8 mm Lebel

8 mm Lebel
Image illustrative de l'article 8 mm Lebel
Une cartouche de 8 mm Lebel
Caractéristiques
Calibre 8x51 mm R (anciennement 8x50 mm R)
Pays d'origine Drapeau de la France France
Mesures
Ø diamètre collet 8.9 mm
Ø projectile 8.3 mm
12 culot 16 mm
Longueur de douille 51 mm
Longueur de la cartouche 75 mm
Poids
Poids du projectile 198 grains soit 12.8 g
Charge de poudre 2.9 g
Vitesse de sortie V0 730 m/s
Énergie du projectile 3364 J

La munition de 8x51 mm R (ex 8x50 mm R) ou 8 mm Lebel n'était pas celle destinée au fusil Lebel modèle 1886 à l'origine. Le Modèle 1885 était conçu pour une munition de calibre 11 mm, courant pour l'époque. Puis le général Boulanger, devenu ministre de la Guerre le , exigea qu'un prototype de petit calibre lui fût présenté pour le . Le passage à une munition de calibre réduit aurait pu nécessiter de redessiner le chargeur tubulaire des Modèle 1885, mais compte tenu du délai serré, les ingénieurs conservèrent une munition ayant l'étui original. De forme légèrement conique, celui-ci est fortement rétréci au niveau du collet pour recevoir un projectile chemisé ogival de 8 mm. Ce montage, alors inhabituel, donne une forme assez caractéristique à double conicité aux munitions de Lebel, un précurseur des étuis à épaulement ubiquitaires de nos jours.

Techniquement la cartouche de 8 mm Lebel (8x51 R) exhibait des performances déjà proche des munitions modernes, en progression spectaculaire par rapport aux anciennes munitions propulsées par la poudre noire. C'est une combustion améliorée, très rapide et quasi complète, qui permet de produire une si grande puissance. En plus cela élimine presque entièrement l'épais nuage de fumée que produisait la poudre noire. Les balles perforantes sont propulsées par les cartouches Modèle 1886 avec une vitesse à la bouche d'environ 630 m/s, la balle version 1932N atteindra même une vitesse 700 m/s environ, très impressionnante au vu des 350 m/s généralement atteint par les munitions contemporaines, de calibre 11 mm et propulsée par la poudre noire. 8 mm est actuellement le calibre maximal admis en tir sportif avec carabine.

Cartouches utilisées en FranceModifier

 
Clip pour le fusil Berthier modèle 1916.

Cartouches à balleModifier

  • mle 1886 M (balle à bout plat en plomb chemisé Maillechort)
  • mle 1886 D en 1898 (balle "D" de 12,8 g cylindro-ogivale à bout pointu en laiton, charge de 3 g de poudre BN3FD) vitesse initiale env. 700 m/s
  • mle 1886 D à balle traçante T (balle de 11,2 g en laiton et composition traçante, charge de 3 g de poudre BFP1)
  • mle 1886 D à balle perforante P (balle de 9,6 g en laiton et noyau d'acier, charge de 3,2 g de poudre BFP1)
  • mle 1886 D à balle fraisée (balle de 12,3 g en laiton, charge de 3,2 g de poudre BFP1)
  • mie 1917 fabriquée par la SFM (balle plomb chemisée de cupronickel de 12,55 à 12,90 g, charge de 3,15 g de BNF3) vitesse env. 700 m/s
  • mle 1932 N (balle à bout pointu de 12,50 g en plomb chemisé d'acier plaqué de cupronickel, charge de 3 g de poudre BPa 0,3). vitesse initiale env. 700 m/s. Cette balle lourde améliorée permet d'utiliser les mitrailleuses des ouvrages fixes jusqu'à une portée utile (hausse de combat) de 1200 m, et pratique de 3500 m avec une précision acceptable. Sa fabrication dure jusqu'en 1948.

Cartouches à blancModifier

  • mle 1897 à fausse balle en papier-paille embouti
  • mle 1905 à blanc (balle en bois, charge de 1,3 g de poudre EF)

Cartouches de tir réduitModifier

  • Cartouche de tir réduit à balle sphérique en plomb et charge de papier nitré, confectionnée dans les corps de troupe

Cartouches inertes ou de manipulationModifier

  • Fausse-cartouche en bois (à culot laiton)
  • Fausse-cartouche métallique à étui gaufré
  • Fausse-cartouche à balle 1898 soudée et étui nickelé

Cartouches propulsivesModifier

Modèles d'armesModifier

FusilsModifier

Armes automatiquesModifier

SourceModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Le site personnel http://armesfrancaises.free.fr Armes française a servi de source à cet article