Ouvrir le menu principal

AMG 800

élément automoteur Diesel à voie métrique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AMG.
AMG 800 / AMP 800 / AMT 800
Description de cette image, également commentée ci-après
Un autorail AMG 800 en gare d'Ajaccio terminus de la ligne, prêt au départ pour Bastia.
Identification
Exploitant(s) Chemins de fer de la Corse
Composition 2 éléments
Couplage UM 3 (non validée)
Commande 12 engins
Construction 12 autorails de deux éléments en service été 2013
Constructeur(s) CFD Bagnères - ex Soulé
Mise en service à partir de 2009
Affectation TER ligne Bastia-Ajaccio et Bastia-Calvi
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux B'2'+2'B'
Écartement métrique
Carburant gazole
Moteur thermique 2 moteurs Deutz AG V 8 - diesel, (1192 ch) un par élément placés en arrière des bogies moteurs Avant, sous les 2 planchers surélevés de chaque élément
Transmission Hydraulique Voith 2 variateurs de vitesse automatique 1 par moteur
Puissance continue 2 x 440 = 880 kW
Masse en service 68,9 t
Longueur HT 40,000 m
Largeur 2,733 m
Hauteur 3,850 m
Bogies Pendulaire, avec patins de freins électromagnétiques
Portes coulissantes centrales
Intercirculation non possible entre deux rames
Capacité 105 p.
Places assises 88 pl.
+ 16 strapontins
Climatisation oui
Vitesse maximale 100 km/h et en rampe de 30 ‰, 83 km/h

L'AMG 800 (AMG pour Autorail Métrique Grand confort), et 800 pour la puissance développée, est un autorail français de deux éléments conçus et adapté spécialement pour circuler en Corse sur voie métrique, dont la première unité est mise en service en 2009 pour équiper les Chemins de fer de la Corse (CFC). Ils remplacent depuis leur remise à niveau, à partir de novembre 2011 pour les 4 premiers exemplaires, les anciens autorails X 97050 sur la ligne Bastia - Ajaccio. On peut en voir aussi sur la ligne de Ponte-Leccia à Calvi pour la desserte Bastia- Calvi. Deux versions dérivées ont été produites, l'AMP 800 pour circuler sur les Chemins de fer de Provence, entre Nice et Digne-les-Bains et l'AMT 800 exploitée par la Société nationale des chemins de fer tunisiens.

Sommaire

Livraison et essaisModifier

 
Aménagements intérieur moderne et spacieux d'un AMG 800.

La première rame prototype livrée sur grande remorque routière en deux éléments séparés a été débarquée au port d'Ajaccio le 23 juin 2007 d'un cargo venant de Marseille. Amenée par deux convois routiers exceptionnels depuis Bagnères-de-Bigorre, grutée et déposée sur une voie à proximité de la gare d'Ajaccio pour que les deux parties de l'engin soient assemblées pour former une rame. Les premiers essais étalés sur six mois ont débuté sur la portion de ligne Ajaccio - Vizzavona en aller et retour sans gêner toutefois le service commercial assuré depuis 1989 par des rames X 97050 parcourant toute la ligne de bout en bout et desservant les gares au-delà de Vizzavona vers Corte et Bastia. Des problèmes techniques de fonctionnement apparaissent lors de ces essais. La Collectivité territoriale décide, à la suite de ces dysfonctionnements importants, de mettre à l'arrêt les premiers exemplaires livrés, en attendant une expertise technique. La deuxième période d'essais débute en 2009, étalée sur quinze mois avec des parcours de 400 km et des pointes de vitesse à 100 km/h sur des lignes droites en montant vers Vizzavona depuis Ajaccio. La dernière période est consacrée à des essais d'endurance sur dix mille kilomètres en conditions normales d'exploitation commerciale avec en même temps la formation du personnel de conduite à bord, les contrôles et la maintenance des rames aux ateliers de Cazamozza.

DescriptionModifier

 
Le poste de conduite d'un AMG 800 à l'approche de la carrière de Caporalino, commune d'Omessa.

L'AMG 800, dont les bogies sont étudiés et adaptés spécialement pour la Corse est un autorail moderne de dernière génération. L'engin assure un contrôle permanent du fonctionnement des moteurs dit "Redondance" (contrôles des performances) pour réduire le risque de panne et respecter l'horaire, avec une capacité d'accélération importante grâce à sa puissance de 0 à 100 km/h en 68 secondes. Il est équipé de bogies pendulaires pour les voies corses, qui sont très sinueuses. Il est muni d'une centrale de climatisation par élément et est équipé de 105 sièges confortables, certains munis de tablettes, de la société Compin, qui sont installés dans les deux sens de marche, moitié / moitié par longueur de salle panoramique et équipés de prises 220 V sur chaque tablette, la luminosité intérieure est excellente grâce à de hautes et larges baies latérales vitrées et galbées donnant une vision panoramique, deux cabinets de toilettes chimiques accessibles également pour handicapés équipent l'engin (un par éléments), deux salles panoramiques surélevées situées dans chaque élément au-dessus des bogies moteur Avant et Porteur arrière permettent d'admirer le paysage, des panneaux d'annonces vocales et visuelles à messages variables défilants, renseignent à chaque approche d'arrêt et rappels en stationnement en gare. Deux emplacements pour personne en fauteuils roulants, espaces bagages et portes-vélos sont prévus dans chaque élément. Le confort et la puissance sont très supérieurs aux autorails des anciennes séries.

Problèmes de conception et de montageModifier

 
Rame AMG 800 sur l'une deux boucles pour descendre ou monter entre la gare de Vivario et le viaduc Eiffel sur le Vecchio.

L'AMG 800 étant un prototype pour voie métrique, sans pré-séries sur ces autorails réalisés pratiquement sur mesure pour l'adaptation au réseau corse, une mise au point inachevée faute d'essais suffisants à cause d'une série de fabrication réduite, (26 unités) avec comme suit - Chemin de Fer de la Corse - 12 ex, - Chemin de Fer de Provence - 4 ex, - Société Nationale des Chemins de Fer Tunisien - 10 ex[1]. Des problèmes techniques de fonctionnement lors des essais sont apparus dès les premiers mois de leur exploitation en Corse sur ligne de montagne sinueuse et rayon de courbure faible.
Toutes les unités déjà livrées, soit 7 autorails furent immobilisées au dépôt de Bastia de Février 2010 jusqu'à la fin de l'été, pour expertises techniques par des ingénieurs venus spécialement en Corse, du Centre d'ingénierie du matériel de la SNCF du Mans, à la suite de défauts constatés après leur mise en exploitation. D'après la revue La Vie du rail magazine[2], ils seraient « victimes d'un effet prototype ».

L'AMG 800 présentait des problèmes de conception, d'après le rapport SNCF du Centre d'Ingénierie du Matériel daté du 8/9/2010, affectant d'abord le système de freinage, avec un mauvais positionnement du bloc des semelles de freins : Lot n°1 : usure anormale des blocs et semelles de freins, Lot n°2 : bandes de roulement des roues dégradées, Lot n°3 : réglages de butées de suspensions, ainsi que diverses anomalies, dont des fuites d'huile aux deux moteurs, de gazole sur le circuit d'alimentation à cause de liaisons flexibles entre bogies et caisse mal étudiées, Lot n°4 : consommation d'huile moteur importante se retrouvant dans les collecteurs d'échappement, Lot n°5 : arbres et cardans de transmission fonctionnant avec un angle de travail trop important en configuration normale et en courbe qui abrège leur durée de vie, également des problèmes d'ouvertures et de fermetures des portes à l'arrêt en devers de voie dans certaines gares de montagne, Lot n°6 : accès aux 2 moteurs pour entretien et contrôles journaliers, nettoyages de printemps et d'automne, et enfin différences de températures avec le chauffage et la climatisation entre les deux plateformes[2], tout ceci rendant les rames hors service et inutilisable pendant l'été 2010, et obligeant les chemins de fer corses à remettre en service d'anciens autorails X 97050 pour assurer les liaisons ferroviaires[1],[3]. Des travaux de reprises pour modifications et de remise à niveau demandées par l'expertise, ont été acceptés et engagés depuis le , à ses frais, par le constructeur CFD Bagnères à Bagnères-de-Bigorre, et l'assistant à la maîtrise d'oeuvre.

Une base provisoire de travaux fut installée à cette occasion sur le terre plein de l'Amirauté à Ajaccio, pour permettre les modifications techniques et la fiabilisation des AMG 800, par des ouvriers et techniciens déplacés des CFD Bagnères.

Le 27 Novembre 2011, tôt le matin, la première rame fiabilisée s'élance depuis la gare de Bastia en service commercial avec à son bord, des représentants de l'état, de la SNCF et de la caisse des dépôts, ainsi que les premiers voyageurs, pour cette remise en ligne après plus de 8 mois de travaux.

Depuis le , quatre autorails AMG 800 circulent à nouveau normalement en Corse[4]. Par la suite, huit autorails circulent à nouveau depuis l'été 2012. Durant l'été 2013, les douze engins circulent normalement. La Collectivité territoriale corse a financé l'achat des douze rames pour un total de 48 millions d'euros, compris fournitures de pièces détachées, documentation technique, et frais d'essais.....

Fin 2016, la CTC a lancée un appel d'offres pour la rénovation et la modification de deux remorques Soulé XR 9700 des anciens autorails X 97050, afin de les rendre aptes à êtres remorquées par des AMG 800 et de les affecter au transport de colis de messageries, de vélos et bagages. Ces deux remorques, les 9704 et 9706, inutilisées depuis des années et garées au dépôt de la Gare de Bastia, adopteront la livrée et le nez des AMG 800.

Il était prévu quelles partent en rénovation chez CFD Bagnères (ex Soulé) courant avril 2017 pour revenir fin octobre et être mises en service courant novembre…

VariantesModifier

De l' AMG 800 sont dérivés :

  • L'AMP 800 (AMP pour Autorail Métrique Provence) construit pour les chemins de fer de Provence pour la Ligne Nice - Digne qui en ont reçu 4 exemplaires équipés d'une évolution du moteur V8 Deutz à la suite des problèmes des AMG 800[5]. Leur vitesse maximale et de 100 km/h. La rame 801-802, accidentée et irréparable, est réformée.
 
Automotrices diesel AMT 800 en gare de Nabeul

ParcModifier

L'EMT de Bastia est le dépôt titulaire des AMG 800 pour les chemins de fer Corses. L'EMT de Nice-Lingostière est le dépôt titulaire des AMP 800 pour les chemins de fer de Provence.

BibliographieModifier

  • Bernard Vieu, « Chemins de fer de la Corse : Le premier automoteur AMG 800 débarque sur l'île de Beauté », La Vie du rail magazine, Paris, La Vie du rail, no 3109,‎ , p. 27-28 (ISSN 0042-5478).
  • Corse-Matin - article du 13/10/2010.
  • CFC - " Remise à niveau des rames AMG 800 " - Le train Corse à nouveau sur les rails" - article du 7/11/2011.
  • Corsica Sera Via Stella - extrait de l'article sur site Internet du 12/12/2014.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Bastia aMG 800 : la SNCF-CFC décline toute responsabilité dans les dysfonctionnements », sur Corse-Matin, .
  2. a et b magazine La Vie du rail magazine, édition du 16 juin 2010, article « Corse. La collectivité régionale appelle la SNCF à la rescousse »
  3. Paul Giacobbi, « AMG 800 : Le Conseil exécutif de Corse et son Président réagissent sur les premiers éléments de l'expertise », sur Collectivité territoriale de Corse,
  4. « Autorails AMG 800, retour vers le futur »,
  5. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Chemins de fer de Provence: Les AMG arrivent, numéro 181 septembre-octobre 2010 page 49
  6. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Chemins de fer de Provence: Les AMG arrivent, numéro 181 septembre-octobre 2010 page 50
  7. « Train Régional AM800 SNCFT », sur www.af-france.net (consulté le 14 mars 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier