Ouvrir le menu principal

8e division d'infanterie (États-Unis)

United States Army

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 8e division.

8e division d'infanterie américaine
Image illustrative de l’article 8e division d'infanterie (États-Unis)
Insigne d'épaule de la 8e division d'infanterie américaine

Création 1918-1919
1940-1945
1950-1992
Dissolution
Pays États-Unis
Allégeance États-Unis
Branche Armée de terre des États-Unis
Type Division d'infanterie
Surnom Golden Arrow Division
Pathfinder Division
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre en Asie du Sud-Ouest
Batailles Bataille de Normandie
Bataille des Haies
Opération Cobra
Bataille des Ardennes
Bataille de la forêt de Hürtgen

La 8e Division d'Infanterie (DI) — en anglais 8th Infantry Division - était une division d'infanterie de l'armée de terre des États-Unis du XXe siècle. Cette division a été en service durant la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale et l'Opération Tempête du Désert. Au départ, activée en , l'unité n'a pas connu de bataille pendant la Première Guerre mondiale et est revenue aux États-Unis sans combattre. Activée de nouveau le comme faisant partie des forces militaires accumulées avant l'entrée des États-Unis dans le conflit de la Seconde Guerre mondiale, la 8e DI a vu son action étendue au Théâtre d'Opérations en Europe. Après la Seconde Guerre mondiale, la 8e DI a été transférée en Allemagne de l'Ouest, où elle est restée stationnée à la Caserne de Rose à Bad Kreuznach jusqu'à ce qu'elle soit désactivée le .

Première Guerre mondialeModifier

  • Activée en :
  • Déployée en :
  • Commandants :
    • Col. Elmore F. Taggart ()
    • Col. G. L. Van Deusen ()
    • Brig. Gen. J. D. Leitch ()
    • Maj. Gen. J. F. Morrison ()
    • Brig. Gen. J. D. Leitch ()
    • Maj. Gen. William S. Graves ()
    • Brig. Gen. J. D. Leitch ()
    • Maj. Gen. W. S. Graves ()
    • Brig. Gen. J. D. Leitch ()
    • Maj. Gen. Eli A. Helmick ()
    • Brig. Gen. J. J. Bradley ()
    • Maj. Gen. Eli A. Helmick ()

La 8e division d'infanterie n'a participé à aucune bataille lors de la Première Guerre mondiale. Elle est retournée aux États-Unis et a été désactivée en .

Seconde Guerre mondialeModifier

Le major général William C. McMahon a été relevé peu de temps après que la division fut arrivée en Normandie. Son remplaçant, le major général Donald A. Stroh a été relevé pendant la bataille de la forêt de Hürtgen ; La mort de son fils, pilote dans l'U.S.A.A.F., qui a été abattu au-dessus de la Bretagne, l'avait profondément affecté. Après un repos, le major général Stroh a repris le commandement d'une autre division.

  • Unités rattachées :
    • 13e régiment d'infanterie
    • 28e régiment d'infanterie
    • 34e régiment d'infanterie
    • 121e régiment d'infanterie
    • 43rd Field Artillery Battalion
    • 45th Field Artillery Battalion
    • 56th Field Artillery Battalion
    • 28th Field Artillery Battalion (155 mm)
    • 8th Signal Battalion
    • 708th Ordnance Company
    • 8th Quartermaster Company
    • 8th Reconnaissance Troop
    • 12th Engineer Battalion
    • 8th Medical Battalion
    • 8th Counter Intelligence Detachment

Chronologie de combatModifier

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la 8e Division d'Infanterie a été envoyée en Europe. Après avoir subi un entraînement en Irlande la 8e DI a débarqué sur la plage d'Utah Beach en Normandie, le et est entrée dans la bataille le . Lors de la Bataille des haies, elle a traversé le fleuve de l'Ay entre Lessay et Périers, le , puis a libéré la ville de Rennes le et celle de Brest en septembre[1]. La Presqu'île de Crozon a été libérée le .

Après ces actions la 8e DI a traversé la France d'Ouest en Est et a été engagée au Luxembourg à la frontière allemande, a pris part à la Bataille de la forêt de Hürtgen le , puis a libéré Hürtgen le 28 et Brandebourg, le et a poussé jusqu'au bord de la rivière Roer[1] qui a été traversée le , Düren a été libéré le 25 et le Canal de Erft le . La 8e DI a atteint le Rhin, près de Rodenkirchen, le et a maintenu ses positions le long du fleuve près de Cologne[2]. Au début de , la 8e DI avait avancé jusqu'en Rhénanie.

Le la 8e DI a participé dans le Nord-Ouest à la destruction des forces ennemies dans la Poche de la Ruhr et le 17 sa mission était accomplie. Après avoir sécurisé la zone la 8e DI, sous le contrôle opérationnel de la Deuxième Armée britannique, a traversé l'Elbe, le 1er mai et a libéré Schwerin à la fin de la guerre en Europe.

Le , comme elle avançait vers le Nord de l'Allemagne, la 8e DI a rencontré le camp de concentration Neuengamme le camp d'extermination de Wöbbelin, près de la ville de Ludwigslust[1]. Les SS avaient établi le camp de Wöbbelin au début de pour loger les prisonniers des camps de concentration Nazis qui avaient été évacués pour prévenir leur libération par les Alliés. À Wöbbelin il y avait environ 5 000 prisonniers, dont beaucoup souffraient d'inanition et de maladies. Les conditions hygiéniques du camp étaient déplorables, quand la 8e DI et la 82e Division Aéroportée sont arrivées. Il n'y avait que de petites quantités d'aliments ou d'eau et certains prisonniers avaient recouru au cannibalisme. Dans la semaine qui a suivi la libération, plus de 200 prisonniers sont morts. Dans ces circonstances, l'Armée Américaine a ordonné aux habitants de Ludwigslust de visiter le camp et d'enterrer les morts[1].

La 8e Division d'Infanterie a été reconnue comme une unité libératice par le Centre d'Histoire Militaire de l'Armée américaine et du Musée du Mémorial Américain de l'Holocauste en 1988[1].

Attributions dans le Théâtre des opérations en EuropeModifier

  • Le  : Rattachée à la Première Armée ;
  • Le  : XVe Corps ;
  • Le  : VIIIe Corps, rattachée à la Première Armée ;
  • Le  : VIIIe Corps, Troisième Armée, 12e Groupe d'armée ;
  • Le  : VIIIe Corps, Neuvième Armée, 12e Groupe d'armée ;
  • Le  : VIIIe Corps, Première Armée, 12e Groupe d'armée ;
  • Le  : Ve Corps ;
  • Le  : VIIe Corps ;
  • Le  : Rattachée, avec la totalité de la Première Armée, au 21e Groupe d'armées britannique ;
  • Le  : XIXe Corps, Neuvième Armée (rattaché au 21e Groupe d'armée britannique), 12e Groupe d'armée ;
  • Le  : VIIe Corps, Première Armée, 12e Groupe d'armée ;
  • Le  : XVIIIe Corps (Abn).
  • Le  : XVIIIe Corps (Abn), Neuvième Armée 12e Groupe d'armée, mais attaché pour les opérations à la Deuxième Armée britannique dans le 21e Groupe d'armée.

Médailles d'honneur (Medal of Honor)Modifier

Trois soldats de la 8e Division d'Infanterie ont reçu la Médaille d'honneur durant la Seconde Guerre mondiale.

  • Private First Class Ernest Prussman du 13e régiment d'infanterie. Prussman a repris son équipe, le , lors de l'avance sur Loscoat, près de Brest en Bretagne, plusieurs Allemands ont été désarmés, y compris un équipage de mitrailleuse. Abattu par un carabinier allemand, il était à terre quand il a déclenché une grenade à main qui a tué l'adversaire qui venait de lui tirer dessus. Sa médaille d'honneur lui a été décernée à titre posthume.
  • Private First Class Walter C. Wetzel du 13e Régiment d'Infanterie. En tant que chef de file de l'équipe de la compagnie du régiment Anti-Tank, le PFC Wetzel a défendu son poste de commandement du peloton d'une attaque ennemie, le . Wetzel se jeta sur 1 ou 2 grenades ennemies jetées dans le PC. Sa médaille d'honneur lui a été décerné à titre posthume.
  • Staff Sergeant John W. Minick de la Compagnie I du 121e Régiment d'Infanterie. Après que son bataillon fut arrêté par un champ de mines ennemi lors de son avance le , lors de la bataille de Hurtgen, il a dirigé quatre hommes à travers l'obstacle, puis détruit avec succès un poste de mitrailleuses ennemies qui avait ouvert le feu sur son équipe. Seul, il a ensuite engagé toute une compagnie de soldats ennemis, tuant 20 hommes et en capturant 20 autres. Lors de la reprise de l'avance, il a tenté de traverser un autre champ de mines, mais il a marché sur une qui a explosé. Sa médaille d'honneur lui a été décernée à titre posthume.

Après la Seconde Guerre mondialeModifier

La 8e division d'infanterie a été affecté en Allemagne de l'Ouest du jusqu'à ce qu'elle soit désactivée le , elle était stationnée à Bad Kreuznach.

  • Activée :
  • Commandants :
    • Maj. Gen. Frank McConnel ( - )
    • Maj. Gen. Harry J. Collins ( - )
    • Maj. Gen. WP Sheppard ( - )
    • Brig. Gen. John A. Dabney ( - )
    • Maj. Gen. Riley E. Ennis ( - )
    • Gen. Harry J. Collins ( - )
    • Maj. Gen. Thomas L. Harold ( - )
    • Maj. Gen. Thomas L. Sherburne ( - )
    • Maj. Gen. John G. Vanhouten ( - )
    • Maj. Gen. Thomas M. Watlington ( - )
    • Maj. Gen. Philip F. Lindman ( - )
    • Maj. Gen. Loyd R. Moses ( - )
    • Maj. Gen. Edgar C. Doleman ( - )
    • Maj. Gen. Andrew Goodpaster ( - )
    • Maj. Gen. Stanley R. Larsen ( - )
    • Maj. Gen. Joseph R. Russ ( - )
    • Maj. Gen. Patrick F. Cassidy ( - )
    • Maj. Gen. George L. Mabry, Jr. ( - )
    • Maj. Gen. Elmer H. Almquist ( - )
    • Maj. Gen. Donald V. Rattan ( - )
    • Maj. Gen. Frederic E. Davis ( - )
    • Maj. Gen. Joseph C. McDonough ( - )
    • Maj. Gen. John R.D. Cleland ( - )
    • Maj. Gen. Paul F. Gorman ( - )
    • Maj. Gen. William J. Livsey ( - )
    • Maj. Gen. Carl E. Vuono ( - )
    • Maj. Gen. Charles W. Dyke ( - )
    • Maj. Gen. Orren R. Whidon ( - )
    • Maj. Gen. Calvin AH Waller ( - )
    • Maj. Gen. David M. Maddox ( - )
    • Maj. Gen. John P. Otjen ( - )

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e (en) « The 8th Infantry Division (La 8e Division d'Infanterie) », United States Holocaust Memorial Museum (consulté le 9 août 2009)
  2. (en) « The 8th Infantry Division (La 8e Division d'Infanterie) », United States Army Center of Military History (consulté le 9 août 2009)

SourceModifier