77e régiment d'infanterie

(Redirigé depuis 77e régiment d’infanterie)

77e régiment d’infanterie
Image illustrative de l’article 77e régiment d'infanterie
Insigne de béret d'infanterie

Création 1671
Dissolution 1940
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d’infanterie
Rôle Infanterie
Devise « Je tiens »
Inscriptions
sur l’emblème
Les Pyramides 1798
Friedland 1807
Alger 1830
Bomarsund 1854
Mondement 1914
Verdun 1916
L'Aisne 1917
Le Matz 1918
Anniversaire Saint-Maurice
La Fête du régiment est le 30 juin (1830, Alger).
Guerres Guerres napoléoniennes
Première Guerre mondiale
Bataille de France
Fourragères aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
Décorations Croix de guerre 1914-1918
avec quatre palmes, une étoile vermeil
et une étoile argent

Le 77e régiment d'infanterie (77e RI) est un régiment d'infanterie de l'armée de terre française, à double héritage, créé sous la Révolution à partir du régiment de La Marck, un régiment d'infanterie allemand au service du Royaume de France, et du 2e régiment d'infanterie légère créé à partir des chasseurs royaux du Dauphiné.

HistoriqueModifier

Le 77e RI a la particularité, comme tous les régiments d’infanterie portant un numéro entre le 76e et le 99e, d’être l’héritier des traditions de deux régiments, le 77e et le 2e d’infanterie légère :

 
La 12e compagnie en 1905.
 
Monument aux morts du 77e régiment d'infanterie, cimetière de Cholet.

Chefs de corpsModifier

  •  : colonel Frederic-Antoine-Henry Frederick-Lefort ;
  •  : colonel Charles-Ernest de Haack ;
  •  : colonel Jacques-Melchior de Carlhan ;
  •  : colonel Ambroise Goenhart ;
  • au  : chef de brigade François Joseph d'Offenstein[N 1] ;
  • 1799 : chef de brigade Jean Bertholet ;
  • 1800 : chef de brigade Thomas-Mignot Lamartiniere[N 2] ;
  •  : chef de brigade Baron Jean-Adam Schramm ;
  •  : colonel Michel Silvestre Brayer[N 2] ;
  •  : colonel Jean Joseph Merle ;
  •  : colonel Nicolas Verdun ;
  •  : colonel Antoine Rameaux ;
  •  : colonel Edme Lepaige Dorsenne ;
  •  : colonel Pierre-François Maigrot ;
  •  : Marquis Marie Girard Louis de Crillon ;
  •  : Edwin Bonaventure Frescheville[2] ;
  •  : Joseph-Étienne Wollard ;
  •  : Pierre-Maurice Menne ;
  •  : Nicolas-Anne-Théodule Changarnier ;
  •  : Henri-François-Adolphe Drolenvaux ;
  •  : François-Charles-Ernest Ulrich ;
  •  : Honoré-Armand Barthelemy ;
  •  : Adolphe Claude Suau ;
  •  : Jean-Louis Guiomar ;
  •  : Étienne Emile Henry Barry ;
  •  : Victor Duchochois ;
  • -  : colonel Victor Louis François Février ;
  •  : colonel Louis-Marie Sautereau ;
  •  : colonel Marie-Louis de Garnier des Garets ;
  •  : colonel Nicolas Lebel ;
  •  : colonel Henry-Marie-Anne de Cadoret ;
  •  : colonel Louis Tanchot ;
  •  : colonel Emmanuel-Auguste Lacoste ;
  •  : colonel Emile-Lois Eugène Frater ;
  •  : colonel Eugène Marius Gasquet ;
  •  : colonel Paul-Edouard Pouradier-Duteil ;
  •  : colonel Gustave-François-Louis Silhol ;
  •  : colonel Albert-Gérard-Léo d'Amade ;
  •  : colonel Paul Blaise Marcel Arrivet[N 1] ;
  •  : colonel Georges-Alfred-Gaston de Feraudy ;
  •  : colonel Charles-Victor Lestoquoi ;
  •  : chef de bataillon Baunard ;
  •  : lieutenant-colonel Marie-Maurice-Michel de Beaupuis ;
  •  : colonel Lecomte-Denis ;
  •  : lieutenant-colonel Henneton ;
  •  : lieutenant-colonel Maillard puis colonel ;
  •  : lieutenant-colonel Gaussot ;
  •  : lieutenant-colonel Oherne.

Garnisons, combats et batailles du 77e RIModifier

Campagnes : Le Régiment de Kônigsmarck.

Ancien RégimeModifier

 
Uniforme du régiment par décret d'application du .

Guerres de la Révolution et de l'EmpireModifier

« Allons, mes amis,regardons ces gens-là en face ; ils ne sont que six mille et vous êtes trois cents ; la partie est égale. » Général Changarnier, 1836.[Quoi ?]

Second EmpireModifier

Le décret du réorganise les régiments d'infanterie légère des corps de l'armée française. À cet effet le 2e régiment d'infanterie légère prend le numéro 77 et devient le 77e régiment d'infanterie de ligne.

Au cours de la guerre de 1870 le régiment est engagé, le , dans la bataille de Forbach-Spicheren. Le , les 8e compagnies des 2e et 3e bataillons du 77e régiment d'infanterie de ligne qui composaient le 29e régiment de marche sont engagées dans les combats de Chilleurs, Ladon, Boiscommun, Neuville-aux-Bois et Maizières dans le Loiret.

1871 à 1914Modifier

Première Guerre mondialeModifier

Le 77e RI est formé à Cholet.

 
Revue des troupes, 14 juillet 1913, place Travot à Cholet.
 
Cholet 1914 : musique du 77e régiment d'infanterie.

Casernement en 1914 : Cholet[3], Fontevraud (36e brigade d'infanterie, 18e division d'infanterie, 9e corps d'armée).

Il forme son régiment de réserve, le 277e RI, ces deux régiments sont principalement composés d'Angevins et de Vendéens.

1914Modifier

  • Nomeny, Clémery, Landremont (début août) puis les Ardennes () à Brièvre où le 77e fait retraite, protégé, aux environs de Bellefontaine et d'Houdremont en Belgique, par le 20e régiment d'artillerie ;
  • retraite des 3e et 4e armées : Launois-sur-Vences (), Auboncourt (), Rethel, Faux () ;
  • bataille de la Marne (6 au ) : bataille des Marais de Saint-Gond, Coizard, bois de Toulon, Saint-Loup, signal du Poirier, château de Mondement (), Fère-Champenoise, Écury-le-Repos, Prosnes, ferme de Moscou, Thuisy ;
  • bataille des Flandres ( à ) : l'Yser, Zonnebecke, Paschendaele, bois d'Hooge, Zillebecke (décembre).

1915Modifier

1916Modifier

  • février : Artois, bois en Hache (Pas-de-Calais) ;
  • avril : Vaubecourt (Meuse) ;
  • avril-mai : bataille de Verdun, cote 304 ;
  • mai-septembre : butte de Souain dans la Marne ;
  • octobre-décembre : bataille de la Somme (Sailly-Saillisel), Combles, bois Tripot.

1917Modifier

  • avril-mai : Aisne : Gernicourt, bois des Couleuvres (plusieurs abandons de poste devant l’ennemi ont eu lieu le , au bois des Couleuvres, s’ensuivent 10 condamnations par le conseil de guerre, aucune condamnation à mort), bois de Beau-Marais, éperon de Chevreux, La Courtine ;
  • juillet : plateaux des Casemates et de Californie, Craonne ;
  • octobre-décembre : Lorraine, forêt de Parroy.

1918Modifier

  • avril-juin : Somme : Moreuil, Castel, Cottenchy, bois Sénécat, Rouvrel, Ressons-sur-Matz ;
  • juillet-août : la Marne, Saint-Maur, Combles, la Chapelle-Monthodon, forêt de Riez, Verdon, Comblizy, Passy-sur-Marne, Champvoisy, château de Neuville ;
  • août-octobre : Bagatelle, bois d’Haumont, bois d’Ormon ;

En 1918, le régiment est cité par le maréchal Pétain : « Régiment d'élite. A résisté toute une journée à des forces très supérieures. ».

Entre-deux-guerresModifier

En 1923 le régiment est dissous, les traditions sont gardées par le 65e régiment d'infanterie.

Seconde Guerre mondialeModifier

Drôle de guerreModifier

Reformé le , sous les ordres du chef de bataillon Mazoyer, il appartient à la 18e division d'infanterie. Région militaire, centre mobilisateur d'infanterie, réserve A RI type NE, il est mis sur pied par le CMI 91.

La 18e division d'infanterie (XIe corps d'armée, 9e armée) est concernée par la manœuvre Dyle préparée à partir de novembre 1939 : elle doit aller tenir un front sur la Meuse, d'Anhée à Hastière.

Bataille de FranceModifier

DrapeauModifier

Son drapeau porte, brodées en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions : les Pyramides 1798, Friedland 1807, Alger 1830, Bomarsund 1854, Mondement 1914, Verdun 1916, l'Aisne 1917, le Matz 1918[4].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

DécorationsModifier

Le drapeau a droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la médaille militaire décernée le  ; sa cravate est décorée de la croix de guerre 1914-1918 avec 4 palmes, 1 étoile vermeil et 1 étoile argent.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

DeviseModifier

« Je tiens. »

Personnalités ayant servi au 77e RIModifier

 
Soldat face à la caserne Tharreau - Cholet.

Personnalités ayant servi au 2e légerModifier

BibliographieModifier

  • Général Andolenko, Recueil d'historiques de l'iInfanterie française, Paris, Eurimprim, 1969 (2eédition), 413 p. (ASIN B001JK5RFS)
  • Christophe Belser, Cholet il y a cent ans en cartes postales anciennes, Prahec, Patrimoines et médias, , 139 p. (ISBN 978-2-916757-00-1, notice BnF no FRBNF40953217).  

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Officier devenu par la suite général de brigade
  2. a et b Officier devenu par la suite général de division
  3. auteur de La jeunesse morte, éd. Claire Paulhan, 2008

RéférencesModifier

  1. a b et c Christophe Belser 2006, p. 76 à 85.
  2. Edwin Bonaventure Bosquillon de Frescheville né le à Cambrai décédé le à Alger
  3. « Ce qu'il reste de la Der des Ders à Cholet », sur ouest-france.fr, (consulté le 13 novembre 2016)
  4. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier