerland bans shredding of male chicks », sur Swissinfo, (consulté le )
    4. « Le « broyage des poussins » devrait être interdit en France à la fin de 2021 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
    5. AFP, « Germany, France to push EU to end shredding of male chicks », France 24,‎ (lire en ligne, consulté le )
    6. AFP, « La France veut interdire la castration à vif des porcelets et le broyage des poussins à la fin de 2021 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
    7. Caroline Quevrain, « Quatre questions sur la fin annoncée du broyage des poussins mâles », La Chaîne Info,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

      « Si le ministre n'a évoqué que le broyage, l'asphyxie au dioxyde de carbone doit également être interdite, a fait savoir son entourage à l'AFP. »

    8. (es) Aurora Cancela Pérez, « El sacrificio de pollitos macho en España podría terminar en 2021 según el Ministerio de Agricultura », Crónica Norte,‎ (lire en ligne, consulté le )
    9. Michael Brice-Saddler, « France says its poultry industry will stop shredding male chicks alive by 2022 », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
    10. Louise Gray, « 40 million chicks on 'conveyor belt to death' », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
    11. « Shredding day-old chicks: how Australia’s egg industry works », ABC Online,‎ (lire en ligne, consulté le )
    12. Anne Beston, « Chick-shredding ordeal shocks unprepared staff », The New Zealand Herald,‎ (lire en ligne, consulté le )
    13. Catherine Harris, « Poultry industry hails potential to avoid male chick cull », Stuff (website), Stuff Ltd,‎ (lire en ligne, consulté le )
    14. Melanie Epp, « Hypereye: A game changer », Canadian Poultry Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
    15. « Germany bans male chick culling from 2022 », sur Deutsche Welle, (consulté le )
    16. Reuters, « France bans crushing and gassing of male chicks from 2022 », Euronews,‎ (lire en ligne, consulté le )
    17. Julia Dahm & Magdalena Pistorius, « Germany, France call on EU countries to also ban culling of male chicks », Euractiv,‎ (lire en ligne, consulté le )
    18. a b et c (en) « Hatched, discarded, gassed: What happens to male chicks in the UK », sur independent.co.uk,
    19. (en) « AVMA Guidelines for the Euthanasia of Animals: 2013 Edition », sur avma.org,
    20. (en) « Executive Board meets pressing needs - Process for updating euthanasia report, disaster coordinator position approved », sur avma.org,
    21. CUE, « Directive 93/119/CE du Conseil, du 22 décembre 1993, sur la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise à mort », JO CE, no JO L 303,‎ , p. 1-30 (lire en ligne) (Consulté le 13/11/2019).
    22. CUE, « Règlement (CE) n o 1099/2009 du Conseil du 24 septembre 2009 sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort (Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE) dans sa version consolidée du 18 mai 2018 », JO CE, no JO L 303,‎ , p. 1-30 (lire en ligne) (Consulté le 13/11/2019).
    23. a et b La Libre.be, « La Wallonie s'apprête à interdire le broyage des poussins », sur LaLibre.be, (consulté le )
    24. « Interdiction du broyage des poussins | Céline Tellier - Ministre wallonne de l'Environnement, de la Nature, de la Forêt, de la Ruralité et du Bien-être animal », sur tellier.wallonie.be (consulté le )
    25. « Comment manger du foie gras sans trop se sentir coupable ? », sur francetvinfo.fr,
    26. « Cahier des charges - Indication Géographique Protégée - Canard à foie gras du Sud-Ouest (Chalosse, Gascogne, Gers, Landes, Périgord, Quercy) », sur inao.gouv.fr,
    27. a et b « La France annonce la fin du broyage et gazage des poussins mâles au 1er janvier 2022 », sur Konbini News - Société et Politique : Make News Great Again (consulté le )
    28. (en) « DA asks for more information in chicken chipping case », sur upc-online.org,
    29. L214, « Broyage des poussins : 36 parlementaires interpellent le ministre Le Foll », sur l214.com, (consulté le ). En 2015, l'association L214 a lancé une pétition “Stop au Broyage des poussins”, qui a récolté 120 000 signataires et conduit à un rendez-vous en septembre 2015 avec le Ministre de l'Agriculture.
    30. Anton Kunin, « Allemagne : la justice refuse d'interdire le broyage de poussins mâles », ConsoGlobe,‎ (lire en ligne).
    31. Le Monde avec AFP, « La Cour administrative fédérale allemande valide l’élimination industrielle des poussins mâles », sur lemonde.fr, (consulté le ).
    32. Ines Cussac, « Par quoi remplacer le broyage des poussins? », Le Figaro,‎ (lire en ligne). (Consulté le 13/11/2019)
    33. « Le sexage dans l'œuf pour éviter la naissance de poussins mâles », sur ovocom.fr, (consulté le ).
    34. Mathilde Golla, « Une première technique pour éviter de broyer des poussins arrive en France », Le Figaro. Economie,‎ (lire en ligne). En France, l'entreprise Poulehouse met en œuvre cette technique
    35. Delphine Nerbollier, « Vers la fin de l’abattage systématique des poussins mâles? », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le ). Cet article pose la question de l'efficacité de la méthode et de la période de transition pour les éleveurs avant de modifier les lois.
    36. (en) AFP, « Déterminer le sexe d'un futur poussin: une "révolution" dans l'oeuf », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).

    Voir aussiModifier

    Articles connexesModifier

    Liens externesModifier