Ouvrir le menu principal

Aéroport international de Nouakchott-Oumtounsy

aéroport desservant Nouakchott, Mauritania

Aéroport international de Nouakchott-Oumtounsy
Localisation
Pays Drapeau de la Mauritanie Mauritanie
Ville Nouakchott
Coordonnées 18° 18′ 36″ nord, 15° 58′ 11″ ouest
Altitude 2 m (7 ft)

Géolocalisation sur la carte : Mauritanie

(Voir situation sur carte : Mauritanie)
NKC
NKC
Pistes
Direction Longueur Surface
06/24 2 400 x 45 m Beton
16/34 3 600 x 60 m Béton
Informations aéronautiques
Code AITA NKC
Code OACI GQNO
Type d'aéroport Public
Gestionnaire Afroport

L'aéroport international de Nouakchott-Oumtounsy (code AITA : NKC • code OACI : GQNO), est le nouvel aéroport basé à Nouakchott, capitale de la Mauritanie.

Sa capacité est de deux millions de voyageurs par ans, il peut accueillir des avions de grande taille tels l'Airbus 380, le Boeing 747 ou le Boeing 787[1].

HistoireModifier

L’aéroport est conçu par l’architecte mauritanien Omer Houessou et son cabinet Créa Aménagement[2].

L'ancien, code OACI GQNN, entre les Moughataa de Dar Naim, Ksar, Araffat, a cessé ses opérations le pour être remplacé par le nouvel aéroport, baptisé Oumtounsy[3], référence à la bataille d'Oum Tounsi[4].

La société française Egis a été chargé des études et de la maitrise d'ouvrage de l'aéroport. Le coup d’envoi des travaux de construction, confiés à l’entreprise mauritanienne Najah, a été donné en novembre 2011 et devaient initialement durer 30 mois[1].

Fondée en 2011, l'entreprise Najah Major Works (NMW SA) qui s'est vu confier la construction de l'aéroport appartient au groupe ASML, présidé par Ahmed Saleck Ould Mohamed Lemine, qui a pour actionnaire le groupe AON, dirigé par Abdallahi Ould Noueigued, deux importants promoteurs mauritaniens dépourvu d'experience en matière de construction aéroportuaire[5].

En contrepartie de la construction de l'aéroport, l’État Mauritanien a cédé a la société Najah des terrains constructibles d'un superficie de 451 hectares situés au centre ville de Nouakchott, occupés pour un tiers par un quartier résidentiel et pour deux tiers par l’ancien aéroport[5]. L’entreprise Najah revendra ce terrain par lots[5]. Les conditions entourant ce contrat ont suscité de vives polémiques en Mauritanie[1].

Durant la construction, l’entreprise Najah a rencontré des difficultés financières, et empruntera 15 milliards d’ouguiyas (36,8 millions d’euros) à la Société nationale industrielle et minière de Mauritanie (SNIM) en apportant l'hypothèque d'une partie des terrains que lui avait cédé l'Etat Mauritanien[5].

L'Etat Mauritanien mandatera alors Najah pour la construction d'un bâtiment de dix étages, la future grande mosquée de la ville et un programme d’aménagement du centre-ville, l'ensemble étant estimé à 17 milliards d’ouguiyas (41,8 millions d'euros), suffisamment pour régler la dette et renflouer les finances de la société Najah[5]. L'Etat Mauritanien confiera également à Najah la construction d’un aéroport militaire.

En décembre 2018, actant que la société nationale qui gérait l’aéroport avait accusé des déficits financiers ces trois dernières années, le ministre de l’Economie et des Finances mauritanien, Moctar Ould Diay, annonce que la gestion de l’aéroport a été cédée à la société Afroport Airport Service, une filiale des Aéroports d’Abu Dhabi, qui bénéficiera d’un régime fiscal spécial[6].

Infrastructures et bâtimentsModifier

L'aéroport se compose d’une tour de contrôle, d’un aérogare de fret, d’un bloc technique, de bâtiments annexes et de logement pour le personnel d’astreinte, d’un pavillon présidentiel et ministériel et d’une aérogare passager de 18 000 m² d’une capacité annuelle de 2 millions de passagers, ainsi que de deux pistes d’atterrissage, longues de 4,3 km et 2,6 km[1],[7].

SituationModifier

Compagnies aériennes et destinationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Mauritanie : inauguration du nouvel aéroport international de Nouakchott », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 6 septembre 2019)
  2. Egis, The new Nouakchott International Airport, Mauritania. egis-group.com. Accès le 11 septembre 2016
  3. Un nouvel aéroport inauguré à Nouakchott. air-journal.fr. Accès le 11 septembre 2016
  4. Capitaine (er) Leytou Ould Said, « Oum Tounsi, un succès de la résistance »,
  5. a b c d et e « « Comment Nouakchott a inventé l’extension de son centre-ville loin de la fièvre des smart cities » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 septembre 2019)
  6. APANEWS, « La gestion de l’aéroport de Nouakchott confiée à une société étrangère », sur apanews.net (consulté le 7 septembre 2019)
  7. « Mauritanie : Une mise en service réussie pour le nouvel aéroport international de Nouakchott », sur Groupe Egis, (consulté le 7 septembre 2019)