Aït Yahia Moussa

commune d'Algérie

Aït Yahia Moussa
At Yehya Musa (kab)
ⴰⵜ ⵢⴰⵃⵢⴰ ⵎⵓⵙⴰ (ber)
(ar) آيت يحيا موسى
Aït Yahia Moussa
Noms
Nom arabe آيت يحيا موسى
Nom berbère ⴰⵜ ⵢⴰⵃⵢⴰ ⵎⵓⵙⴰ
At Yehya Musa
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Tizi Ouzou
Daïra Draâ El Mizan
Chef-lieu Ait Yahia Moussa Centre
Président de l'APC Rabah Hamitouche
2017- 2022
Code postal 15026
Code ONS 1556
Indicatif 026
Démographie
Population 20 426 hab. (2008[1])
Densité 325 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 38′ 28″ nord, 3° 53′ 18″ est
Altitude 300 m
Superficie 62,90 km2
Localisation
Localisation de Aït Yahia Moussa At Yehya Musa (kab) ⴰⵜ ⵢⴰⵃⵢⴰ ⵎⵓⵙⴰ (ber)
Localisation de la commune dans la wilaya de Tizi-Ouzou.
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Aït Yahia Moussa
At Yehya Musa (kab)
ⴰⵜ ⵢⴰⵃⵢⴰ ⵎⵓⵙⴰ (ber)
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Aït Yahia Moussa
At Yehya Musa (kab)
ⴰⵜ ⵢⴰⵃⵢⴰ ⵎⵓⵙⴰ (ber)

Aït Yahia Moussa (en berbère : At Yehya Musa, en tifinagh : ⴰⵜ ⵢⴰⵃⵢⴰ ⵎⵓⵙⴰ, en arabe : آيت يحيا موسى) anciennement Oued Ksari, est une commune de la wilaya de Tizi Ouzou, dans la région de Grande Kabylie en Algérie. Elle est située à 20 km au sud-ouest de la ville de Tizi Ouzou et à 115 km au sud-est d'Alger.

GéographieModifier

SituationModifier

La commune d'Aït Yahia Moussa est située au sud-ouest de la wilaya de Tizi-Ouzou.

Localités de la communeModifier

La commune d'Aït Yahia Moussa est composée de trente-neuf localités[2] :

  • Ait Attela
  • Azib El Madjene
  • Afir
  • Agouni Ahcène
  • Ait Abdellah
  • Aït Amar Moussa
  • Aït Kaci Ouamar
  • Aït Moh Kaci
  • Aït Moh Ou Kaci
  • Aït Hellil
  • Aït Houelhadj
  • Ait Lazaïb
  • Aït Ouacif
  • Ait Oumeziane
  • Aït Rahmoune
  • Aït Sidi Ali
  • Ait Yahia Moussa Centre
  • Birrou
  • Iallalène
  • Iamarene
  • Iazavene
  • Ibouhrene
  • Ighil Mohou
  • Iboussaïdène
  • Ighil El Bir
  • Ighil Oukebli
  • Ihadjamene
  • Ihissitene
  • Ikherbane
  • Illounissene
  • Imaksnene
  • Ait hemouelhadj
  • Imoulak
  • Imoulak Iallalene
  • Imenouthene
  • Iremdanène
  • Ihemdaouithene
  • Imzoughene
  • Izemourene
  • Rabets
  • Thala Rabets
  • Thighilt Rabets
  • Tafoughalt
  • Tachtiouine
  • Tifaou
  • Tizi Guezgarene
  • Tizra-Aissa
  • Ait Slimane
  • Cherifi
  • Tassegdhelt
  • Agouni Aissa
  • Ait Belkacem Arab
  • Tarikt
  • Akham Elhadj
  • Ait Salem

HistoireModifier

Anciennement appelé « Douar Ouled Yahia Moussa » puis « Tala Imdran » ce dernier nom est attribué aux Ait-Arif aussi. Les Ouled-Yahia-Moussa font partie de la confédération des Flissa-Oum-El-Lil « Iflissen Umellil » citée par les romain, dans la guerre de Firmus contre l'empereur de Rome Maximien Hercule qui envoya le général Comte Théodose qui chassa les Kabyles vers les montagnes. On trouve le nom Quinquegentiens qui veut dire les cinq peuplades, de ces cinq peuplades on trouve l'inscription « Isaflensès » correspond à « iflissen »[3]. Ils ont combattu avec les Turcs, contre les Espagnols, pour la libération de Bougie et d'Oran, ainsi ils ont gardé leur indépendance jusqu'aux environs de 1767 où ils ont refusé de payer l'impôt exigé par le Dey Mohamed Othmane. En 1768, la guerre se déclencha contre les Turcs, et ces derniers sont battus à Timezrit[Lequel ?] et Ammouche et Tifaou, mettant les Turcs dans l'obligation de signer un traité de paix avec les Flissas[4]. En 1830, ils ont pris part à la défense d'Alger, et à de sanglants combats dans la Mettidja, avec à leurs tête le Fameux Zamoum, Ahmed Ben Salem, le khalifa (Lieutenant) installé par l'Emir Adb-el-Kader, qui trouva refuge dans la forêt de Boumahni et l'Oued-Ksari. 14 ans après, le maréchal Bugeaud décide personnellement de faire soumettre les Flissas. Le 17 mai 1844, Bugeaud, venant par les Aith-Ouarzeddine, puis le mont de Sidi-Ali-Bounab, Timezrit et le Souk-El-Tlata, subit des pertes importantes infligées par les Kabyles. Le 18 mai 1844, la soumission est faite, mais elle ne sera pas définitive, les Flissas particulièrement les Ouled Yahia Moussa, grâce à la nature du relief qui est très accidenté, et l'absence de chemins carrossables, un vrai obstacle naturel pour tous ennemis, ils ont participé à l'insurrection de 1857 et celle de 1871[5]. Plus tard, avec la réalisation de la route, actuellement route nationale N25 liant la région à Draâ El Mizan, Ait Yahia Moussa a été détaché de Bordj Menail le 12 novembre 1910 pour être rattaché à Draa El Mizan[6]. Après l'indépendance, cette commune a été créée après le découpage administratif de 1971 sous la dénomination « Oued Ksari ». Un nom qu'elle a porté jusqu'à 1989 ou elle s'est reconvertie à son ancien nom Aït Yahia Moussa (le nom a été changé à la suite d'une mobilisation de la population locale après les événements du printemps berbère pour remplacer le nom arabe de la région et lui donner son ancien nom qui est Ait Yahia Moussa qui appartenait à la tribu des Iflissen n udhrar appelés aussi Iflissen Umellil) [7].

Cette région a joué un grand rôle durant la révolution nationale sous le commandement du colonel Krim Belkacem.

Bataille du 6 janvier 1959Modifier

 
Krim Belkacem à la tête de la délégation algérienne à Evian

La maison de Krim Belkacem se préparer pour abriter une réunion importante de coordination des responsables de l’ALN dont les colonels Amirouche (wilaya III), M’hamed Bougara (wilaya IV) et Si El Houes (wilaya VI).

L’armée française a eu vent de la tenue de cette réunion et a mis une opération pour capturer les responsables de l’ALN. L’armée française a envoyé des milliers de soldats appuyés par l’artillerie et l’aviation.

Une grande bataille a eu lieu-dit Vugarfan. Le chef de bataillon français le capitaine Graziani[8] a été tué pendant cette bataille dans un corps à corps. Du côté des moudjahidines, plusieurs morts et blessés notamment au napalm utilisé par l’armée française[9].

PersonnalitésModifier

ÉconomieModifier

Région marginalisée elle ne compte aucune entreprise aussi petite soit-elle et aucun investissement public. Mars 2016 la commune enregistrait plus de 6000 sans emploi[14].

SportModifier

La commune compte trois équipes de football amateur: La Jeunesse Sportive d'Ait Yahia Moussa, l'US Tafoughalt et l'US Iâllalen. Des équipes pensionnaires de la division pré-honneur de la wilaya de Tizi-Ouzou[15].

RéférencesModifier

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Tizi Ouzou, sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret no 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Tizi Ouzou, p. 1504 à 1510.
  3. Ammar ou Saïd (1865-1931) Auteur du texte Boulifa, Le Djurdjura à travers l'histoire : depuis l'Antiquité jusqu'à 1830 : organisation et indépendance des Zouaoua (grande Kabylie) / S. A. Boulifa,..., J. Bringau, (lire en ligne).
  4. Société historique algérienne Auteur du texte, Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, Jules Carbonel, (lire en ligne).
  5. Joseph (1837-1918) Auteur du texte Robin, L'insurrection de la Grande Kabylie en 1871 / par le colonel Robin,..., H. Charles-Lavauzelle, (lire en ligne).
  6. Journal officiel de la République française. Lois et décrets, Journaux officiels, (lire en ligne).
  7. Journal officiel de la République Algérienne 24 janvier 1990. Page 165. Arrêté du 12 novembre 1989 portant changement de dénomination de la commune de Oued Ksari.
  8. « LES GRANDES FIGURES DE L`ALGERIE FRANCAISE "Henri / slideum.com », sur slideum.com (consulté le 17 août 2020).
  9. APS, « Souvenirs de la bataille d'Ath Yahia Moussa », Le Matin d'Algérie,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2017).
  10. « LE FRÈRE DE BELKACEM KRIM AURAIT TROUVÉ LA MORT dans des conditions mystérieuses », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2020)
  11. La Rédaction, « Amar Belkada n’est plus », sur La Dépêche de Kabylie, (consulté le 12 mai 2020)
  12. lesoirdalgerie.com, « Krim Ouramdane, un enfant de la guerre: Toute l'actualité sur lesoirdalgerie.com », sur http://www.lesoirdalgerie.com/ (consulté le 12 mai 2020)
  13. La Rédaction, « L’Audace de rêver, le nouveau roman de Saïd Arab », sur La Dépêche de Kabylie, (consulté le 12 mai 2020)
  14. « Plus de 2000 demandes d’emploi en attente », La Dépêche de Kabylie,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2017)
  15. liberte-algerie.com, « Le stade communal enfin revêtu en gazon synthétique: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com », sur http://www.liberte-algerie.com/ (consulté le 12 mai 2020)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier