Ouvrir le menu principal

AVIC TA-600[1]
Le prototype de l’AG600 en octobre 2016.
Le prototype de l’AG600 en octobre 2016.

Rôle Hydravion de transport/Recherche et sauvetage
Constructeur Drapeau : République populaire de Chine China Aviation Industry Corporation
Premier vol [2].
Dérivé de Harbin SH-5
Dimensions
Longueur 36,9[3] m
Envergure 38,8[3] m
Hauteur 12,1[3] m
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 32 t
Max. au décollage 53,5 t
Passagers 50
Motorisation
Moteurs 4 turbopropulseurs WJ-6[3]
Puissance unitaire 3 805 kW
(5 103 ch)
Performances
Vitesse maximale 570 ou 500[3] km/h
Autonomie 5 500 ou 4 500[3] km
Plafond 10 500 m

L'AVIC TA-600 ou AG600[3] surnommé Kunlung[4] est un hydravion produit par la société publique AVIC.

Sommaire

HistoriqueModifier

L'appareil, le plus grand hydravion hors l'Hughes H-4 Hercules qui n'est pas entré en service, a été présenté pour la première fois au public le à Zhuhai.

En décembre 2017, il est commandé à 17 exemplaires par la Corporation chinoise de l’industrie de l’aviation (CCIA)[4].

L'avion a effectué son premier vol le 24 décembre 2017 au départ de l'aéroport de la ville de Zhuhai, située dans la province de Guandong, au sud de la Chine. Il a réalisé un vol de 64 minutes à une altitude de 3 000 mètres. Lors de cette première, l'appareil était accompagné par un autre avion avec des techniciens à son bord.

CaractéristiquesModifier

L’AG600, appelé officiellement « Grand avion amphibie bombardier d’eau et de sauvetage maritime », doit pouvoir stocker 12 tonnes d’eau en 20 secondes et les larguer sur une surface de 4 000 mètres carrés en une fois. Utilisé dans le cadre des missions de sauvetage en mer, l’avion peut transporter jusqu’a 50 passagers[5]. Son autonomie est estimé à 12 heures[4]. Sa taille le rapproche du Boeing 737.

UtilisationModifier

Il doit effectuer principalement officiellement des missions de sauvetages en mer, de lutte contre les incendies de forêt, de surveillance de l'environnement et d'exploitation des ressources maritimes[6].

L’AG600 pourrait être utilisé par la Chine dans le cadre de ses projets dans les secteurs maritimes disputés de la mer de Chine méridionale, revendiquée en quasi-totalité par Pékin.

Notes et référencesModifier