Ouvrir le menu principal

Aéroport international de Broome

aéroport desservant Broome, Australia

Aéroport international de Broome
Broome International Airport
Image illustrative de l’article Aéroport international de Broome
Localisation
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Ville Broome
Coordonnées 17° 56′ 59″ sud, 122° 13′ 40″ est
Altitude 17 m (56 ft)

Géolocalisation sur la carte : Australie-Occidentale

(Voir situation sur carte : Australie-Occidentale)
BME
BME

Géolocalisation sur la carte : Australie

(Voir situation sur carte : Australie)
BME
BME
Pistes
Direction Longueur Surface
10/28 2 368 m (7 769 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA BME
Code OACI YBRM
Type d'aéroport public
Gestionnaire Broome international Airport
Site web gestionnaire Consulter

L'aéroport international de Broome, en anglais Broome International Airport (code AITA : BME • code OACI : YBRM), est un aéroport régional situé à 0,4 mille marin (0,7408 km) à l'ouest de Broome, en Australie-Occidentale.

HistoireModifier

Dans les années 1920, l'aérodrome était une piste de sable sur Cable Beach emprunté par les avions de la poste (Geraldton-Derby airmail service) pour desservir les environs. Puis une piste de terre a été aménagée pas loin de l'emplacement actuel de l'aéroport. En 1935, une piste d'atterrissage est-ouest est aménagée, ainsi qu'un abri qui sert de terminal[1].

Durant la Seconde Guerre mondiale, l'aéroport de Broome sert de relais aux avions alliés en guerre contre le Japon et aux gros porteurs néerlandais fuyant les îles Java. Le 3 mars 1942, l'aviation militaire japonaise lance ses Chasseurs zéro pour attaquer l'aéroport de Broome. Cette attaque provoque une peur de l'invasion qui vide presque entièrement la ville de Broome de ses habitants[1].

Entre les années 1950 et 1970, la ville se repeuple, dynamisée par la perliculture, et l'aéroport retrouve du service. D'abord géré par le Département des Transports australien, l'aéroport est privatisé et cédé en 1991 à Airport Engineering Services[1].

En 1996, l'aéroport prend la dénomination "international" lorsqu'il ouvre une connexion directe avec Bali. Cependant, la demande est restée faible et la route a été suspendue[2].

Le tourisme baisse dans la région de Broome et l'aéroport enregistre en 2013 une baisse de 4 % de son trafic. Employant 9 % de la ville de Broome (776 employés), et générant 5 % du PIB de la région, l'aéroport lance une opération globale de rebranding pour redynamiser le tourisme[3]. La relance est d'autant plus nécessaire que l'aéroport vient de mettre à niveau sa piste d'atterrissage et son terminal[4]. Mais en 2015, les analystes estiment que les capacités d'accueil de l'aéroport de Broome ne permettent pas d'atteindre un seuil critique de rentablité pour attirer les vols internationaux. Le manque de notoriété internationale de Broome est également identifié comme un frein à son internationalisation.[2]. En 2017, l'aéroport mise sur le tourisme indigène régional en faisant la publicité de la découverte des tribus Yawuru (en)[5].

CaractéristiquesModifier

Cet aéroport est le pôle régional de la partie nord-ouest de l'Australie-Occidentale. Il est considéré comme une porte d'accès de la région de Kimberley. Au cours de l'exercice courant du au , il a accueilli 409 663 passagers. En 2011, il est classé 20e aéroport le plus fréquenté d'Australie[6].

Depuis le 18 novembre 2010, l'aéroport de Broome est certifié aérodrome sans contrôle radar de classe D, ce qui signifie que la séparation est communiquée aux avions par les contrôleurs aériens sur la base des estimations fournies par les pilotes et en indiquant leurs distances et altitudes par rapport à l'aérodrome.

Compagnies aériennes et destinationsModifier

FréquentationModifier

Lignes les plus fréquentées au départ et à l'arrivée de l'aéroport de Broome
(du au )[8]
Rang Aéroport Nombre de passagers transportés Variation
1 Aéroport de Perth 313 627  2,7 %

Accidents et incidentsModifier

  • Le 21 janvier 1974, le Douglas C-47A PK-GDC de la Burmah Oil Co (en) a été endommagé de façon irréversible dans un accident[9].
  • Le 11 juillet 2012, un Piper PA-34 Seneca de la Golden Eagle Airlines (en) s'est écrasé dans des dunes de sable à proximité du seuil de piste. L'avion, enregistré sous le code VH-LCK, réalisait un vol cargo de nuit vers Port Hedland, dans de bonnes conditions météorologiques. Le pilote, qui était seul à bord, a été tué à l'impact[10]. L'enquête sur les causes de l'accident, menée par l'Australian Transport Safety Bureau, a révélé que l'avion s'est écrasé probablement à cause d'une perte de puissance des moteurs[11].

Autres activitésModifier

Tous les ans est organisé en juillet le Broome International Airport Marathon[12].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) « History and culture », sur Broomeair.com (consulté le 28 avril 2017)
  2. a et b (en) Ben Collins, « International flights to north-west Australia unlikely, says aviation analyst », sur Abc.net.au, (consulté le 28 avril 2017)
  3. (en) Natalie Jones, « Broome needs 'rebranding', report finds, as softening arrival numbers prompt tourism concerns », sur Abc.net.au, (consulté le 28 avril 2017)
  4. (en) Doug Nancarrow, « Regional Airports recognised in 2014 AAA Awards », sur Australianflying.com.au, (consulté le 28 avril 2017)
  5. (en) Glenn Cordingley, « Sign marks big tourism step », sur Thewest.com.au, (consulté le 28 avril 2017)
  6. « Airport Traffic Data 1985–86 to 2010–11 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Department of Infrastructure and Transport, (consulté le 27 juin 2012)
  7. « Qantas.com.au »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  8. « Domestic Totals & Top Routes July 2004 – March 2013 », Bureau of Infrastructure, Transport and Regional Economics (en) (BITRE), (consulté le 16 juin 2013)
  9. « PK-GDC Accident description », Aviation Safety Network (consulté le 23 août 2010)
  10. « Press Release »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Golden Eagle Airlines, (consulté le 17 juillet 2012)
  11. « Investigation AO-2012-093 », Australian Transport Safety Bureau (consulté le 17 mai 2016)
  12. (en) « Training starts for big race », sur Thewest.com, (consulté le 28 avril 2017)

Voir aussiModifier