Ouvrir le menu principal

Aéroport international de Ndjili

aéroport desservant Kinshasa, Congo (Dem Rep)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ndjili (homonymie).

Aéroport international de Ndjili
Terminal et tour de contrôle.
Terminal et tour de contrôle.
Localisation
Pays Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Ville Kinshasa
Coordonnées 4° 22′ 54″ sud, 15° 26′ 40″ est
Altitude 313 m (1 027 ft)

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

(Voir situation sur carte : République démocratique du Congo)
FIH
FIH
Pistes
Direction Longueur Surface
06/24 4 700 m (15 420 ft) béton
Informations aéronautiques
Code AITA FIH
Code OACI FZAA
Type d'aéroport civil-militaire
Gestionnaire Régie des Voies Aériennes (RVA)

L'aéroport international de Ndjili (code AITA : FIH • code OACI : FZAA) est l'aéroport principal de la ville de Kinshasa en République démocratique du Congo. Il est situé sur la commune de Nsele en bordure du Pool Malebo, à une vingtaine de kilomètres à l'est de ville, à laquelle il est relié par le boulevard Lumumba.

Un autre aérodrome, affecté essentiellement au trafic intérieur et aux activités militaires, existe dans la capitale : l'aéroport de Ndolo (code AITA : NLO • code OACI : FZAB). Toutefois, les rotations y ont été réduites de manière substantielle à la suite d'un accident survenu le . Le décollage avorté d'un appareil de type Antonov An-26 et son crash sur un marché populaire situé en bout de piste, avaient provoqué la mort de 250 à 300 Kinois.

SituationModifier

HistoireModifier

Inaugurées en 1953, les infrastructures ont été successivement utilisées comme plate-forme de correspondance de la compagnie aérienne belge Sabena (période coloniale) et des compagnies Air Congo et Air Zaïre. La piste principale de Ndjili, longue de 4 700 m, a longtemps été la plus longue du monde, au point que les plus grands appareils terminent leur atterrissage et décollent à mi-piste. Le processus de centralisation politique et administrative mis en œuvre par le régime du président Mobutu, fit de cet aéroport la principale porte d'entrée et de sortie du pays et ce, en dépit du fait que des sites aéroportuaires comme ceux de Kisangani et de Lubumbashi bénéficient de capacités d'accueil international (longueur des pistes pour les gros porteurs).

 
Terminal de l'aéroport.

Sous-financé depuis de nombreuses années par les pouvoirs publics, l'opérateur aéroportuaire kinois est dans l'incapacité de mettre en œuvre et de faire respecter toutes les normes internationales en matière de sécurité. Datant de plus d'un demi-siècle, les infrastructures ont bénéficié de si peu de rénovations ou d'améliorations qu'elles sont régulièrement visées par des mesures d'exclusion de la part des autorités de l'OACI (entretien de la piste d'atterrissage, services des pompiers, sécurité des bagages, mesure contre le risque d'attentats terroristes). Sa rénovation, qui devait être effectuée par les Chinois à la suite d'un accord de 2007, a finalement été confiée à Aéroports de Paris, les Chinois se contentant de refaire la piste[1].

 
Salle de transit.

Aujourd'hui, l'aéroport international de Kinshasa abrite la majorité des compagnies nationales dont la particularité est d'être accusé de mauvais entretien[2] et soumise au bannissement de l'espace aérien de l'Union européenne[3].

Rénovation et nouvelles constructionsModifier

Si la RVA prépare la reconstruction de l’Aéroport International de Kinshasa N’Djili prévue à terme, il n’en demeure pas moins qu’un entretien approfondi voir une rénovation de certaines installations du terminal actuel s’avèrent absolument nécessaires.

Pavillon d'honneurModifier

Les travaux de construction du pavillon ont été financés sur les fonds propre de la RVA grâce l'IDEF.

Une première exploitation a eu lieu le 28 juin 2010 lors de l'accueil du couple royal belge[4].

Nouvelle tour de contrôleModifier

Ces travaux concernent la construction d'un imposant bâtiment de 35m de hauteur, avec 2 annexes dont le bloc technique et la caserne anti-incendie.

Nouveau terminal internationalModifier

Le 25 juin 2015 un nouveau terminal a été inauguré [5]. Ce nouveau terminal offre des infrastructures de qualité pour les passagers des vols internationaux.

Compagnies aériennes et destinationsModifier

 
Le terminal de l'aéroport.

Jadis reliée à la plupart des continents, la plate-forme kinoise demeure néanmoins l'aéroport le plus important dans la zone des Grands Lacs. Outre des liaisons fréquentes et directes avec des villes comme Paris, Bruxelles, Johannesburg et Douala, Kinshasa bénéficie également d'un réseau étendu aux villes principales congolaises (Kisangani, Lubumbashi, Kindu, Goma, Mbandaka, Matadi, Kananga, Mbuji-Mayi,Bukavu). Le trafic des passagers est également alimenté par les voyageurs venus depuis Brazzaville, moins dotée en liaisons aériennes.

PassagersModifier

CompagniesDestinations
  Air Côte d'IvoireAbidjan-F.-H.-Boigny, Libreville-Léon Mba[6]
  Air FranceParis-Charles de Gaulle
  Air KasaïGemena, Kananga (en), Mbandaka, Mbujimayi[7]
  ASKY AirlinesBrazzaville, Libreville-Léon Mba, Lomé[8]
  Brussels Airlines Bruxelles-National
  Camair-CoBrazzaville, Douala[9]
  Congo Airways
  Ethiopian AirlinesAddis-Abeba Bole[11]
  flydubaiDubaï[12]
  Kenya AirwaysNairobi-J. Kenyatta
  Royal Air MarocCasablanca-Mohammed-V
  South African AirwaysJohannesbourg OR Tambo
  TAAG Angola AirlinesLuanda-Quatro de Fevereiro[13]
  Turkish AirlinesIstanbul, Libreville-Léon Mba

Édité le 15/05/2018

CargoModifier

CompagniesDestinations
  Cargolux Luxembourg
  Ethiopian Cargo Addis Abeba
  Turksih Cargo Istanbul-Atatürk, Nairobi

AccèsModifier

L'aéroport est relié à la gare centrale de Kinshasa par une extension du Chemin de fer Matadi-Kinshasa.

AnecdotesModifier

Dans le cadre des vols de ses navettes spatiales, la NASA a choisi une série de sites d'atterrissage de secours à travers le monde. L'aéroport international de Kinshasa fait partie de cette liste[14] grâce à sa piste dont la longueur (4 700 m) est supérieure à celle de bien des aéroports africains et occidentaux.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier