Cartouche à percussion annulaire

type de cartouche
(Redirigé depuis 6 mm Flobert)

Les cartouches à percussion annulaire sont actuellement utilisées surtout dans les armes de petit calibre utilisées pour le tir sportif[1]. Contrairement aux munitions à percussion centrale, la composition d'amorçage se trouve contenue dans le bourrelet de la cartouche qui est écrasé par la pointe du percuteur. L'avantage des cartouches à percussion annulaire se trouve dans la fabrication simple et peu coûteuse, puisque aucune pièce supplémentaire, tel que l'amorce, n'est nécessaire[2].

Cartouche Vetterli Ord. Suisse 1869

HistoireModifier

 
Cartouche .44-Henry-Flat

Inventée par l'armurier parisien Louis-Nicolas Flobert en 1845[3], les premières cartouches d’un calibre de 6 mm furent utilisées pour le tir avec des pistolets de petit calibre de salon. Comme charge de propulsion, les douilles ne comportaient qu’une amorce de fulminate de mercure. En 1854, aux États-Unis, les partenaires Horace Smith et Daniel Wesson de la firme Smith & Wesson mirent au point et firent breveter une copie améliorée de la cartouche Flobert, avec en plus de l’amorce, une charge propulsive de poudre noire, ancêtre de l'actuelle .22 Long Rifle.

C’est en 1860 que Benjamin Tyler Henry, ingénieur chez Winchester, a mis au point la première cartouche de gros calibre à percussion annulaire pour son fusil Henry à répétition, ancêtre du fusil Winchester. Cette cartouche comprend un étui de cuivre (ultérieurement de laiton), contenant 25 grains (1,6 g) de poudre noire, qui propulsent une balle de plomb de calibre nominal .44 (11,18 mm), pesant 216 grains (14 g). Elle a été suivie de nombreuses cartouches militaires comme celle du fusil Suisse Vetterli et de munitions de chasse de différents calibres. Vers la fin du 19e, le système à percussion annulaire était condamné à disparaître car les douilles en tôle de cuivre ou laiton mince n’étaient pas assez résistantes pour supporter la pression des charges nécessaires aux munitions modernes. Dès la fin du XIXe siècle, la percussion annulaire fut remplacée par les cartouches à percussion centrale.

Notes et référencesModifier

  1. « Quelle est la principale différence entre les munitions à percussion centrale et à percussion annulaire? », NCGO,‎ , p. 1ère page (dans le texte) (lire en ligne [html])
  2. « Cours de maniement des armes à feu pour débutant »   [html], sur https://www.coursdetir.be/ (consulté le )
  3. Cibles - la revue des armes & du tir n° 35 - Les baïonnettes du système allemand Mauser modèle 1898 par Saint Arnaud, Louis Nicolas Auguste Flobert inventeur de la cartouche a percussion annulaire., Paris,